LAIRESSE GÉRARD DE (1640-1711)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Membre le plus connu de toute une dynastie de peintres liégeois, Gérard de Lairesse, filleul de Gérard Douffet et frère de trois autres peintres, fut influencé par son père Reynier (env. 1597-1667) qui avait conquis quelque réputation par ses talents de peintre décorateur et « marbreur » (il imitait la pierre), mais Gérard fut plus marqué encore par B. Flemalle, le meilleur poussiniste de l'école de Liège. Ses débuts sont précoces et brillants. Dès 1660, il exécute pour la cathédrale d'Aix-la-Chapelle un Martyre de sainte Ursule (conservé au musée Suermondt à Aix-la-Chapelle) puis multiplie les grands tableaux religieux dans cette manière fine et décorative où il fera merveille, très française de culture (à comparer avec celle d'un Le Brun) : ainsi la Conversion de saint Augustin au musée de Caen (aux Ursulines de Liège jusqu'en 1794), le Baptême de saint Augustin au musée de Mayence (même provenance), ou bien l'Orphée aux enfers de 1662 au musée d'Asembourg à Liège. Une affaire galante dégénérée en rixe — Lairesse menait une vie assez désordonnée — l'oblige à fuir dans les Pays-Bas du Nord en 1664, d'abord à Bois-le-Duc puis à Utrecht (1665). Il s'établit enfin — et définitivement — en 1667 à Amsterdam, dont il devient alors citoyen et où il travaille un temps pour le marchand Gérard Uylenburch, un parent de Rembrandt. Très vite le succès vint, la haute bourgeoisie et les patriciens d'Amsterdam aux goûts littéraires et aristocratiques s'enthousiasmant pour cette peinture noble et cultivée, flatteuse et grandiose, qui exploitait brillamment les données de la mythologie et de l'allégorie. Lairesse s'imposa en particulier par une pratique nouvelle de la peinture de plafond. La science des raccourcis, la connaissance approfondie (et avouée comme telle dans ses écrits) des gravures de Vouet, un recours systématique à la perspective et à la déformation des corps lui assurèrent une supériorité sans égale. Alors que les plafonds peints dans les Pays-Bas étaient jusque-là des plafonds à ca [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  LAIRESSE GÉRARD DE (1640-1711)  » est également traité dans :

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le déclin, le contrecoup »  : […] La décadence de l'art néerlandais commence peu après 1675 ; elle a été beaucoup discutée, mais n'a pas fait l'objet d'une vraie recherche scientifique. Il est indéniable que, vers la fin du siècle, apparaît une décadence très rapide et très grave. Les historiens nationalistes prétendent que ce déclin est dû à l'influence française. On a évoqué aussi des causes sociologiques : la prospérité, de gén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_26646

RUINES, esthétique

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 2 917 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les «  vedutisti », peintres de ruines »  : […] Des ruines de Rome figurent dans le fond des scènes de genre peintes par Pieter van Laer, dit le Bamboccio à cause de son physique disgracieux, et par ses disciples appelés Bamboccianti d'après le sobriquet de leur maître (par exemple dans la Mascarade de comédiens à Rome de Jan Miel, au Prado). Mais les ruines formèrent surtout un ingrédient de la peinture de paysage, laquelle pendant un siècl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruines-esthetique/#i_26646

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « LAIRESSE GÉRARD DE - (1640-1711) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-de-lairesse/