GÉOTECHNIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Sol limoneux

Sol limoneux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Loi de Coulomb : une Terre se réduit à une droite

Loi de Coulomb : une Terre se réduit à une droite
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Surface de rupture et angle de dilatance

Surface de rupture et angle de dilatance
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Critère de rupture statique

Critère de rupture statique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Identification et propriétés des sols

Sous l'humus, le sol est constitué de grains minéraux. Cent grammes de sable fin (c'est-à-dire de l'ordre d'une molécule-gramme) contiennent près de 107 grains. Cent grammes d'argile peuvent en contenir 1011. On est certes encore loin du nombre d'Avogadro (6,02 . 1023) mais le nombre de constituants est tel que le concept de continuité peut le plus souvent être conservé. Si les grains sont convexes, on démontre que le nombre moyen de contacts par grain est compris entre 6 pour les textures le plus lâches et 12 pour les textures le plus compactes. Ainsi, dans un enrochement bien compacté par des engins, par exemple pour un barrage, on trouve couramment entre 8 et 10 contacts. Entre les grains existent des vides remplis d'un fluide, liquide ou gaz, eau ou air. À la déformation du sol sont associés un changement de position des grains (eux-mêmes très peu déformables) et une déformation de l'architecture des vides accompagnée le plus généralement d'une variation du volume des vides. Si la déformation est suffisamment rapide pour que le fluide interstitiel n'ait pas le temps de s'échapper, il y a apparition d'une pression interstitielle qui diminue les forces de contact entre les grains et engendre des mouvements hydrodynamiques dans le fluide interstitiel. Aussi, bien que le sol puisse être décrit dans un cadre continu, son comportement est régi par l'aspect particulaire et par les forces de contact entre les grains, frottement physique pour les grains les plus gros (c'est-à-dire supérieurs à 0,1 mm), forces capillaires et adhésion pour les grains les plus fins, par mise en commun des réseaux cristallins des premières couches d'eau adsorbées par les particules argileuses.

Pour identifier les sols, au-delà de l'analyse immédiate – odeur, couleur, saveur – et de l'analyse minéralogique, les géotechniciens ont été amenés à réaliser des essais où l'on mesure des grandeurs dont la définition n'a pas une aussi grande rigueur que celles des grandeurs physiques classiques mais dont les résultats so [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur, conseiller scientifique du laboratoire de mécanique des solidesprésident de G3S (GIP Etude des structures souterraines de stockage)

Classification


Autres références

«  GÉOTECHNIQUE  » est également traité dans :

BARRAGES

  • Écrit par 
  • Claude BESSIÈRE, 
  • Pierre LONDE
  •  • 15 785 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Géologie, géotechnique »  : […] Les barrages en béton requièrent une fondation rocheuse de bonne qualité. Mais cette affirmation de principe demande à être précisée. L'appréciation de la qualité des rochers de fondation a été très souvent, dans le passé, le résultat d'un examen visuel et il peut encore en être ainsi lorsqu'on se trouve en présence d'appuis incontestables. Mais, avec l'augmentation du nombre des ouvrages à const […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barrages/#i_20576

CANYONS SOUS-MARINS

  • Écrit par 
  • Maurice GENNESSEAUX
  •  • 7 528 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'importance du développement technologique depuis 1960 »  : […] F. P. Shepard pouvait écrire en 1981 : « Les canyons ne sont plus un mystère bien qu'ils conservent encore des aspects énigmatiques. » C'est essentiellement aux progrès technologiques réalisés après 1960 par les chercheurs et industriels des États-Unis que nous devons cette évolution. Des instruments furent adaptés à l'étude des marges et des canyons et provoquèrent un prodigieux enrichissement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canyons-sous-marins/#i_20576

DIAGRAPHIES, géophysique

  • Écrit par 
  • Oberto SERRA
  •  • 6 080 mots
  •  • 7 médias

On désigne par diagraphie (du grec dia , « à travers », et graphein , « dessiner ») ou, plus couramment, par le terme américain log (qui signifie bûche, rouleau...) tout enregistrement continu des variations, en fonction de la profondeur, d'une caractéristique donnée des formations traversées par un sondage. Suivant ces caractéris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diagraphies-geophysique/#i_20576

ÉROSION DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • Ywenn DE LA TORRE, 
  • Éric PALVADEAU
  •  • 3 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De la défense de la côte… »  : […] Afin de prémunir les habitants des effets de l’érosion, la stratégie a longtemps été de construire des ouvrages de défense censés endiguer le phénomène. À cet effet, différentes solutions de génie côtier sont mises en œuvre. Sur les plages, afin de bloquer le sable transporté par la dérive littorale, des ouvrages transversaux (perpendiculaires à la côte), tels que des épis en enrochement, sont imp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erosion-du-littoral/#i_20576

TEXTILE

  • Écrit par 
  • Eugène AMOUROUX, 
  • Jean-Yves DRÉAN, 
  • Claude FAUQUE, 
  • André PARISOT, 
  • Marc RENNER, 
  • Richard A. SCHUTZ
  •  • 23 393 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les organiques »  : […] Les principales familles chimiques sont les polyamides (et polyaramides), les polyesters, les polyacryliques, le polychlorure de vinyle, les polyalcools vinyliques, les polyoléfines (cf.  polymères ). Les fibres de polyamides sont les plus anciennes fibres synthétiques utilisées en habillement. Il existe un grand nombre de variétés et d'applications. Ces fibres ont une te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/textile/#i_20576

TUNNELS

  • Écrit par 
  • Michel MAREC, 
  • Jean PÉRA
  •  • 8 814 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phases de la construction des ouvrages souterrains »  : […] C'est la stabilité du terrain pendant la construction qui impose le choix des procédés de construction. Deux situations se présentent : – Au cours du creusement, les variations de contraintes sont telles que le sol cohérent, ou le massif rocheux, reste stable dans son ensemble. Les dimensions de l'excavation ne sont alors limitées que par des conditions géométriques, telles que la proximité de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunnels/#i_20576

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre HABIB, « GÉOTECHNIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/geotechnique/