GROSZ GEORGE (1893-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un observateur scientifique

La toile suggestive Allemagne, un conte d'hiver (1917-1919) emprunte son titre au poète Henri Heine. La structure de l'œuvre est en trois parties. En haut, le tohu-bohu de la métropole où se dissout le zèle des églises, des bordels, des banques, des casernes, des services de pompes funèbres. Au milieu, un bourgeois chauve, moustache retroussée, imperturbable, assis devant une assiette remplie d'os, serre dans la main droite un couteau et dans la gauche une fourchette. Sur la table, un journal, un cigare, un verre et une bouteille de bière, dont l'étiquette est ornée d'une Croix de fer. En bas, trois personnages : un curé, un officier, un professeur, ce dernier portant sous le bras un livre de Goethe. Et, dans le coin gauche du tableau, le profil de Grosz, visage minuscule, tout noir et mâchoires contractées, avec une tache circulaire rouge à la tempe, comme pour insinuer que l'ensemble du spectacle incite à se tirer une balle dans la tête.

Cette toile, disparue à la suite des « épurations » conduites par le régime de Hitler pour éliminer la peinture « dégénérée », désigne clairement, avec pessimisme, les adversaires que visait Grosz. Il s'en prend aux piliers de l'ordre établi, comme dans Le Visage de la classe dirigeante, 57 dessins politiques (1921). Il se voulait en ces années d'après guerre, a-t-il écrit, moins un « satiriste » qu'un « observateur scientifique ». Jusque vers 1925, ses tableaux vont ainsi mettre à nu, dans une dénonciation au vitriol, les tares de la République de Weimar (Les Piliers de la société, 1926, Neue Nationalgalerie, Berlin).

Toutefois, sa notoriété s'est affirmée à travers les caricatures qu'il publiait dans la presse d'extrême gauche et par les recueils de dessins qu'il donnait aux éditions Malik, dirigées par Wieland Herzfelde, prétextes à de retentissants procès, comme celui qui eut lieu à propos de son Ecce Homo, en 1923.

À la suite de la désillusion causée par un voyage en Union soviétique en 1922, le peintre cesse de payer ses cotisations au Parti communiste. Il conti [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GROSZ GEORGE (1893-1959)  » est également traité dans :

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 333 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « En Allemagne et en Autriche »  : […] Alors que les caricatures anglaise et française se sont développées selon leurs traditions respectives et ont été relativement peu influencées par les différents mouvements artistiques, la caricature allemande s'est montrée sensible aux grandes idées philosophiques, littéraires et artistiques du temps. Elle a également reçu l'apport de courants issus des civilisations slave et scandinave. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caricature/#i_11696

DADA

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR, 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 5 736 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'objet dada »  : […] Qu 'il soit collage, assemblage, sculpture, ou ready-made, l'objet dada sape la notion d'œuvre d'art en premier lieu par son apparente trivialité. Ce sabotage repose sur l'adoption de procédés – recyclage, abandon de la conception au profit du hasard, accumulation anarchique – qui n'exclut cependant pas la sophistication, que celle-ci tende à l'épure ou au chaos. Peu après le retour de Huelsenbeck […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dada/#i_11696

HEARTFIELD HELMUT HERZFELD dit JOHN (1891-1968)

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 892 mots

Artiste allemand. « Chez Heartfield, le graphiste et le typographe ne furent jamais complètement supplantés par le „photomonteur“. » Ce propos de Wieland Herzfelde, frère de Helmut Herzfeld, dit John Heartfield, a pour premier mérite de relativiser l'intérêt du débat concernant la paternité du photomontage – invention de Heartfield ou de Raoul Hausmann ? Mais il rappelle surtout que Heartfield fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heartfield-helmut-herzfeld-dit-john/#i_11696

HUELSENBECK RICHARD (1892-1974)

  • Écrit par 
  • Giovanni LISTA
  •  • 650 mots

Avant la Première Guerre mondiale, Richard Huelsenbeck, né à Frankenau en Allemagne, est déjà parmi les jeunes poètes et écrivains expressionnistes qui fréquentent, à Berlin, le café des Westerns et affichent des idées antimilitaristes. Réformé en février 1916, il rejoint à Zurich Hugo Ball, qui vient de fonder le cabaret Voltaire. Dès son arrivée, il canalise l'action dadaïste vers la provocation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-huelsenbeck/#i_11696

NOUVELLE OBJECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 2 142 mots

Dans le chapitre « L'objet et la technique »  : […] À la suite de difficultés matérielles et politiques – la ville de Mannheim était située en Rhénanie, alors sous occupation militaire française –, Hartlaub ne put mettre sur pied son exposition qu'en 1925, du 14 juin au 13 septembre. À l'exception d'un Suisse, Niklaus Stoecklin, les trente-deux peintres retenus par lui étaient allemands. Pour la plupart, ils étaient assez bien connus : Max Beckman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-objectivite/#i_11696

SATIRIQUE DESSIN

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 2 880 mots

Dans le chapitre « Le citoyen contre les pouvoirs »  : […] Midas, le roi Midas, a des oreilles d'âne. Louis-Philippe a pour tête une poire ; chirurgien sadique, il est le grand saigneur . Marie-Thérèse d'Autriche urine sur une meule pendant que ses soldats aiguisent leurs sabres. Marie-Antoinette nue se livre aux caresses précises de La Fayette. Talleyrand est un monstre à six têtes dont chacune glorifie un régime différent. Jouant a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dessin-satirique/#i_11696

Pour citer l’article

Lionel RICHARD, « GROSZ GEORGE - (1893-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-grosz/