HEARTFIELD HELMUT HERZFELD dit JOHN (1891-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artiste allemand. « Chez Heartfield, le graphiste et le typographe ne furent jamais complètement supplantés par le „photomonteur“. » Ce propos de Wieland Herzfelde, frère de Helmut Herzfeld, dit John Heartfield, a pour premier mérite de relativiser l'intérêt du débat concernant la paternité du photomontage – invention de Heartfield ou de Raoul Hausmann ? Mais il rappelle surtout que Heartfield fut d'abord un travailleur de l'image. Son refus viscéral de l'art « bourgeois » autorise d'ailleurs certains à voir en lui un pionnier de la publicité, ou le chaînon manquant entre Dada et Andy Warhol. C'est oublier toutefois que son œuvre reste pertinente au-delà de l'agit-prop, et que sa diffusion à grande échelle ne fut en rien à ses yeux antinomique d'une recherche formelle profondément originale. À ce titre, les images de John Heartfield posent aujourd'hui encore avec acuité la question de la fin et des moyens de l'art.

Helmut Herzfeld, né le 19 juin 1891 à Schmargendorf près de Berlin, est le fils d'activistes socialistes qui abandonnent leurs enfants, en 1899, avant de mourir prématurément. En 1908, il entame des études à la Kunstgewerbeschule de Munich, où il se spécialise dans le dessin publicitaire, puis il s'installe en 1913 à Berlin. Lorsque la guerre éclate, il simule une maladie nerveuse pour échapper à la conscription. En 1915, Helmut et Wieland (lequel a été jugé « indigne de porter l'uniforme du Kaiser ») rencontrent leur contemporain Georg Gross. Ils nouent une amitié fondée sur des affinités esthétiques et politiques. En 1916, chacun modifie son nom, en réaction contre les injonctions haineuses de l'Allemagne vis-à-vis des Anglais. Devenus John Heartfield, Wieland Herzfelde et George Grosz, ils relancent alors la revue pacifiste Neue Jugend, affirmant leurs convictions, mais aussi leur volonté de toucher le plus grand nombre. Les « photocollages » réalisés avec Grosz sont estampillés « Grosz-Heartfield mont. » (pour montiert). Par rejet de l'expressionnisme et de toute subjectivité artistique, Heartfield a en effet abandonné les pinceaux, estimant que si « les bourgeois utilisaient la photographie pour glorifier la guerre [...], les ouvriers devaient [l'] utiliser eux aussi pour [...] dire la vérité sur la guerre ».

En 1918, il contribue à la fondation du club Dada de Berlin, avec Richard Huelsenbeck, Raoul Hausmann et Hannah Höch, et adhère au parti communiste (K.P.D.). Après l'interdiction de la revue Neue Jugend en 1917, Heartfield poursuit son travail au sein des éditions Malik, créées la même année par Wieland, en réalisant des jaquettes de livres où déjà sont à l'œuvre les principes du photomontage. Bientôt, Heartfield ne concevra plus son travail – que ce soit, dès 1920, en créant des costumes et décors pour le Théâtre prolétarien d'Erwin Piscator et de Max Reinhardt, en réalisant à partir de 1922 des brochures pour le K.P.D., en donnant des cours à l'École ouvrière marxiste ou en produisant des illustrations pour les revues Die Rote Fahne, Der Knüppel, puis plus tard A.I.Z. (Arbeiter Illustrierte Zeitung) – que comme un instrument de communication et une arme de guerre « visuelle ».

L'art du montage selon Heartfield atteint sa pleine maturité avec la publication, en 1929, du livre de Kurt Tucholsky, Deutschland, Deutschland über alles, qu'il illustre de photographies et de photomontages. L'impact de sa méthode est tel qu'elle fait l'objet de débats jusqu'en Union soviétique, en 1931-1932. Certains reprochent à Heartfield l'économie de ses compositions, qui misent moins sur les effets qu'elles ne favorisent la lecture d'une idée. Opérant par détournement, Heartfield exploite en effet les mécanismes de la propagande pour mieux les mettre en lumière. Le découpage et l'agencement d'images préexistantes ruinent l'évidence du message qu'elles véhiculaient, tandis que l'ajout d'une légende de son cru en révèle la portée mensongère. Ainsi, dans La Véritable Signification du salut hitlérien (1932), le petit chancelier apparaît en train de tendre la main aux puissants financiers qui, derrière lui, s'apprêtent à pourvoir au réarmement de l'Allemagne. S'employant sans relâche à démasquer le nazisme, Heartfiel [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur en histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  HEARTFIELD HELMUT HERZFELD dit JOHN (1891-1968)  » est également traité dans :

JOHN HEARTFIELD. PHOTOMONTAGES POLITIQUES 1930-1938 (exposition)

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 896 mots

Afin de marquer son dégoût face au nationalisme haineux qui sévissait dans son pays, Helmut Herzfelde, artiste juif allemand né à Schmargendorf en 1891 et mort à Berlin en 1968, adopta dès 1916 le pseudonyme de John Heartfield, consacrant ainsi la naissance de l'un des plus géniaux artisans du photomontage. Irréductible partisan de la cause communiste ( […] Lire la suite

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 822 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le temps des désillusions »  : […] En Europe au tournant des années 1930, alors que Max Bill et Cassandre expérimentent avec succès les possibilités de l'abstraction , les détracteurs du Mouvement moderne s'emploient à déconsidérer l'« affreux cubisme » et prônent le retour à l'arabesque. Ils assimilent par ailleurs le photomontage à la propagande soviétique. Au demeurant, John Heartfield, en Allemagne, hisse le photomontage poli […] Lire la suite

ANTI-ART

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 052 mots

Dada, en 1919, a remplacé l'« art : mot perroquet » selon Tzara, qui a affirmé dans sa Proclamation sans prétention que « l'art s'endort pour la naissance d'un monde nouveau ». Malgré le nihilisme de Dada, qui exerça ses ravages pendant six ans, de 1916 à 1922, son action de sabotage suscita, contradictoirement, de nouvelles instructions formelles, une « dé-construction » si l'on veut, qui fait […] Lire la suite

GRAPHISME

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 7 446 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Graphisme et photographie »  : […] Dès 1925, László Moholy-Nagy dans son étude Malerei , Fotografie, Film désigne sous le terme typophoto l'association de la nouvelle typographie et de la photographie. Piet Zwart apparaît comme un de ses expérimentateurs les plus marquants, notamment dans les timbres et dépliants promotionnels qu'il réalise pour les P.T.T. néerlandais, au tournant des années 1930. Rodtchenko et Lissitzky dans leu […] Lire la suite

DADA

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR, 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 5 737 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'objet dada »  : […] Qu 'il soit collage, assemblage, sculpture, ou ready-made, l'objet dada sape la notion d'œuvre d'art en premier lieu par son apparente trivialité. Ce sabotage repose sur l'adoption de procédés – recyclage, abandon de la conception au profit du hasard, accumulation anarchique – qui n'exclut cependant pas la sophistication, que celle-ci tende à l'épure ou au chaos. Peu après le retour de Huelsenbeck […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Photographie et peinture

  • Écrit par 
  • Jean-Luc DAVAL
  •  • 5 273 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La « photographie pure » »  : […] La photographie pure met en jeu la tension entre l'apparence du monde extérieur et la personnalité de celui qui la met en scène. L'histoire générale de la vision, et plus particulièrement la trajectoire de l'art moderne, rendent opérationnelle cette notion. La photographie pure s'oppose directement au pictorialisme, ce que résumera Marius de Zayas, un ami de Stieglitz, dans le n o  42-43 de Came […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 137 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La fin de la photographie-peinture »  : […] Bien qu'influencée aussi par le style des photographes britanniques, la photographie américaine avait eu son évolution propre, marquée notamment par un goût très vif des reportages, qui culmine avec les admirables documents sur la guerre de Sécession dus à Mathew Brady, Alexander Gardner et Timothy O'Sullivan , où les cinéastes de westerns viendront régulièrement rechercher des sources d'inspirat […] Lire la suite

PHOTOMONTAGE

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 220 mots

L'entre-deux-guerres fut la période glorieuse de l'histoire du photomontage qui fut alors exploité par de nombreux peintres, photographes, graphistes, typographes et publicitaires. Pratiqué sporadiquement au cours du xix e siècle sans que son usage soit sous-tendu par une réflexion sur la spécificité de ce moyen d'expression — excepté peut-être par les photographes victoriens C. G. Rejlander et H […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine VASSEUR, « HEARTFIELD HELMUT HERZFELD dit JOHN - (1891-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/heartfield-helmut-herzfeld-dit-john/