Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

POPULATION GÉOGRAPHIE DE LA

Permanence et changements dans la répartition des hommes

L’accroissement brutal des populations a partout engendré de profondes modifications de l'occupation de l'espace. Mais celles-ci dépendent tout autant de l'ensemble de l'évolution du contexte géographique. La répartition des hommes sur la terre n'est pas le fruit du simple établissement d’une espèce humaine, de plus en plus nombreuse, sur un milieu physique, mais de l’implantation de peuples, en fonction de leurs civilisations, sur des territoires souvent depuis longtemps humanisés. Au cours des siècles, les hommes ont non seulement utilisé très différemment, sur les mêmes lieux, les multiples possibilités géographiques du moment, en fonction de leur nombre, de leur mode de vie, de leur organisation politique et sociale, de leurs activités dominantes, etc., mais ils y ont construit chaque nouvelle strate de peuplement à partir des formes antérieures d'aménagement des territoires, autrement dit des héritages historiques.

La croissance fabuleuse de la population mondiale depuis deux cents ans (1 milliard vers 1800, 2 milliards vers 1930, 3 milliards vers 1960 et 8 milliards en 2023) a provoqué, mathématiquement et donc presque partout, une densification du peuplement existant, son extension au détriment des derniers milieux naturels, puis sa concentration accélérée sur les régions et les lieux économiquement et socialement les plus attractifs, notamment les grands pôles urbains. En 2021, 56 % de la population du monde vit en ville, contre 30 % en 1950.

Si l’ urbanisation, quels que soient les jugements que l'on porte sur ce phénomène, semble repousser à l'infini les limites que le milieu naturel impose à l'accumulation des hommes dans les zones demeurées rurales, la population rurale continue cependant à croître, certes désormais très lentement. Le monde compte aujourd'hui deux fois plus de ruraux qu'il n’y a cinquante ans, soit davantage qu’il n’y avait d’hommes à cette époque. L’Asie du Centre et du Sud et l’Afrique subsaharienne sont, par exemple, demeurées d'immenses paysanneries, avec encore près de 70 % de ruraux dans des géants démographiques comme l’Inde ou le Bangladesh, voire près de 80 % au Cambodge, en Éthiopie, et même plus en Ouganda…

Sur les planisphères du peuplement, les villes semblent toujours des îlots perdus au milieu d'immenses océans de ruralité.

De fait, seule une partie de la terre est habitée – l'œkoumène – et habitable, et encore ne l'est-elle que de manière discontinue et irrégulière, les trois quarts de la population vivent sur moins d'un dixième de la surface émergée.

À l'intérieur des continents, d'immenses déserts (les zones glacées du Grand Nord ou de la haute montagne, les zones arides subtropicales, les déserts froids continentaux d'Asie centrale et orientale, et, avec des exceptions locales, la forêt dense équatoriale) séparent des zones plus ou moins intensément occupées, selon une gradation allant d'énormes foyers de concentration de population, comme le quadrilatère Paris-Londres-Amsterdam-Ruhr, jusqu'à des formes de peuplement lâche et discontinu, comme celles des grandes plaines du centre des États-Unis ou de l'est de la Russie.

La discontinuité du peuplement à l'échelle planétaire

Plus de la moitié des États comptent moins de 10 millions d'habitants, tandis que près des deux tiers de la population mondiale vivent dans les seize États peuplés de plus de 100 millions d'habitants, dont huit sont situés en Asie. L’Inde et la Chine regroupent à elles seules près de quatre habitants de la terre sur dix. Les écarts des densités de population par pays sont tout aussi saisissants, puisque celles-ci varient de 1 160 hab./km2 au Bangladesh (si on exclut de la comparaison les villes-États, comme[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, université des sciences et technologies de Lille (Lille-I)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Population mondiale: évolution par continents

Population mondiale: évolution par continents

Marché à Lagos

Marché à Lagos

Bédouin dans le désert

Bédouin dans le désert

Autres références

  • AFGHANISTAN

    • Écrit par Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Universalis, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    Depuis le recensement de 1979, la répartition de la population a connu de tels bouleversements que les résultats en sont aujourd'hui totalement caducs. Vingt-cinq années de guerre et d'insécurité chronique ont en effet jeté sur les routes de l'émigration vers l'étranger ou de l'exode intérieur, parfois...
  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par Roland POURTIER
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    Si,au début du xxie siècle, la population du continent africain se partage dans son immense majorité entre Noirs (environ 75 p. 100) et Blancs (près de 25 p. 100), un petit pourcentage de ses habitants se rattachent à d'autres souches, les unes africaines et anciennes (Pygmées et Khoisan), une autre...
  • AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

    • Écrit par Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, Danièle LAVALLÉE, Catherine LEFORT
    • 18 105 mots
    • 9 médias
    Les territoires sont loin d'être surpeuplés et la densité moyenne (17 hab./km2 en 1990) reste faible. On ne peut pas, comme en Europe, parler d'une occupation de toutes les terres utilisables. Au contraire, de vastes espaces sont encore soit complètement inhabités, comme dans l'intérieur du...
  • ANDES CORDILLÈRE DES

    • Écrit par Jean-Paul DELER, Olivier DOLLFUS
    • 10 963 mots
    • 5 médias
    La grande région andine compte 150 millions d'habitants (estimation de 2006) répartis en noyaux densément peuplés qui côtoient de vastes territoires presque vides ; 80 p. 100 d'entre eux vivent dans la zone intertropicale et 57 p. 100 dans les trois États des Andes du Nord ; mais 30 p. 100 seulement...
  • Afficher les 59 références

Voir aussi