GÉODÉSIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La géodésie terrestre

Les notions fondamentales

Variables géométriques de position

Un point à la surface de la Terre, ou dans son environnement proche, peut être repéré :

Terre : coordonnées cartésiennes

Dessin : Terre : coordonnées cartésiennes

Dessin

Coordonnées cartésiennes terrestres - Coordonnées ellipsoïdiques 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– soit par ses coordonnées cartésiennes (X, Y, Z) définies dans un repère de référence : l'origine est proche du centre des masses de la Terre (T), l'axe TZ est proche du pôle conventionnel de la rotation terrestre, l'axe TX se trouve proche du méridien de Greenwich, l'axe TY est tel que le trièdre (T, X, Y, Z) forme un trièdre direct pour lequel l'unité de longueur est proche de celle du système S.I. (mètre) ;

– soit par ses coordonnées ellipsoïdales (λ, ϕ, h), λ étant la longitude, ϕ sa latitude et h son altitude ellipsoïdale par rapport à un ellipsoïde conventionnel de révolution défini par son demi-grand axe a et son aplatissement f.

Le but de la géodésie locale est de déterminer la position des points dans un système de référence géodésique particulier (local, national). Le but de la géodésie globale est, lui, de déterminer la position de tous ces points dans un système de référence unique et global.

Le champ de pesanteur

Un point à la surface terrestre est soumis à la force d'attraction gravitationnelle et à la force centrifuge, due à la rotation terrestre. L'accélération résultante est l'accélération de pesanteur, notée g qui dérive d'un potentiel, noté W, appelé potentiel terrestre.

L'intensité du vecteur g est fournie par les mesures gravimétriques ; sa direction est perpendiculaire aux surfaces équipotentielles qui représentent en un point donné le plan horizontal local. La surface équipotentielle proche du niveau moyen des mers est appelée le géoïde. Elle peut être accessible par des mesures astrogéodésiques locales.

Pour étudier le potentiel W, il est utile de considérer un potentiel de référence proche de W, noté U et appelé potentiel normal. Il suffit donc ensuite de s'intéresser au potentiel perturbateur, noté T.

Expression mathématique du champ de gravité terrestre

On exprime classiquement le potentiel gravitationnel U dont dérive l'accélération de la gravité g par une série infinie de para [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Terre : coordonnées cartésiennes

Terre : coordonnées cartésiennes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ondulations à grandes longueurs d'onde du géoïde terrestre

Ondulations à grandes longueurs d'onde du géoïde terrestre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tectonique des plaques

Tectonique des plaques
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo


Écrit par :

  • : ingénieur C.N.E.S., directeur adjoint du Laboratoire d'études en géophysique et océanographie spatiale, C.N.E.S.-G.R.G.S.
  • : ingénieur en chef géographe, secrétaire exécutif de l'I.U.S.M.

Classification

Autres références

«  GÉODÉSIE  » est également traité dans :

ACCÉLÉROMÈTRES SPATIAUX

  • Écrit par 
  • Raphaël F. GARCIA, 
  • Pierre TOUBOUL
  •  • 4 870 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La mission Goce »  : […] Goce est l'acronyme de Gravity field and steady-state Ocean Circulation Explorer, que l'on pourrait traduire par « Explorateur du champ de gravité et de la circulation océanique ». Ce satellite , d'une masse de 1 050 kilogrammes au lancement, est remarquable à bien des égards. Sa forme, tout d'abord, est presque aérodynamique : sa longueur, supérieure à 5 mètres, semble disproportionnée par rappor […] Lire la suite

CARTOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Guy BONNEROT, 
  • Estelle DUCOM, 
  • Fernand JOLY
  •  • 8 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Caractères et qualités des cartes »  : […] La cartographie est l'ensemble des études et des opérations scientifiques et techniques intervenant dans l'établissement des cartes ou plans, à partir des résultats d'observations directes ou de l'exploitation d'une documentation préexistante. Une carte est une représentation géométrique plane, simplifiée et conventionnelle, de tout ou partie de la surface terrestre, dans un rapport de similitude […] Lire la suite

CASSINI LES

  • Écrit par 
  • Guy POURSIN
  •  • 513 mots

Famille française représentée pendant quatre générations par des astronomes et des géodésiens. Jean-Dominique Cassini est né à Perinaldo, dans le comté de Nice, en 1625 et mort à Paris en 1712. Enseignant en Italie, il vient en France à la demande de Colbert, s'y installe et se fait naturaliser. En 1669, il est reçu à l'Académie des sciences et Louis XIV, peu après (1672), le nomme directeur de l' […] Lire la suite

EVEREST GEORGE (1790-1866)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 960 mots
  •  • 1 média

Géographe britannique né le 4 juillet 1790 à Crickhowell (Pays de Galles), George Everest est surtout connu pour avoir donné son nom à la plus haute cime terrestre. Cette reconnaissance lui vient de ses travaux de cartographie de l’Inde, par lesquels il a précisé, notamment, la localisation et la mesure de l’altitude des plus hauts sommets du monde. Pourtant, Everest a marqué l’histoire des scien […] Lire la suite

GAUSS CARL FRIEDRICH (1777-1855)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL, 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 4 922 mots

Dans le chapitre « La notion d'espace »  : […] Gauss n'est pas moins novateur en géométrie que dans les autres branches des mathématiques. Ses réflexions sur les fondements de la géométrie, et notamment sur les tentatives variées pour démontrer le postulat d'Euclide sur les parallèles, débutent dès sa vingtième année ; elles devaient se poursuivre durant une longue période, mais nous savons par sa correspondance que, dès 1816 (soit quinze ans […] Lire la suite

GÉOPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Michel CARA
  •  • 3 805 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les techniques de géodésie spatiale »  : […] La géodésie, qui consiste à mesurer la forme de la surface terrestre, a longtemps été confinée aux mesures d'angles et de distance effectuées au sol. Les mesures des hauteurs des reliefs depuis des visées au sol sont intimement liées à la valeur de l’intensité et de la direction du champ de gravité, car la verticale du fil à plomb se confond avec cette direction. Toute irrégularité de ce champ per […] Lire la suite

GLISSEMENTS DE TERRAIN

  • Écrit par 
  • Pierre DUFFAUT
  •  • 2 405 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'exemple du glissement de la Clapière »  : […] La Clapière est l'exemple français le plus spectaculaire, par l'évolution constatée depuis 1970. Au cœur du massif cristallin du Mercantour, le glissement est situé en rive gauche de la vallée de la Tinée, à 50 kilomètres de Nice, juste à l'aval du village de Saint-Étienne-de-Tinée, sur la route touristique dite « des grands cols ». Le versant est formé de gneiss plus ou moins micacés, sa partie […] Lire la suite

GRAVIMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL
  •  • 6 112 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Applications à la géodésie »  : […] L'écart entre la surface du géoïde et celle de l'ellipsoïde de référence, qui peut être de quelques dizaines de mètres, varie très progressivement et reste pratiquement constant sur des distances de quelques dizaines de kilomètres. Par conséquent, il n'est pas nécessaire, pour le déterminer, de tenir compte des irrégularités locales du relief. On n'utilise donc pas l'anomalie de Bouguer, mais l'a […] Lire la suite

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 29 281 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La géophysique »  : […] À cette méthode traditionnelle de la géologie, qui se refuse à la construction de modèles, suspects d'être à la fois arbitraires et artificiels, s'oppose la méthode de la géophysique. Dès que l'on envisage une grandeur physique mesurable, telle que le temps de parcours d'une onde sismique, un champ magnétique, l'intensité de la pesanteur, dont la valeur dépend de la distribution de certaines propr […] Lire la suite

SNELL VAN ROYEN WILLEBRORD (1580-1626)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 582 mots

Le mathématicien néerlandais Willebrord Snell Van Royen (1580-1626) publie en 1617 à Leyde (Hollande) le traité Eratosthenes Batavus . De Terrae ambitus vera quantitate . Snell naît le 13 juin 1580 à Leyde, située dans les Provinces-Unies, qui ont fait sécession d’avec l’Espagne en 1579. Fils aîné du professeur de mathématiques de l’université de Leyde, il suit une éducation privée dans la mais […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anny CAZENAVE, Pascal WILLIS, « GÉODÉSIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/geodesie/