AEMILIA GENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est au commencement du ~ ve siècle que certains membres de la gens Aemilia, famille patricienne romaine, jouent un rôle dans l'histoire de Rome. La gens Aemilia se divise en plusieurs branches : celles de Lepidus, de Mamercus, de Paulus et de Scaurus. Elle s'éteint à la fin du ier siècle.

La branche Lepidus est la plus célèbre. Elle comporte en particulier quatre personnages dont le nom reste attaché à l'histoire des guerres civiles qui contribuèrent à la ruine de la République romaine. Marcus Aemilius Lepidus, s'il est un médiocre consul en ~ 137 et un général sans grand talent en Espagne, peu de temps avant la prise de Numance en ~ 133, apparaît en revanche comme un orateur de premier plan, auquel Cicéron porte la plus vive admiration. Un autre Marcus Aemilius Lepidus, après avoir été l'allié de Sylla, embrasse la cause du parti populaire et, à la mort de Sylla, appelle les Italiens d'Étrurie à la révolte contre l'oppression romaine. Battu par son collègue au consulat Catulus et par Pompée, il s'exile en Sardaigne où il meurt en ~ 77. Il laisse deux fils. L'un, Paulus Aemilius Lepidus, choisit le camp du parti sénatorial et soutient Cicéron dans sa lutte contre Catilina en ~ 63. En signe de gratitude, le Sénat lui confie le consulat, mais Paulus Aemilius se laisse séduire par César et change de camp ; ce qui ne l'empêche pas, à la mort du dictateur en ~ 44, de partager à nouveau la cause du parti sénatorial et de voter le bannissement de son frère Marcus. Mais l'incertitude des temps est telle que son nom est bientôt affiché sur les listes de proscriptions. Paulus Aemilius s'enfuit et meurt en exil à Milet. Son frère, Marcus Aemilius Lepidus (Lépide), fera alliance en ~ 43 avec Marc Antoine et Octave, alliance qui est connue sous le nom de second triumvirat, après avoir été partisan de César pendant la guerre civile et consul en ~ 46, puis gouverneur de la Narbonnaise et de l'Espagne citérieure en ~ 44. L'Afrique lui échoit lors du partage des territoires romains entre les triumvirs. Marcus Aemilius Lepidus s'y établit en ~ 36 ; cependant, irrité d'être traité comme un subordonné par Octave, il prend la résolution de conquérir la Sicile sur Sextus Pompée à son seul profit. Mais Octave obtient aisément sa soumission, lui laisse la vie sauve et lui permet de conserver sa dignité de pontifex maximus ; finalement, il l'exile à Circéii, où Lepidus meurt en ~ 13.

La branche Mamercus se distingue aux ~ ve et ~ ive siècles, au cours de la conquête des territoires de l'Italie et de la soumission des peuples de la péninsule. Lucius Aemilius Mamercus, consul en ~ 484, puis en ~ 478 et en ~ 473, est l'un des premiers vainqueurs des Véiens et des Volsques. Son fils, Tiberius Aemilius Mamercus, consul en ~ 470 et en ~ 467, continue l'œuvre de son père et distribue les terres conquises sur les Volsques aux plébéiens. Un autre Aemilius Mamercus, dont on ignore le prénom, accède au consulat en ~ 438 et à la charge de dictateur en ~ 437, ~ 434 et ~ 426 afin d'avoir les pleins pouvoirs pour réduire les habitants de Fidènes et de Véies, avec l'aide de Cincinnatus. Lucius Aemilius Mamercinus Mamercus, le dernier et le plus célèbre personnage de cette branche de la gens Aemilia, prend le surnom de Privernas après avoir conquis la ville de Privernum sur les Gaulois, victoire qui, à Rome, a un grand retentissement. Mais là ne s'arrêtent pas les exploits de ce grand capitaine qui, consul en ~ 341 et en ~ 329, dictateur en ~ 335, réclame en ~ 316 une seconde dictature afin d'écraser les Samnites.

La troisième branche de la gens Aemilia porte le nom de Paulus, et elle a donné principalement à la République deux consuls de talent. Le premier, Lucius Aemilius Paulus (Paul Émile), consul en ~ 219, est nommé en ~ 216 une seconde fois consul en même temps que Varron ; malgré son avis défavorable, Rome lui ordonne d'engager la bataille contre Hannibal à Cannes. Il refuse de fuir et se fait tuer au milieu de ses soldats, au cours de cette catastrophe. Son fils Lucius Aemilius Paulus, deux fois consul en ~ 181 et en ~ 168, défait cette année-là Persée, roi de Macédoine, à Pydna et permet à ses soldats de piller soixante-dix villes d'Épire qui avaient embrassé la cause de Persée. Il reçoit en récompense du Sénat le titre de Macedonicus et meurt en ~ 160. Un d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification

Autres références

«  AEMILIA GENS  » est également traité dans :

BASILIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre GROS
  •  • 2 601 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La basilique de la Rome républicaine : une annexe couverte du forum »  : […] Contrairement à une idée largement répandue, la basilique la plus anciennement attestée à Rome n'est pas celle que Caton le Censeur fit construire en 184 avant J.-C. ( basilica Porcia ), mais celle dont parlent les comédies de Plaute dès la fin du iii e siècle. Il a été démontré que cette première basilique n'était autre que l' Atrium regium , édifice situé entre le marché aux poissons et la v […] Lire la suite

LÉPIDE, lat. MARCUS ÆMILIUS LEPIDUS (env. 89-13 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 945 mots

Celui qui devait former avec Antoine et avec Octave en ~ 43 le second triumvirat, Marcus Æmilius Lepidus, appartient à la gens Æmilia qui a donné à la République romaine d'illustres hommes d'État, tel ce Marcus Æmilius Lepidus qui fut consul en ~ 37 et l'un des plus grands orateurs de son temps (Cicéron reconnaît en lui un maître), tel aussi cet autre consul de l'année ~ 78 qui voulut soulever le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « AEMILIA GENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gens-aemilia/