GELÉE ROYALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sécrétion des glandes pharyngiennes des abeilles ouvrières occupées aux fonctions de nourrices, la gelée royale constitue la base de l'alimentation des jeunes larves d'ouvrières et l'aliment exclusif des larves de reines. Elle entre également dans l'alimentation des reines adultes. Elle a l'aspect d'une bouillie blanchâtre tirant sur le jaune ; son odeur acide est caractéristique ; sa saveur est plutôt piquante. Elle renferme 60 à 70 p. 100 d'eau. La matière sèche contient environ 50 p. 100 de protéines, 10 à 15 p. 100 de matières grasses, 20 à 25 p. 100 de glucides et 2 à 3 p. 100 de matières minérales. Son pH est de 4,1 à 4,2. La gelée royale est riche en vitamines du groupe B (forte teneur en acide pantothénique), en acides aminés libres et en acétylcholine. Elle contient de nombreuses substances encore mal identifiées. L'acide hydroxy-10-décène 2-oïque est spécifique de la gelée royale : il semble jouer un rôle important d'hormone « sociale » (phéromone), maintenant la cohésion des individus qui sont assemblés dans la ruche. La croissance extrêmement rapide de la larve de reine nourrie exclusivement de gelée royale et le fait que cette nourriture lui permet de se développer en femelle parfaite, c'est-à-dire ayant la possibilité de se reproduire et pouvant vivre plusieurs années sont à l'origine des recherches entreprises depuis 1950 par les biologistes pour expliquer son activité. Elles ont été facilitées par la mise au point de méthodes de production de la gelée royale qui sont dérivées des méthodes de production des reines et consistent à leurrer les ouvrières en leur faisant nourrir des rangées de larves de reines pour récolter ainsi la gelée royale, ce qui a permis d'abaisser beaucoup son prix de revient. Chez l'homme, les essais cliniques ont montré une action euphorisante de la consommation de gelée royale, qui pourrait être rapportée à l'effet hyperglycémiant. La gelée royale semble également intéressante dans le traitement de la sénescence (R. Chauvin, 1959). Elle est habituellement consommée en mélange avec le miel (1 à 2 p. 100), ou pure, ou lyophilisée. Elle est utilisée aussi en cosmétologie.

—  Jean LOUVEAUX

Écrit par :

  • : directeur de recherche à l'Institut national de la recherche agronomique, directeur de la station de recherche sur l'abeille et les insectes sociaux, Bures-sur-Yvette

Classification


Autres références

«  GELÉE ROYALE  » est également traité dans :

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 972 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Identité épigénétique et environnement »  : […] L’environnement, tel le régime alimentaire, peut modifier l’activité du génome et même orienter le devenir de la totalité d’un organisme. Chez les abeilles, tous les individus de la ruche descendent d’une même reine fondatrice. Les larves destinées à être ouvrières sont nourries de miel et de pollen tandis que les larves destinées à être reines sont nourries exclusivement de gelée royale. Or, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigenetique/#i_8050

HYMÉNOPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 6 421 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les abeilles »  : […] Comme chez les guêpes, on peut observer dans le groupe des abeilles tous les perfectionnements de la vie sociale. Les andrènes et les halictes font, en terre, des nids très simples qu'elles approvisionnent avec du « pain d'abeille » (pollen mêlé de miel). Il existe aussi des abeilles maçonnes comme les chalicodomes ( Megachile ) qui collent leurs nids de mortier sous les tuil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hymenopteres/#i_8050

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Classification et mode d'étude »  : […] On a proposé diverses classifications des phéromones. Karlson (1960), se fondant sur leur mode de perception, les subdivise en deux catégories, selon qu'elles agissent par voie olfactive ou par voie gustative. Wilson (1962), établissant son jugement sur leur mode d'action, distingue les pheromones de déclenchement ( releaser pheromones , des auteurs anglo-saxons) et les phéro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pheromones/#i_8050

Pour citer l’article

Jean LOUVEAUX, « GELÉE ROYALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gelee-royale/