GAY PRIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les origines

Lorsque la première marche est organisée à New York, la principale organisation homosexuelle qui existe en France, Arcadie, défend des principes de respectabilité et de discrétion diamétralement opposés à cette démarche. En mars 1971, son président participe à une émission de radio de Menie Grégoire sur R.T.L., qui est bruyamment interrompue par des lesbiennes féministes en rupture avec l'association. Dans les jours qui suivent, les mêmes créent le Front homosexuel d'action révolutionnaire (F.H.A.R.), ouvrant la phase « révolutionnaire » de l'histoire du mouvement homosexuel français. Quelques semaines plus tard, les militants du F.H.A.R. s'attirent les foudres de la gauche partisane et syndicale en participant au défilé du 1er-Mai sous des formes jugées outrancières : c'est l'occasion de l'entrée en scène des Gazolines, la frange radicale du F.H.A.R. composée de « folles » et autres personnages défiant les catégories de genre. Chaque année désormais, durant la décennie de 1970, les homosexuels intégreront le défilé au côté des féministes, à l'initiative du F.H.A.R. puis du Groupe de libération homosexuel (G.L.H.).

La première manifestation française exclusivement homosexuelle se déroule à Paris le 25 juin 1977, à l'appel du Mouvement de libération des femmes (M.L.F.) et du G.L.H., en soutien aux homosexuels américains qui affrontent alors la campagne anti-homosexuelle d'un groupe chrétien mené par une célébrité éphémère, la chanteuse Anita Bryant. Puis, en 1979, est organisée une marche homosexuelle qu'on peut considérer comme la première Gay Pride française, qui devient dès lors annuelle. Ainsi, près de dix années séparent la création de la manifestation à New York et son apparition en France, qui s'effectue dans un contexte de transition. Tout d'abord, au niveau politique, puisqu'on assiste à la montée du Parti socialiste dès les élections législatives de 1978. Ensuite, au niveau de l'espace des mobilisations, car si le G.L.H. s'éteint déjà, de nouveaux acteurs émergent [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : anthropologue, docteur de l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  GAY PRIDE  » est également traité dans :

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Dans le chapitre « Fin des discriminations »  : […] Au tournant des années 1980, une nouvelle phase s'ouvre en effet : les revendications se précisent et une mobilisation en termes de « droits » permet bientôt, en France en tout cas, la « dépénalisation » de l'homosexualité. Ce passage d'une culture révolutionnaire et minoritaire (lutte des classes défendue par les premiers militants gays) à une culture anti-discriminatoire (droits de l'homme) fut […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27-31 juillet 2015 • Israël - Autorité palestinienne • Recrudescence des violences commises par les colons.

, blesse mortellement à coups de couteau une participante au défilé de la Gay Pride. Cinq autres personnes sont blessées. Il venait d’être libéré de prison où il avait purgé une peine de dix ans d’enfermement pour avoir déjà attaqué des participants à la Gay Pride de Jérusalem en 2005. Le 31 [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe BROQUA, « GAY PRIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gay-pride/