GAY PRIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La consécration

Face au succès croissant de la marche mais aussi à d'importantes difficultés financières, décision est prise en 1996 de créer une société commerciale (la Sofiged) pour prendre en charge les aspects commerciaux de la Gay Pride, tandis que l'association poursuit son activité de lobbying en se dotant d'une commission politique. Les conditions du succès sont ainsi réunies lorsqu'en 1997 Paris accueille l'Europride, marche organisée chaque année dans une capitale européenne depuis le début des années 1990. Avec deux cent cinquante mille manifestants selon la police, c'est alors un record absolu d'affluence à la Gay Pride en France. Les deux années suivantes, les marches sont placées sous le signe de la revendication du Pacs, qui sera voté à la fin de 1999. Là encore, le symbole que représente le défilé annuel inspire les forces d'opposition contre le Pacs, qui s'expriment sous la forme de manifestations « concurrentes », où est imité le mélange de fête et de revendication caractérisant la Gay Pride.

En l'espace d'une décennie, la Gay Pride connaît ainsi un développement considérable, à l'instar du milieu associatif homosexuel. Tout d'abord, la participation augmente, de quelques milliers de personnes à plus de deux cent mille, et se diversifie fortement. La marche rallie chaque année un peu plus d'hétérosexuels. Ensuite, au niveau de sa médiatisation, certains quotidiens consacrent désormais leur une à l'événement. De plus, les soutiens se multiplient, lesquels débordent largement le champ de l'homosexualité puisque sont présents dans le défilé des associations de défense des droits de l'homme, des partis politiques ou des syndicats. Enfin, c'est durant la seconde moitié des années 1990 qu'apparaissent des marches dans différentes villes de province, dont l'organisation sera coordonnée par le comité InterPride France, créé en 1999.

La même année, l'association organisatrice de la marche parisienne est dissoute. Elle est remplacée par l'Interassociation lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-L.G.B.T.), fédération d'associations dont elle entend faire valoir l' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : anthropologue, docteur de l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  GAY PRIDE  » est également traité dans :

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Dans le chapitre « Fin des discriminations »  : […] Au tournant des années 1980, une nouvelle phase s'ouvre en effet : les revendications se précisent et une mobilisation en termes de « droits » permet bientôt, en France en tout cas, la « dépénalisation » de l'homosexualité. Ce passage d'une culture révolutionnaire et minoritaire (lutte des classes défendue par les premiers militants gays) à une culture anti-discriminatoire (droits de l'homme) fut […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27-31 juillet 2015 • Israël - Autorité palestinienne • Recrudescence des violences commises par les colons.

, blesse mortellement à coups de couteau une participante au défilé de la Gay Pride. Cinq autres personnes sont blessées. Il venait d’être libéré de prison où il avait purgé une peine de dix ans d’enfermement pour avoir déjà attaqué des participants à la Gay Pride de Jérusalem en 2005. Le 31 [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe BROQUA, « GAY PRIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gay-pride/