GAY PRIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Symbole de l'homosexualité moderne dans les pays occidentaux, la Gay Pride est le produit des mouvements de libération homosexuelle nés au début des années 1970. À l'origine, c'est une marche revendicative commémorant des événements qui se sont déroulés à New York en juin 1969. Après que des arrestations ont eu lieu dans un bar de Christopher Street fréquenté principalement par des travestis, le Stonewall Inn, des affrontements opposent des homosexuels aux forces de l'ordre durant plusieurs nuits, inaugurant une résistance active contre les brutalités policières qui sont alors monnaie courante. Un an plus tard, le 28 juin 1970, une Christopher Street Liberation Parade est organisée par deux organisations nouvellement créées. La manifestation devient annuelle à New York, puis dans d'autres villes des États-Unis. En France, en revanche, elle se développe plus tardivement, de manière fortement dépendante des contextes politique, juridique et organisationnel.

Les origines

Lorsque la première marche est organisée à New York, la principale organisation homosexuelle qui existe en France, Arcadie, défend des principes de respectabilité et de discrétion diamétralement opposés à cette démarche. En mars 1971, son président participe à une émission de radio de Menie Grégoire sur R.T.L., qui est bruyamment interrompue par des lesbiennes féministes en rupture avec l'association. Dans les jours qui suivent, les mêmes créent le Front homosexuel d'action révolutionnaire (F.H.A.R.), ouvrant la phase « révolutionnaire » de l'histoire du mouvement homosexuel français. Quelques semaines plus tard, les militants du F.H.A.R. s'attirent les foudres de la gauche partisane et syndicale en participant au défilé du 1er-Mai sous des formes jugées outrancières : c'est l'occasion de l'entrée en scène des Gazolines, la frange radicale du F.H.A.R. composée de « folles » et autres personnages défiant les catégories de genre. Chaque année désormais, durant la décennie de 1970, les homosexuels intégreront le défilé au côté des féministes, à l'initiative du F.H.A.R. puis du Groupe de libération homosexuel (G.L.H.).

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : anthropologue, docteur de l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  GAY PRIDE  » est également traité dans :

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Dans le chapitre « Fin des discriminations »  : […] Au tournant des années 1980, une nouvelle phase s'ouvre en effet : les revendications se précisent et une mobilisation en termes de « droits » permet bientôt, en France en tout cas, la « dépénalisation » de l'homosexualité. Ce passage d'une culture révolutionnaire et minoritaire (lutte des classes défendue par les premiers militants gays) à une culture anti-discriminatoire (droits de l'homme) fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homosexualite/#i_46835

Voir aussi

Pour citer l’article

Christophe BROQUA, « GAY PRIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gay-pride/