GARCILASO DE LA VEGA (1503-1536)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par un ensemble de circonstances historiques, sociales et aussi familiales, le Castillan de pure race qu'était Garcilaso de La Vega devait incarner de la façon la plus parfaite un idéal humain dont le modèle était italien. Parachevant la tentative italianisante d'un de ses aïeux, il allait, en outre, imposer à la poésie traditionnelle espagnole une profonde révolution dont l'innovation métrique n'est que le caractère le plus apparent. Curieux destin que le sien : fils d'une terre sèche, pauvre et ingrate, il devait transmettre la vision délicieuse d'une nature éternellement verte et fleurie ; fils d'une terre rude, âpre et austère, il trouva les accents de lyrisme le plus mélodieux et le plus caressant ; fils d'une terre mystique et guerrière, il exalta l'amour et la vie. Sa poésie profane, sentimentale, humaine, introduisait, dans une Espagne spirituelle et chrétienne, la sensibilité exacerbée de la plus païenne des Renaissances.

« Prenant tantôt la plume, tantôt l'épée... »

Lorsque Garcilaso de La Vega naît à Tolède, Colomb revient d'Amérique pour la quatrième fois et Cortés s'embarque pour le Mexique : en Espagne, c'est l'aube d'un grand siècle et le début d'un grand empire. Dans ce pays enfin unifié, les origines de Garcilaso le placent au plus haut de l'échelle sociale du temps. Dans la galerie des ancêtres, l'enfant poète peut contempler, rêveur, les portraits du marquis de Santillane et du célèbre historien Pérez Guzmán. Avec la noblesse de sang, Garcilaso n'héritait pas seulement d'un titre mais d'une destinée.

Des trois débouchés que l'Espagne offrait aux jeunes nobles d'alors, le sort l'achemina à la Casa real : c'est un adolescent de dix-sept ans lorsqu'il entre, en 1520, dans la garde royale, découvrant par ce biais la vie de cour. À partir de cette date, il vivra, dans le sillage de l'empereur, les heures les plus glorieuses de l'Espagne. Sa vie d'homme jeune allait coïncider en effet avec les vingt premières années du règne de Charles Quint, années d'expansion triomphante et d'ouverture optimiste sur l'Europe. De nombreuses campagnes ou expéditions militaires, un rôle d'ambassadeur, d'incessants va-et-vient d'Espagne en Italie et d'Italie en Espagne, c'est un véritable déracinement qui donne à sa vie un cadre aux larges dimensions européennes. Son lyrisme aussi fera craquer les frontières nationales. En 1532, Garcilaso aboutit à Naples après maintes péripéties, dont un exil dans une île du Danube : il ne lui reste plus que quatre années à vivre, les plus décisives et les plus fertiles, celles de la création poétique sous le signe napolitain.

C'est par le dualisme vécu du poète-soldat que Garcilaso est homme de la Renaissance et modèle prestigieux de l'idéal humain que Castiglione a lancé aux quatre coins de l'Europe. Vivant la double vocation qui, chez un Ronsard, ne restera qu'un rêve, Garcilaso semble abolir l'éternel conflit des lettres et des armes. Pourtant, de ces deux vocations, l'une est marquée du doute : chez ce soldat de l'empereur, la muse n'est pas guerrière comme elle le sera chez son cadet Hernando de Acuña. À aucun moment la poésie de Garcilaso n'est le reflet du grand rêve impérial. Les quelques accents épiques que lui inspire la maison d'Albe – expression de la circonstance et de la gratitude mêlées – compensent mal l'évocation d'un Mars « cruel », « féroce » et « sanglant », et, au-delà des clichés littéraires, la tragique conscience de l'inutilité du sang versé peut rendre songeur :

 Qui de nous n'est déjà touché par cet excès  de guerres, d'exils et de dangers ?  Qui n'est las de leur longue durée ? Élégie, I 

Ce scepticisme subversif, est-ce une brèche subtile qu'aurait ouverte l'érasmisme qui imprégnait, au cœur de la Naples renaissante et païenne, le cortège de Charles Quint ? Ce que l'on ne peut mettre en doute, c'est que, pour Garcilaso, il n'y a pas d'intersection entre les sphères de la vie et du rêve, ni de continuité entre les combats de la plume et ceux de l'épée. Lors de l'automne 1536, devant la tour du Muy, en Provence, il paye de son sang le tribut à la vaillance et à la fidélité, mais sa vraie vocation et son humanité s'expriment dans sa poésie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GARCILASO DE LA VEGA (1503-1536)  » est également traité dans :

BOSCÁN ALMOGÁVER JUAN (1490 env.-1542)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 210 mots

Un des premiers poètes espagnols de la Renaissance. Courtisan et guerrier, tout comme son ami Garcilaso de La Vega, Juan Boscán assista aux combats de l'île de Rhodes et accompagna l'empereur Charles Quint lorsque celui-ci se porta au secours de Vienne assiégée par les Turcs en 1529. Sa rencontre avec Andrea Navagero, alors ambassadeur à Grenade, et leurs entretiens sur la métrique des poètes ital […] Lire la suite

GARCILASO DE LA VEGA dit L'INCA (1539-1616)

  • Écrit par 
  • Jacques LAFAYE
  •  • 827 mots

Fils naturel du conquistador Sebastián Garcilaso de la Vega et de la princesse inca Isabel Chimpu Ocllo, Garcilaso naquit au Cuzco, ancienne capitale de l'Empire inca. Baptisé sous le patronyme de Gómez Suárez de Figueroa, il n'adopta qu'en 1561 le nom de son père, sous lequel il s'illustra dans les lettres. En compagnie de sa mère, il grandit dans la vaste demeure paternelle jusqu'en 1549, date à […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Annie FREMAUX-CROUZET, « GARCILASO DE LA VEGA (1503-1536) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/garcilaso-de-la-vega-1503-1536/