GANGRÈNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'une façon générale, la gangrène est un processus pathologique caractérisé par la mortification des tissus privés de vitalité, de circulation sanguine et de sensibilité, à la suite de maladies vasculaires (gangrène sèche), ou d'une infection (gangrène humide) qui domine la mortification avec laquelle elle s'intrique, qu'elle lui soit secondaire ou qu'elle en soit la cause. On appelle escarre la partie gangrenée, sphacèle les gangrènes étendues. Le terme nécrose (bien qu'il soit souvent utilisé comme synonyme de gangrène) a un sens plus restreint, limité à la mortification des seuls tissus osseux ou cartilagineux.

Étiologie

Gangrènes sèches

Les gangrènes sèches sont habituellement dues à une lésion artérielle ou artériolaire supprimant l'irrigation sanguine du territoire dans lequel la mortification des tissus est la conséquence immédiate de l'ischémie. La topographie et la gravité de cette affection sont fonction du niveau de l'oblitération artérielle : la lésion d'une artériole terminale provoque une gangrène parcellaire ; l'atteinte d'un tronc artériel risque d'entraîner une gangrène massive, à moins que les vaisseaux collatéraux n'assurent une dérivation suffisante du flux sanguin. Ces gangrènes ischémiques relèvent d'origines diverses : athérosclérose oblitérante, sénile ou diabétique, thrombo-angéite oblitérante (maladie de Buerger), embolie, traumatismes artériels, causes artériolaires (maladies de Raynaud, intoxications par l'ergot de seigle, le plomb, l'arsenic...).

Gangrènes humides

Les gangrènes humides sont déterminées essentiellement par des microbes anaérobies dont les propriétés particulières conditionnent l'aspect clinique et l'extrême gravité des lésions. Ces germes, incapables d'utiliser l'oxygène libre, captent l'oxygène combiné de la matière organique en la dégradant au moyen d'enzymes, en particulier au moyen de déshydrogénases très puissantes. Ce sont généralement des anaérobies telluriques, exogènes, introduits accidentellement dans l'organisme lors d'un traumatisme (plaie délabrante souillée de terre) ; il peut s'agir aussi de micro-organismes non telluriques, d'origine endogène, provoquant des infections putrides localisées surtout au niveau des organes profonds (gangrènes viscérales). Il est fréquent de constater que ces gangrènes ne sont pas dues, chez un même malade, à une espèce microbienne unique, mais, au contraire, à une association de plusieurs anaérobies ou d'aérobies et d'anaérobies. Certaines de ces espèces, qui peuvent n'avoir, isolément, qu'un pouvoir pathogène limité, revêtiront une extrême virulence, du fait de leur association.

La dégradation des tissus vivants par les anaérobies est foudroyante : c'est une lyse tissulaire plus ou moins totale, rapidement extensive, avec production de la toxine particulière à chaque germe et de produits de dégradation également toxiques, jadis appelés ptomaïnes, provenant pour la plupart de la décarboxylation des acides aminés. Il s'agit principalement de corps voisins de l'histamine, des phénylalcoylamines, de la putrescine, etc., et dont la toxicité explique l'atteinte profonde de l'état général des malades et la fétidité des lésions. Quelques-uns sont gazeux (hydrogène, anhydride carbonique, hydrogène sulfuré, amines volatiles...), d'où le terme de gangrène gazeuse pour désigner les gangrènes causées par certains microbes anaérobies : les tissus sont envahis par les gaz, donnant à la palpation une sensation très particulière de tension avec emphysème dite crépitation neigeuse. Ainsi, la gangrène par anaérobies associe deux processus. D'une part, une mortification rapide et extensive des tissus aboutit à leur liquéfaction, sans présence de pus véritable, avec un œdème hémorragique et le plus souvent production de gaz ; il s'agit d'une véritable putréfaction in vivo avec libération de substances fétides ; aussi R. Veillon a-t-il défini cette gangrène comme « un processus infectieux accompagné de putridité et de morbidité ». D'autre part, à ces manifestations locales s'ajoute une toxémie grave, entraînant rapidement la mort ; elle est due à la résorption par l'organisme de la toxine, ou des toxines, que sécrètent les germes eux-mêmes et des multiples substances, également toxiques, qui proviennent de la destruction des tissus.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à la faculté de médecine de Paris, chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  GANGRÈNES  » est également traité dans :

DIABÈTE

  • Écrit par 
  • Éric RENARD
  •  • 8 161 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Complications chroniques du diabète sucré »  : […] Les complications chroniques sont le problème majeur du diabète sucré. La normalisation insuffisante et inconstante de la glycémie par le traitement en constitue la cause principale, et ce par différents mécanismes affectant en particulier la paroi des vaisseaux sanguins et le métabolisme du tissu nerveux. Les facteurs de risque cardio-vasculaire (tabagisme, hypertension artérielle, hypercholesté […] Lire la suite

FASCIITE NÉCROSANTE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 449 mots

La fasciite nécrosante est une infection qui se généralise rapidement, atteignant les couches sous-cutanées et la couche adipeuse. Elle est due à un groupe de bactéries pathogènes connues sous le nom de streptocoques du groupe A, et plus particulièrement à la bactérie Streptococcus pyogenes . Surnommée « cellulite gangreneuse » ou « maladie dévoreuse de chair », la fasciite nécrosante est rare, […] Lire la suite

FERMENTATIONS

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 3 945 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fermentation butyrique et les fermentations apparentées »  : […] Elles sont le fait de bactéries anaérobies strictes appartenant presque exclusivement au genre Clostridium  : –  Cl. butyricum , Cl. tyrobutyricum , Cl. lactoacetophilum dégradent l'amidon avec production de dioxyde de carbone (près de 45 p. 100 du glucose disparu), d'acide acétique (25 p. 100), d'acide butyrique (25 p. 100) et d'hydrogène. La gangrène gazeuse est due à l'infection, par des bact […] Lire la suite

VAISSEAUX SANGUINS ET LYMPHATIQUES

  • Écrit par 
  • Claude ELBAZ, 
  • Didier REINHAREZ
  •  • 14 783 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les embolies artérielles »  : […] Les embolies artérielles réalisent également une ischémie aiguë, mais, à la différence des thromboses artérielles, l'arrêt circulatoire est dû à la migration d'un caillot provenant le plus souvent du cœur gauche (rétrécissement mitral dans la majorité des cas). Cet embol, propulsé à grande vitesse dans le torrent aortique, s'engage dans des artères de plus en plus étroites et finit par s'arrêter […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri-Hubert MOLLARET, « GANGRÈNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gangrenes/