GABON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Gabon : carte physique

Gabon : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Gabon : drapeau

Gabon : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Canopée, forêts du Gabon

Canopée, forêts du Gabon
Crédits : D. Louppe/ CIRAD

photographie

Gabon : économie

Gabon : économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tous les médias


Nom officielRépublique gabonaise (GA)
Chef de l'ÉtatAli Bongo Ondimba (depuis le 16 octobre 2009)
Chef du gouvernementJulien Nkoghe Bekale (depuis le 15 janvier 2019)
CapitaleLibreville
Langue officiellefrançais
Unité monétairefranc CFA
Population1 972 000 (estim. 2018)
Superficie (km2)267 667

Évolution depuis l'indépendance

La mise en place des nouvelles institutions fut difficile. Une première Constitution instituant un régime parlementaire fut adoptée le 4 novembre 1960 par l'Assemblée nationale contre l'avis du Premier ministre et chef de l'État par intérim Léon Mba, partisan du régime présidentiel, qui refusa de l'appliquer, ce qui provoqua le mécontentement des députés. Ceux-ci préparèrent alors une motion de censure. Mais Léon Mba fit arrêter le président de l'Assemblée nationale, Paul-Marie Gondjout, et d'autres députés. Fragilisé par ces arrestations des membres de son propre parti, Léon Mba se rapprocha du leader de l'opposition, Jean-Hilaire Aubame, pour négocier une entente. Celle-ci, très vite conclue, prit le nom d'« Union nationale ». Elle regroupa le B.D.G., l'U.D.S.G. et le P.U.N.GA Sous ses auspices furent élus, le 12 février 1961, le premier président de la République gabonaise − en l'occurrence, Léon Mba −, et une nouvelle Assemblée qui, aussitôt, adopta une nouvelle Constitution dotant le Gabon d'un régime de type présidentiel. Le 21 février 1961 fut formé un gouvernement d'union nationale. Mais Léon Mba voulant imposer le B.D.G. comme parti unique, l'expérience d'union nationale prit fin le 19 février 1963, avec l'éviction de l'opposition du gouvernement. Dès lors, le climat politique se dégrada. Le 21 janvier 1964, l'Assemblée fut dissoute. Les législatives, fixées au 23 février 1964, ne purent avoir lieu car, dans la nuit du 17 au 18 février, l'armée prit le pouvoir. Mais, dès le lendemain, l'armée française intervint et rétablit Léon Mba dans ses fonctions. Secoué par le coup d'État et miné par la maladie, ce dernier mourut le 28 novembre 1967. Comme le stipulait la Constitution, révisée à dessein le 17 février 1967, le vice-président Bongo lui succéda le 2 décembre 1967.

Léon Mba, 1967

Léon Mba, 1967

Photographie

Premier président du Gabon indépendant, Léon Mba exerça ses fonctions de 1960 jusqu'à son décès, en 1967. 

Crédits : Getty

Afficher

Dès le 13 mars 1968, le nouveau président créa unparti unique dénommé Parti démocratique gabonais, qui abolit toutes les libertés démocratiques. À partir de 1973, la hausse du prix du pétrole permit l'aboutissement de quelques grands projets laissés par Léon Mba [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : docteur d'État ès lettres et sciences humaines, professeur titulaire des Universités, enseignant à la faculté des lettres et sciences humaines de Libreville

Classification


Autres références

«  GABON  » est également traité dans :

GABON, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/chronologie/gabon/#i_29979

AFRIQUE-ÉQUATORIALE FRANÇAISE (A.-É.F.)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 496 mots

Jusqu'en 1883, les possessions françaises d'Afrique équatoriale ont été administrées par un officier de marine portant le titre de commandant supérieur des Établissements français du golfe de Guinée. Le 16 décembre 1883, l'administration du Gabon est détachée de celle de la Guinée. Par un arrêté du 11 décembre 1888, le Gabon est réuni au Moyen-Congo. Deux lieutenants-gouverneurs administrent, l'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-equatoriale-francaise/#i_29979

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Dans le chapitre « Entre l'au-delà et les vivants  »  : […] La religion fondamentale des peuples de l'Afrique équatoriale atlantique est le culte familial rendu aux ancêtres du lignage. Dans ces sociétés dont le fonctionnement repose quasi exclusivement sur la parenté et les relations de proximité, le culte des ancêtres avait, jusqu'au début du xx e  siècle, une grande importance pour assurer la cohésion s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-arts-histoire-et-traditions/#i_29979

BAGOMBÉ RÉACTEUR NUCLÉAIRE NATUREL DE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 570 mots

Le gisement d'uranium d'Oklo, au Gabon, présente une particularité unique au monde : véritable curiosité géologique, il est constitué d'une quinzaine de réacteurs nucléaires naturels qui fonctionnent sur un principe équivalent de ceux qui sont réalisés par l'homme pour la production d'électricité. La Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf), une filiale de la Cogema (Areva depuis 2006 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reacteur-nucleaire-naturel-de-bagombe/#i_29979

BAKOTA ou KOTA

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 407 mots

Population bantoue, du groupe nord-ouest, les Bakota (ou Kota, singulier Mukota) constituent une des populations forestières du Gabon, comme les Fang, leurs voisins, avec lesquels ils partagent de nombreux traits. Au nombre d'environ 44 000, ils sont dispersés dans l'est du Gabon et au Congo, de l'Ogooué-Ivindo au Niari. Venus du Nord, ils ont migré par les interfluves il y a quelques siècles. On […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bakota-kota/#i_29979

BONGO ALBERT BERNARD puis OMAR (1935-2009)

  • Écrit par 
  • Patrick QUANTIN
  •  • 775 mots
  •  • 1 média

Albert Bernard Bongo, président de la République gabonaise de 1967 à 2009, est mort à Barcelone le 8 juin 2009. Depuis le retrait de Fidel Castro en février 2008, il était le dirigeant en exercice le plus ancien de la planète. Né à Lewai, dans le Haut-Ogooué en 1935, il débute comme fonctionnaire des postes à Brazzaville. Après son service militaire, il est affecté au ministère des Affaires étran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bongo-albert-bernard-puis-omar/#i_29979

CONGO RÉPUBLIQUE DU

  • Écrit par 
  • Philippe DECRAENE, 
  • Roland POURTIER, 
  • Patrick QUANTIN, 
  • Gilles SAUTTER
  •  • 12 267 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une économie défaillante »  : […] Les destructions dont cette voie ferrée a souffert sont à l'image de l'économie congolaise. Sa coupure fait monter les prix dans la capitale et décourage les investisseurs. C'est un point très sensible de la stabilité du pays, qui conduit le président Sassou à concentrer dans le nord, peu peuplé, la plus grande partie de l'aide à la reconstruction, avec un intérêt particulier pour les voies de com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-du-congo/#i_29979

FANG

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 789 mots

Les Fang forment près du tiers de la population du Gabon, dont ils occupent le Nord et l'Ouest (ils étaient 450 000 en 2005, au Gabon). Leur groupe se prolonge au-delà des frontières, en Guinée équatoriale (80 p. 100 de la population) et au Cameroun (20 p. 100 de la population, soit près de 3 millions de personnes en 2005). Avec les Beti et les Boulou du Cameroun, ils constituent le groupe dit «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fang/#i_29979

FOCCART JACQUES (1913-1997)

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 771 mots

« Homme de l'ombre », « éminence grise », « deus ex machina » : comme tous ces personnages mystérieux et transformés de leur vivant en légende, « Foccart l'Africain », mort le 19 mars 1997 à l'âge de quatre-vingt-trois ans, avait accumulé les surnoms au fil d'une longue carrière. Une vie surtout marquée par son influence en Afrique, d'abord au service du général de Gaulle, puis de Georges Pompidou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-foccart/#i_29979

LIBREVILLE

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 665 mots
  •  • 1 média

La capitale du Gabon est située sur la rive droite du large estuaire du Como. Ce remarquable site d'abri a été fréquenté par les Européens depuis sa découverte, à la fin du xv e  siècle (1472), par des navigateurs portugais qui lui donnèrent, on ne sait pourquoi, le nom de Gabao (en français « caban »), d'où Gabon. Les rives du Como étaient habit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libreville/#i_29979

MASQUES - Le masque en Afrique

  • Écrit par 
  • Annie DUPUIS
  •  • 4 315 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Peuples des bassins de l'Ogooué et du Zaïre »  : […] Dans cette vaste région stylistique, on trouve des styles très contrastés. Les fameux « masques blancs » des peuples de l'ouest du Gabon (Shira, Pounou , Nzabi, Loumbou) – visages idéalisés de jeunes filles mortes, autrefois comparés aux masques asiatiques avec lesquels on a cru discerner une relation du fait de leurs yeux bridés et de leur raffinement, jugés à tort « non-africains » – évoluent su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masques-le-masque-en-afrique/#i_29979

MBA LÉON (1902-1967)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 312 mots

Homme d'État gabonais, né en février 1902 à Libreville, au Congo français (auj. Gabon), mort le 28 novembre 1967 à Paris. Considéré comme un agitateur par l'administration coloniale française et exilé par cette dernière entre 1933 et 1946, Léon Mba entre en politique peu après son retour au Gabon. Élu à l'Assemblée territoriale gabonaise en 1952, il devient maire de la capitale, Libreville, en 195 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-mba/#i_29979

MPONGWÉ ou MPONGOUÉ

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 350 mots

Population bantoue du groupe nord-ouest, les Mpongwé ont acquis sur la côte gabonaise une influence importante. Leur langue est parlée par un certain nombre d'autres groupes, comme les Adjumba, les Oroungou, les Ndomi, les Galoa et les Enenga ; au xix e  siècle, elle jouait dans la région le rôle de lingua franca pour la tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mpongwe-mpongoue/#i_29979

ORGANISMES FOSSILES PLURICELLULAIRES PREMIERS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 920 mots
  •  • 1 média

Au-delà de 1 milliard d'années, les traces fossiles de formes vivantes font partie de ce que le philosophe français Bernard Teyssèdre a appelé très justement La Vie invisible (L'Harmattan, 2002) : quelques vagues traces, quelques microfossiles visibles seulement au microscope. Pourtant, en 2008, au cours de travaux de terrain effectués dans le cadre d'un contrat, le sédimento […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiers-organismes-fossiles-pluricellulaires/#i_29979

ORUNGOU

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 237 mots

Population bantou, appartenant au groupe nord-ouest, les Orungou (Oroungou) ont adopté la langue des Mpongwé sans qu'on puisse attribuer aux deux populations une origine commune. Ils vivent dans la région de Port-Gentil, au Gabon, dans le delta de l'Ogooué et le long de l'Océan, de la rivière Aminba à la rivière Aouanyé. La situation géographique du territoire des Oroungou fit de ceux-ci des inter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orungou/#i_29979

Voir aussi

Pour citer l’article

Roland POURTIER, Nicolas METEGUE N'NAH, « GABON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabon/