Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FROTTIS GYNÉCOLOGIQUES

Le principe de l'examen en laboratoire de frottis gynécologiques réside dans le fait que les lésions tumorales des voies génitales basses de la femme desquament et que leurs cellules anormales peuvent être recueillies lors d'un prélèvement et découvertes après étalement et fixation sur des lames, par examen microscopique.

Le frottis est réalisé très facilement, en dehors des règles (en l'absence de toilette vaginale dans les 48 heures qui précèdent), par prélèvement à la spatule en bois d'Ayre dans le cul-de-sac postérieur du vagin, en arrière du col utérin, cela réalisant le frottis vaginal ; par grattage avec l'autre extrémité de la spatule au pourtour de l'orifice externe du col utérin, on obtient un frottis exocervical ; par prélèvement à l'intérieur du canal endocervical au moyen d'un écouvillon, et, parfois, en présence de certains signes pathologiques (métrorragies) ou dans certaines conditions de suspicion, par prélèvement à l'intérieur du corps utérin, parfois après dilatation de l'orifice interne du col utérin, au moyen d'un petit dispositif en matière plastique stérile, ce qui se constitue une sorte de biopsie de l'endomètre.

Les prélèvements seront fixés immédiatement, soit par immersion dans un mélange à parties égales d'alcool à 900 et d'éther (liqueur d'Hoffmann), soit par fixation à l'aide d'une laque en spray, et seront envoyés au spécialiste de cytologie pour étude microscopique après colorations spéciales.

Les résultats sont, depuis Papanicolaou, exprimés en « classes » :

toutes les cellules sont normales ;

présence de cellules inflammatoires ;

présence de cellules dystrophiques : en général, examen à refaire après désinfection ;

présence de cellules cancéreuses ;

il n'y a que des cellules cancéreuses.

De réalisation facile, cette exploration peut être effectuée sur une grande échelle, à condition toutefois que les laboratoires soient en nombre suffisant. La fiabilité de la méthode est excellente pour le dépistage des cancers du col, mais hélas, beaucoup moins sûre (20 à 25 p. 100 d'échecs) pour les cancers du corps utérin.

Mais ce n'est qu'une méthode de dépistage ne pouvant en aucun cas décider à elle seule d'une thérapeutique qui ne pourra être définie qu'après colposcopie ou hystérographie (selon l'« étage » suspect) et examen histologique (biopsies).

— Paul-François LEROLLE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CANCER - Cancer et santé publique

    • Écrit par Maurice TUBIANA
    • 14 762 mots
    • 8 médias
    ...des lésions prénéoplasiques (dyskératose, cancer in situ), qui sont susceptibles d'évoluer vers un cancer invasif. Leur dépistage est effectué par des frottis cervico-vaginaux (un tous les trois ans car, étant donné la lenteur de l'évolution des lésions, il est inutile de le pratiquer plus souvent) et...
  • GÉNITAL APPAREIL

    • Écrit par Universalis, Claude GILLOT, Bernard JAMAIN, Maurice PANIGEL
    • 14 769 mots
    • 12 médias
    Les frottis vaginaux permettent la recherche des caractères cytologiques des cellules desquamées, venues du col, et se trouvant dans les sécrétions cervicovaginales. Cet examen, absolument indolore, doit être pratiqué systématiquement au cours de la vie sexuelle et régulièrement chez toute femme ayant...
  • MST (maladies sexuellement transmissibles)

    • Écrit par Michel POITEVIN, André SIBOULET
    • 3 642 mots
    .... Certains d'entre eux peuvent entraîner chez les jeunes femmes, dans certaines conditions, un état précancéreux du col de l'utérus, d'où l'importance de faire pratiquer unfrottis du col utérin en vue d'examen cytologique chez toute jeune femme à vie sexuelle instable.
  • PAPILLOMAVIRUS

    • Écrit par Sophie ALAIN, François DENIS
    • 3 085 mots
    • 4 médias
    ...lésions. Les lésions génitales planes, sont de diagnostic plus difficile et ne sont visibles qu'après adjonction d'acide acétique en colposcopie. Le dépistage actuel repose sur le frottis (examen cytologique des cellules) pratiqué au niveau du col utérin, à la recherche de cellules anormales....

Voir aussi