COLPOSCOPIE, médecine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au moyen d'une loupe binoculaire qui grossit de vingt à cinquante fois, selon les appareils et les optiques choisies, et à l'aide d'un éclairage incorporé puissant, la colposcopie est l'étude visuelle de la morphologie du col utérin et de sa muqueuse. Cet examen permet de confirmer ou d'infirmer des résultats suite à un frottis cervico-vaginal, ou d'orienter le gynécologue afin d'effectuer une biopsie.

Après mise en place d'un spéculum à parois intérieures mates, pour éviter les reflets, le gynécologue place le colposcope devant lui, à environ vingt ou trente centimètres du col, suivant les distances focales propres à chaque appareil. L'examen dure de 5 à 10 minutes, et est totalement indolore.

On étudie d'abord le col sans préparation, après simple mouchage au porte-coton, en regardant l'orifice externe du col, sa glaire, et en localisant les diverses zones pathologiques qui peuvent l'entourer. Puis on imprègne le col d'acide acétique à 2 p. 100, qui coagule les protéines constituantes des cellules et qui fait ressortir leurs caractéristiques ou leurs anomalies.

C'est ainsi que l'on différenciera l'épithélium glandulaire venant de l'endocol, avec son aspect de grains de raisin, et l'épithélium malpighien stratifié plat de l'exocol. Il est capital de rechercher et de suivre, si possible en totalité, la zone de jonction entre ces deux épithéliums, qui est constamment le point de départ des dysplasies et des lésions cancéreuses.

Les zones anormales découvertes peuvent être bénignes et ne nécessiter qu'une surveillance ou un petit traitement, ou plus sévères et justifier une intervention plus ou moins étendue.

Parmi les premières, les ectropions : éversions de la muqueuse de l'endocol sur l'exocol, les kystes de Naboth, résidus glandulaires bouchés, les petites zones de dysplasies bénignes en périphérie d'un ectropion, dont la bénignité est étayée par les frottis de dépistage et, au besoin, les biopsies.

Parmi les secondes, les dysplasies irrégulières et les épithéliomas intra-épithéliaux, diagnostiqués là aussi par colposcopie, frottis et biopsies (ici indispensables), n [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COLPOSCOPIE, médecine  » est également traité dans :

GÉNITAL APPAREIL

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Bernard JAMAIN, 
  • Maurice PANIGEL
  • , Universalis
  •  • 14 776 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Dépistage et prophylaxie »  : […] Plusieurs investigations cliniques peuvent être pratiquées. Soumis au test de Schiller , le col utérin prend une coloration brun acajou uniforme sous l'action d'une solution iodo-iodurée. En cas d'anomalie du revêtement muqueux du col, on observe une coloration différente, soit rouge, soit blanche, à contours nets ou à contours flous. La colposcopie uti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-genital/#i_80512

PAPILLOMAVIRUS

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • François DENIS
  •  • 3 081 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Diagnostic de l'infection à papillomavirus »  : […] Le diagnostic des verrues, papillomes et condylomes exophytiques est avant tout clinique, et porte sur l'aspect des lésions. Les lésions génitales planes, sont de diagnostic plus difficile et ne sont visibles qu'après adjonction d'acide acétique en colposcopie. Le dépistage actuel repose sur le frottis (examen cytologique des cellules) pratiqué au niveau du col utérin, à la recherche de cellules […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papillomavirus/#i_80512

Pour citer l’article

Paul-François LEROLLE, « COLPOSCOPIE, médecine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/colposcopie-medecine/