GRILLPARZER FRANZ (1791-1872)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le recours au drame historique

Il serait trop simple d'imaginer que le recours au drame historique s'explique uniquement par le besoin de se rattacher à une collectivité. Certes, les considérations esthétiques et personnelles ne sont pas négligeables, mais l'utilisation de l'histoire résulte d'une réflexion originale que l'on a voulu faussement interpréter dans le sens hégélien. S'il est une nécessité, l'État n'en est pas moins pour Grillparzer un mal. Quant à l'histoire, elle n'est pour lui que l'œuvre des hommes : « Les événements peuvent bien être l'œuvre d'un esprit du monde (Weltgeist), mais l'histoire ! L'histoire est-elle donc autre chose que la manière dont l'esprit de l'homme envisage des événements qui lui restent incompréhensibles ? » (Rollet-Sauer). Si donc Grillparzer choisit l'histoire comme toile de fond de certaines de ses œuvres, ce n'est pas pour des raisons de mode, mais seulement, en plus des motifs déjà indiqués, pour donner aux faits et aux hommes une assise plus solide dans le réel.

Il nourrit une méfiance égale à l'égard de la politique, mais il écrit : « Je ne suis pas un politique, mais la politique des siècles passés, ce que l'on nomme histoire, la nature de l'esprit humain qui reste toujours égal à lui-même malgré les différences apparentes furent le but de ma vie qui compte maintenant cinquante-sept années. »

Malgré cette conviction de la permanence d'une « nature humaine », il s'oppose nettement au désir romantique de faire revivre totalement l'histoire. Bien sûr, il entreprend, avant d'écrire Ottokar, « des lectures immenses » et s'efforce de rester aussi près que possible de la vérité historique, mais c'est surtout par sentiment patriotique et parce qu'il veut vérifier de plus près l'apparente analogie des destins d'Ottokar, roi de Bohême, et de Napoléon, empereur des Français.

De ses œuvres historiques, souvent fragmentaires, ne survivent plus aujourd'hui que trois tragédies : König Ottokars Glück und Ende, 1823 (Le Roi Ottokar, son bonheur et sa fin), Ein treuer Diener seines Herrn, 1828 (Un fidèle [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRILLPARZER FRANZ (1791-1872)  » est également traité dans :

BIEDERMEIER, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 526 mots

Époque, mode de vie, mais aussi style littéraire et artistique, le Biedermeier coïncide avec la période de 1815-1848, celle du Vormärz et de la Restauration, celle de Junge Deutschland et de la Sainte-Alliance, celle de la paix après les guerres sanglantes et celle du régime répressif de Metternich en Europe centrale. Le philistin naïf et borné qui se pique de poésie est une figure typique de cett […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel-François DEMET, « GRILLPARZER FRANZ - (1791-1872) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-grillparzer/