TRUFFAUT FRANÇOIS (1932-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une recherche de l’absolu

Deux éléments frappent dans le cinéma de Truffaut : le regard et la vitesse. Son premier court-métrage personnel, Les Mistons, montre des adolescents qui observent avec envie ce qui leur est encore inaccessible, les amours d'un jeune couple. Les héros de Truffaut sont des spectateurs du monde et de leur propre vie. Bertrand Morane (Charles Denner), dans L’Homme qui aimait les femmes, tente en vain d’attraper les jambes de son infirmière, juste avant de mourir. Chacun est à la recherche d’un contact affectif qui lui est sans cesse refusé ou qui ne pourra jamais le combler. Adèle H. (Isabelle Adjani), dans le film éponyme (L’Histoire d’Adèle H., 1975), poursuit le lieutenant Pinson qui, lui, ne l’aime pas. Ni Claude (J.-P. Léaud), ni Ann (K. Markham), ni Muriel (S. Tendeter) ne réaliseront leurs passions réciproques (Les Deux Anglaises et le continent). Le titre du dernier Doinel, L’Amour en fuite, pourrait s’appliquer à chaque film du réalisateur.

Admirateurs de Balzac, Truffaut comme Doinel poursuivent l’un et l’autre une certaine « recherche de l’absolu ». Les personnages du cinéaste sont des passionnés. Ils peuvent l’être jusqu’à la folie, comme Adèle, mais aussi comme Bernard (Gérard Depardieu) et Mathilde (Fanny Ardant) dans La Femme d’à côté (1981). C’est leur manière d’échapper à la pesanteur. Ainsi, dès le générique des 400 Coups, la caméra parcourt longuement des façades parisiennes avant de s’arrêter au pied de la tour Eiffel, puis de s’élever pour découvrir un instant le ciel. Antoine Doinel échappe à la pesanteur de ce monde sombre et étroit dans de brefs instants, lorsqu’il est pris dans le rotor de la foire du Trône ou emporté dans sa longue fuite finale vers la mer. Et il se fige en se tournant vers le spectateur : le cinéma le sauvera-t-il ou fixera-t-il à jamais son destin ? Pourra-t-il lui permettre de trouver son identité dans le miroir de l’autre, dans une image qu’il ne lui renvoie pas ?

Certains personnages recherchent cette identité dans l’écriture, Morane dans L’Homme qui aimait les femmes, Claude dans Les Deux Angla [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

François Truffaut

François Truffaut
Crédits : Santi Visalli/ Getty Images

photographie

François Truffaut

François Truffaut
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Marie-France Pisier

Marie-France Pisier
Crédits : P.P. Film Polski/ Coll. Tout le cinéma/ D.R.

photographie

Jeanne Moreau

Jeanne Moreau
Crédits : Les Films Du Carrosse/ Les Productions Artistes Associes/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  TRUFFAUT FRANÇOIS (1932-1984)  » est également traité dans :

LES QUATRE CENTS COUPS, film de François Truffaut

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 945 mots

Contre toute attente, ce premier long-métrage de François Truffaut (1932-1984) se voit sélectionné pour le festival de Cannes, en 1959. De plus, il y remporte le prix de la mise en scène. À vingt-six ans, Truffaut, critique et redoutable polémiste, est cependant loin d'être inconnu. Il a violemment attaqué dans Les Cahiers du cinéma […] Lire la suite

CAHIERS DU CINÉMA

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 152 mots
  •  • 1 média

La plus ancienne et la plus connue des revues de cinéma paraissant en France. Son ancienneté même et la diversité des tendances critiques qui s'y sont succédé rendent difficile toute description (et a fortiori tout jugement) synthétique. La caractéristique la plus constante de la revue est peut-être précisément de s'être toujours située en rupture par rapport à l'ensemble de la critique de cinéma […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le jeune cinéma des années 1960 »  : […] La première génération du cinéma était née en même temps que le cinéma : un peu avant 1900. Il fallut attendre les années 1960 pour qu'elle cède le pas à la seconde génération, née, elle, en même temps que le cinéma parlant. Ce qui surprend, c'est que ce renouvellement s'est produit dans tous les pays à la fois. Et souvent avec plus d'efficacité dans les pays où l'industrie cinématographique étai […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - La cinéphilie

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 4 017 mots

Dans le chapitre « La critique cinématographique »  : […] Le plus célèbre défenseur du cinéma populaire est sans conteste Louis Delluc (1890-1924), cinéaste, critique et, à bien des égards, beaucoup plus digne de porter le titre de « premier cinéphile » que Ricciotto Canudo : comme l'écrit Alexandre Arnoux, Delluc a su écrire « les premières pages sur le cinéma que l'on puisse retenir ». Inventeur des mots « cinéaste » et « ciné-club », Delluc est surto […] Lire la suite

CRITIQUE DE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 021 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le débat autour des notions d'auteur et de mise en scène »  : […] Deux publications préparent la naissance d'une critique moderne. L'Écran français (1943-1953), né sous la clandestinité, et d'abord abrité par Les Lettres françaises , devient rapidement un hebdomadaire indépendant de ses origines politiques comme de la publicité cinématographique. Dans cet espace de liberté, sous la direction de Jean-Pierre Barrault et Jean Vidal, s'affrontent les « anciens », r […] Lire la suite

DENEUVE CATHERINE (1943- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 218 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De Truffaut à Téchiné »  : […] En à peine une dizaine d'années, Catherine Deneuve est devenue une actrice majeure du cinéma français, qui sait également gérer son image dans le domaine de la publicité. Elle manie habilement l'euphémisme lorsqu'elle précise que ces prestations lui permettent de refuser des propositions de films qui lui « plaisent moins ». Elle sait pourtant rester populaire à travers des productions de moindre i […] Lire la suite

DESPLECHIN ARNAUD (1960- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 312 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’impossible simplicité »  : […] Que peut être Un conte de Noël signé par Arnaud Desplechin ? Affrontements et règlements de comptes, dans la famille Vuillard à Roubaix, sont bien présents pour cette soirée magique. Pourtant, Un conte de Noël n’a pas la fébrilité de Rois et reine . N’était la violence des dialogues parfois, on pourrait parler de film feutré. La question de la greffe qui est au cœur du film rejoint la métaphore […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 154 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La reconstruction du cinéma français »  : […] La libération progressive du pays entre juin 1944 et mai 1945 révèle une situation critique. L'activité cinématographique est pratiquement suspendue pendant un an. Coupures d'électricité, usines, salles et studios détruits ou fermés : le cinéma est sinistré. La question de sa reconstruction se pose à l'intérieur d'une alternative simple : le fragile cinéma de la France libérée, menacé d'étouffemen […] Lire la suite

FRANTZ (F. Ozon)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 1 026 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le voyage d’Anna »  : […] Si, chez Rostand et Lubitsch, Adrien demeurait finalement en Allemagne, Ozon interrompt ce récit initial dès qu’il révèle son imposture à Anna, avant de disparaître. Celle-ci part alors à son tour dans une France également hostile aux étrangers, à la recherche non seulement d’Adrien mais aussi de l’existence méconnue de Frantz (la séquence de l’hôtel de passe), devenant par là même l’héroïne incon […] Lire la suite

GODARD JEAN-LUC - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 412 mots

3 décembre 1930 Naissance de Jean-Luc Godard à Paris, d'une riche famille bourgeoise et protestante suisse. Il est élevé par sa mère au milieu des livres, et dans la religion protestante. 1948 Après des études dans un collège à Nyons en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris, il passe son baccalauréat à Grenoble, et renonce à faire « maths-sup ». 1949 Prépare propédeutique et un certificat d'ethn […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « TRUFFAUT FRANÇOIS - (1932-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-truffaut/