PONGE FRANCIS (1899-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Matérialisme et humanisme

La matérialisme revendiqué par Ponge, qui s'inspire de Lucrèce plus que de Marx, a souvent donné lieu à quelques confusions. Il répond sans doute à un certain rejet de l'idéalisme, du subjectivisme et de l'anthropocentrisme de la tradition poétique. Ponge entend décrire les choses « de leur propre point de vue », et non « du point de vue de l'homme seulement » ; et il lui est arrivé de se réclamer d'une objectivité quasi « scientifique », qui donne parfois au poème l'allure d'un compte rendu d'expérience ou d'observation. Est-ce à dire que Ponge bannisse de sa poésie toute trace de subjectivité et d'humanité ? Il semble plutôt qu'il attende de son interrogation des choses une nouvelle définition de l'homme et du sujet.

Ce que Ponge rejette, c'est une conception classique du sujet, fondée sur le cogito, conscient de soi et maître de lui-même comme de l'univers. La catastrophe historique et métaphysique des deux guerres mondiales a ruiné cette prétention à la plénitude et à la souveraineté : « L'homme non seulement n'a plus rien ; mais il n'est plus rien ; que ce je. Ça n'a plus de nom... qu'un pronom ! » Mais, ayant dû faire table rase de ses illusions d'autonomie, la conscience contemporaine peut trouver dans son ouverture aux choses une chance unique de se reconstruire et de se renouveler. Se tourner vers l'objet, ce n'est pas nécessairement se détourner de la subjectivité, mais trouver le moyen de la découvrir et de l'exprimer. Ponge rejoint l'intuition de la phénoménologie : « Notre âme est transitive. Il lui faut un objet, qui l'affecte, comme son complément direct, aussitôt. » À chaque objet s'attache « un complexe de sentiments particuliers » ; le décrire, c'est élucider l'« émotion » qu'il nous procure. Il y a donc un certain lyrisme de Ponge, qui n'est pas l'expression d'une intériorité, mais celle d'une subjectivité ouverte sur le monde et en quête de soi.

Il existe donc aussi un humanisme de Ponge ; mais il repose sur une conception nouvelle de l'homme : « C'est de l'homme inconnu jusqu'à présent de l'homme. » Le poète doit « se tr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  PONGE FRANCIS (1899-1988)  » est également traité dans :

LE PARTI PRIS DES CHOSES, Francis Ponge - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 635 mots

C'est par Le Parti pris des choses , recueil de trente-deux poèmes écrits entre 1924 et 1939 et publié en 1942, que Francis Ponge s'est fait connaître comme poète. Deux ans plus tard, en 1944, Sartre, donnera un article – « L'Homme et les choses », repris plus tard dans Situations I  » – dans lequel il salue la méthode à l'œuvre dans ce recueil, méthode inaugurée et pratiquée par Husserl et les p […] Lire la suite

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le souci du réel »  : […] Il faut toutefois nuancer ce primat du langage dans la production poétique moderne et contemporaine. Il ne concerne que quelques pays occidentaux, où il a été surtout revendiqué par les avant-gardes, qui ont efficacement contribué à l'invention de formes nouvelles, mais dont les tentatives les plus radicales sont souvent illisibles, de l'aveu même de leurs auteurs ou de leurs amateurs. Ce n'est pa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel COLLOT, « PONGE FRANCIS - (1899-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-ponge/