FRANCEL'année politique 2003

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Année sans élections, 2003 ne fut pas politiquement paisible en France. Encore marquée par le choc de l'élection présidentielle de 2002, elle fut aussi animée par la préparation des échéances électorales de 2004 (régionales et européennes avec un nouveau mode de scrutin issu de la loi du 11 avril 2003, cantonales et sénatoriales) et par l'aiguisement des rivalités dans la perspective de la présidentielle de 2007. Alors que le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin voit sa cote de popularité s'effondrer – malgré un léger redressement en toute fin d'année – et que des dissensions apparaissent au sein de la majorité, la gauche peine à refaire son unité et subit la concurrence de l'extrême gauche. L'extrême droite, quant à elle, continue à séduire de larges franges de l'électorat. Cette année voit aussi les contestations des réformes s'exacerber, tandis que le débat sur la laïcité agite le pays.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2003 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2003/