FRANCEL'année politique 2003

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une majorité conflictuelle

Cet affaiblissement du Premier ministre dans l'opinion ne pouvait qu'accroître les tendances centrifuges de la majorité. Au sein du gouvernement, Nicolas Sarkozy et François Fillon sont parfois présentés comme des rivaux possibles dans l'hypothèse d'un changement de Premier ministre. Le ministre de l'Intérieur, le plus populaire des hommes politiques après Bernard Kouchner dans les sondages, ne fait pas mystère de son ambition présidentielle ; outre son activisme dans ses fonctions ministérielles, il prend des positions publiques, notamment sur la discrimination positive et les institutions, qui conduisent à des répliques non seulement du président de l'U.M.P., Alain Juppé, mais aussi du chef de l'État, à qui certains prêtent l'intention de briguer un troisième mandat. Le président de l'Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, donne également sa conception des choses, que ce soit sur la décentralisation, la laïcité ou la conduite du débat parlementaire.

Le « petit partenaire » de la majorité, l'U.D.F., se montre également critique envers le gouvernement et l'U.M.P. Souhaitant faire entendre une voix à la fois plus européenne, plus sociale et plus libérale, l'U.D.F. pourfend ce qu'elle analyse comme des incohérences de l'action gouvernementale et dénonce le monolithisme de l'U.M.P., allant jusqu'à s'abstenir lors du vote du projet de loi de finances. La formation que dirige François Bayrou n'hésite pas à mettre en cause le président de la République et se présente comme un recours pour les électeurs déçus de la majorité. Cette stratégie la conduit à présenter des listes distinctes aux élections régionales, sauf dans les régions où le Front national risque de rallier de nombreux suffrages (Provence - Alpes - Côte-d'Azur, Alsace, Rhône-Alpes). Quant à l'U.M.P., si les discordances en son sein paraissent limitées et ponctuelles (Alain Madelin et le groupe des réformateurs pour sa frange libérale, Nicolas Dupont-Aignan pour son aile souverainiste), elle se retrouve dans la position classique des partis de gouvernement, peu aptes à faire entendre une voix singulière. La création annoncée d'une fondation de l'U.M.P. laisse toutefois entrevoir une volonté de renforcer sa force de proposition.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

4-25 novembre 2003 Union européenne. Assouplissement du pacte de stabilité pour la France et l'Allemagne

Le 4, les ministres des Finances de la zone euro accordent un sursis de trois semaines au gouvernement français pour présenter des propositions de réduction de son déficit budgétaire, avant d'engager une procédure de sanctions à l'encontre de Paris. Le déficit budgétaire de la France pour 2004 doit dépasser, pour la troisième année consécutive, la borne des 3 p. […] Lire la suite

5-17 avril 2003 France. Lancement de la procédure de réforme du statut de la Corse

Le 5, le F.L.N.C. Union des combattants revendique une série d'attentats perpétrés depuis le début de l'année contre des bâtiments publics, opérations qualifiées par lui de « ponctuelles » et qui ne remettent pas en cause la trêve décrétée en décembre 2002. Le 7, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin et le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy se rendent en Corse afin de lancer la procédure de consultation des habitants de l'île sur la réforme des institutions insulaires. […] Lire la suite

20 janvier 2000 France. Annonce d'une forte baisse des impôts

Le gouvernement arrête un « programme triennal de finances publiques » qui prévoit une baisse de 120 milliards de francs des prélèvements obligatoires pour les années 2001 à 2003. Ce programme est transmis chaque année à la Commission européenne par les membres de l'Union économique et monétaire, en application du pacte de stabilité qui les lie. Ce tournant dans la politique fiscale du gouvernement vise à ramener le taux des prélèvements obligatoires à son niveau de 1995. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2003 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2003/