FRANCEL'année politique 1997

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un nouveau Parti socialiste au sein d'une gauche « plurielle »

La victoire du P.S. et de ses alliés aux élections législatives a tenu pour une bonne part à la capacité du premier de présenter de nouvelles têtes et à l'affichage de sa rupture avec le mitterrandisme. Cela n'implique pourtant pas qu'il ait su trouver une doctrine nouvelle, faute de temps pour l'élaborer.

Premier secrétaire délégué du P.S. depuis la nomination de Lionel Jospin à Matignon, François Hollande devint premier secrétaire en titre à la suite du congrès de Brest (21-23 nov.). Ce congrès se traduisit par une union nouvelle des socialistes autour de la motion présentée par François Hollande, les guerres de courants connaissant un apaisement en raison des succès du chef du gouvernement. La motion présentée par la Gauche socialiste, animée par Julien Dray et Jean-Luc Mélenchon, n'obtint, en effet, que 10,21 p. 100 des votes et celle des ex-poperenistes 5,43 p. 100. Même si l'équipe dirigeante ne paraît pas radicalement nouvelle, l'ouverture à quelques personnalités plus jeunes et à un plus grand nombre de femmes témoignait d'une volonté de changement. Il restait toutefois à définir, exercice toujours périlleux pour un parti au gouvernement, la marge de manœuvre, notamment lors des débats parlementaires, par rapport à l'action des pouvoirs publics.

Le Parti communiste, sous la direction de Robert Hue, poursuit sa délicate rupture avec le communisme doctrinaire et s'engage dans une réévaluation progressive de ses aveuglements complices. Il se trouve surtout obligé d'adopter une position d'équilibre instable entre un soutien au gouvernement où siègent trois ministres communistes, mais dont les principales mesures ne correspondent pas à son programme traditionnel, et un rôle d'aiguillon vers davantage de réformes comme l'y incite sa base militante (voir son soutien aux mouvements de chômeurs). Il est obligé de jouer la carte de la « raison » et de mettre en sourdine toute tentation jusqu'au-boutiste. Mais il ne peut abandonner toutes ses exigences et n'a pas, sur ce plan, l'impression de pouvoir toujours être entendu. Le retrait de son soutien lui donnerait une identité plus forte, mais ne pourrait, inversement, que le conduire à une plus grande marginalisation.

Quant aux Verts, seule force écologiste à disposer d'un poids politique en raison de son alliance avec le P.S., de ses sept députés et de « sa » ministre, ils témoignent d'une conversion rapide à l'écologisme de gouvernement. Au-delà du thème de l'environnement, ils aiguillonnent le gouvernement sur des sujets majeurs, comme l'immigration, l'emploi, voire la politique étrangère, et paraissent désormais incarner une sensibilité de gauche, proche de nombreuses associations, qui ne s'exprime plus guère que dans l'aile gauche du P.S. Alors que l'écologie traditionnelle semblait avoir quasi disparu de la scène politique, les Verts représentent aujourd'hui plus qu'une force d'appoint, comme leur capacité électorale le laisserait supposer, mais bien un courant de pensée avec lequel tout gouvernement de gauche devra compter.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

4-25 novembre 2003 Union européenne. Assouplissement du pacte de stabilité pour la France et l'Allemagne

Le déficit budgétaire de la France pour 2004 doit dépasser, pour la troisième année consécutive, la borne des 3 p. 100 du P.I.B. posée par le pacte de stabilité et de croissance de juin 1997. Le 20, la Commission exige des efforts similaires de la part de l'Allemagne. Le 25, sur l'initiative de Berlin et de Paris, le conseil des ministres de l'Économie et des Finances de l'Union européenne (conseil Ecofin) décide de suspendre l'application du pacte de stabilité pour la France et pour l'Allemagne. […] Lire la suite

7-21 octobre 1997 France. Début du procès de Maurice Papon pour crimes contre l'humanité

Le 7, le Syndicat national des policiers en tenue diffuse un communiqué dans lequel il demande « pardon » pour la « collaboration active d'une partie non négligeable de la police nationale dans la déportation des juifs de France » pendant l'Occupation. Le même jour, lors d'une cérémonie au mémorial du Martyr juif inconnu, à Paris, son secrétaire général, André Lenfant, exprime les « regrets éternels des policiers français ». […] Lire la suite

12-31 décembre 1996 France. Entretien télévisé du président Jacques Chirac

Le 31, présentant ses vœux aux Français, Jacques Chirac vante le « dynamisme » de la France qui est « sortie d'une longue période d'immobilisme ». Celle-ci doit réussir « son entrée dans l'avenir tout en restant fidèle à elle-même ». Le chef de l'État encourage le gouvernement à « libérer les énergies » et à accélérer la baisse des impôts. Il annonce que « 1997 sera vraiment l'année de l'emploi des jeunes ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 1997 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1997/