FRANCEL'année politique 1997

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La droite embarrassée

À la fin de l'année 1997, la droite restait en état de choc et n'avait pas digéré sa défaite. Des mouvements de personnes ont certes affecté les états-majors, chaque dirigeant essayant déjà de se placer en vue de la présidentielle de 2002, mais aucune recomposition d'envergure ne se profile en son sein. Au-delà des critiques adressées aux premières mesures du gouvernement de gauche, aucun projet mobilisateur ne paraît se dessiner. La perspective d'un nouvel échec aux élections régionales de mars 1998 aggrave encore l'attentisme de la droite, voire sa tétanisation.

La principale évolution s'est produite au sein du R.P.R., avec la prise de pouvoir rapide de Philippe Séguin et la démission forcée d'Alain Juppé. Toutefois, plutôt que de créer un mouvement nouveau et traduisant une sensibilité unique, Philippe Séguin devait choisir de faire figurer dans l'équipe de direction l'ensemble des sensibilités. En particulier, Nicolas Sarkozy, principal lieutenant d'Édouard Balladur, obtint le poste sensible de coordonnateur et de porte-parole, la fonction de secrétaire général étant de facto supprimée. Charles Pasqua, quant à lui, quoique président du mouvement Demain la France, devenait conseiller du président en charge de la réforme des statuts. Le nouveau R.P.R. ménageait ainsi un subtil équilibre entre les courants – y compris juppéistes et chiraquiens – à l'intérieur de sa direction.

Les lendemains consensuels de cette prise de pouvoir énergique ont pu surprendre. Ils ont contribué à brouiller l'image du R.P.R. mais aussi celle de son président, qui avait habitué à des prises de position plus audacieuses. La cohabitation de courants divers (européen et nationaliste antimaastrichtien, social et libéral) contrarie une perception unifiée du parti par l'opinion et laisse planer un doute sur sa possible rénovation. La présence, à l'intérieur du R.P.R., d'adversaires de son président, prêts à le déstabiliser le moment venu, constitue de plus une menace qui pourrait conduire ce dernier à regretter de ne pas avoir construit un parti plus homogène.

Au sein des autres composantes de la droite, la situation ne paraît guère évoluer. Certes, Alain Madelin a remplacé François Léotard à la tête du Parti républicain, devenu Démocratie libérale, ce qui lui a donné une inflexion plus libérale. François Bayrou, président de Force démocrate, a également récupéré la présidence du groupe U.D.F. à l'Assemblée nationale, François Léotard gardant toutefois la présidence d'une confédération vidée de sa substance. Même le Parti radical a changé de dirigeant, avec l'élection de Thierry Cornillet à sa tête. Mais ces mouvements d'hommes ne pouvaient avoir d'impact sur l'opinion.

Au-delà de son manque d'homogénéité doctrinale et des conflits de personnes, la droite classique paraît coincée entre un gouvernement dont la communication tranche, par son efficacité, sur celle de l'équipe précédente et un Front national qui, d'élection en élection, consolide ses positions. La droite peut bien attaquer le gouvernement sur la fiscalité, le budget, l'immigration ou la politique familiale, mais, en raison de sa gestion précédente, il n'est pas avéré que de tels propos puissent être entendus. S'ils peuvent rencontrer l'insatisfaction de certaines catégories sociales, ils ne définissent pas l'armature d'un projet. Toutefois, c'est du Front national que vient la principale menace. Selon de nombreux analystes, la droite se trouve devant le dilemme suivant : soit conclure avec lui des alliances électorales qui ruineraient son crédit et sa dignité, soit récuser tout accord et voir ses positions laminées lors des élections locales, notamment régionales. Sur certains thèmes comme l'immigration, voire la famille et la défense des valeurs traditionnelles, une partie de la droite paraît tentée par des positions plus dures, mais une telle stratégie semble moins de nature à faire reculer le Front qu'à le favoriser. Sur le plan local, l'implantation croissante de ce dernier constitue un défi majeur pour les partis de droite, peu aptes à renouveler leurs candidats et parfois impliqués dans des « affaires » locales. C'est dire la nécessité pour la droite d'une définition positive, et pas seulement négative, si elle veut espérer reconquér [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

4-25 novembre 2003 Union européenne. Assouplissement du pacte de stabilité pour la France et l'Allemagne

Le déficit budgétaire de la France pour 2004 doit dépasser, pour la troisième année consécutive, la borne des 3 p. 100 du P.I.B. posée par le pacte de stabilité et de croissance de juin 1997. Le 20, la Commission exige des efforts similaires de la part de l'Allemagne. Le 25, sur l'initiative de Berlin et de Paris, le conseil des ministres de l'Économie et des Finances de l'Union européenne (conseil Ecofin) décide de suspendre l'application du pacte de stabilité pour la France et pour l'Allemagne. […] Lire la suite

7-21 octobre 1997 France. Début du procès de Maurice Papon pour crimes contre l'humanité

Le 7, le Syndicat national des policiers en tenue diffuse un communiqué dans lequel il demande « pardon » pour la « collaboration active d'une partie non négligeable de la police nationale dans la déportation des juifs de France » pendant l'Occupation. Le même jour, lors d'une cérémonie au mémorial du Martyr juif inconnu, à Paris, son secrétaire général, André Lenfant, exprime les « regrets éternels des policiers français ». […] Lire la suite

12-31 décembre 1996 France. Entretien télévisé du président Jacques Chirac

Le 31, présentant ses vœux aux Français, Jacques Chirac vante le « dynamisme » de la France qui est « sortie d'une longue période d'immobilisme ». Celle-ci doit réussir « son entrée dans l'avenir tout en restant fidèle à elle-même ». Le chef de l'État encourage le gouvernement à « libérer les énergies » et à accélérer la baisse des impôts. Il annonce que « 1997 sera vraiment l'année de l'emploi des jeunes ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 1997 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1997/