Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRANCE (Histoire et institutions) La France d'aujourd'hui

Nom officiel

République française (FR)

    Chef de l'État

    Emmanuel Macron (depuis le 14 mai 2017)

      Chef du gouvernement

      Gabriel Attal (depuis le 9 janvier 2024)

        Capitale

        Paris

          Langue officielle

          Français

            La Ve République

            Un nouveau système politique

            La nouvelle Constitution, rédigée durant l'été de 1958 et adoptée par les Français en septembre, se réclame du principe républicain de la souveraineté de la nation constatée par le suffrage universel, des libertés individuelles définies par la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 et de l'énoncé des droits sociaux contenu dans le préambule de la Constitution de 1946. Mais, à partir de ces données, elle met en place un équilibre des institutions antagoniste de celui qui prévalait sous les IIIe et IVe Républiques. C'est en effet le président de la République, désigné en 1958 par un collège de quatre-vingt mille élus de la métropole et d'outre-mer en la personne du général de Gaulle, mais dont la révision constitutionnelle de 1962 décidera l'élection au suffrage universel, qui devient la clé de voûte des institutions. Pour assumer ces fonctions qui font de lui le chef du pouvoir exécutif, il dispose d'armes efficaces : le droit de dissoudre l'Assemblée nationale, celui de soumettre à référendum une question concernant l'organisation des pouvoirs publics, celui de prendre en cas de nécessité des pouvoirs spéciaux. Il lui appartient de nommer le Premier ministre, qui émane donc de son autorité mais doit bénéficier de la confiance de l'Assemblée nationale. Quant au Parlement, chargé de voter les lois et le budget, son pouvoir de contrôle est strictement limité et encadré. Après 1962, l'existence d'un parti majoritaire, voué à soutenir l'action du chef de l'État, neutralisera pour l'essentiel ce pouvoir de contrôle du Parlement.

            Dans la pratique, le système politique nouveau est celui d'une République présidentielle qui fait du chef de l'État pendant la durée de son mandat un véritable monarque républicain désigné par la nation. Successeur du général de Gaulle après la démission de celui-ci en avril 1969, Georges Pompidou maintiendra l'essentiel de ce système politique.

            Un État fort au service de la grandeur de la nation

            Fin de la guerre d’Algérie, 1962 - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

            Fin de la guerre d’Algérie, 1962

            L'État à exécutif fort ainsi créé par le général de Gaulle va, dans un premier temps, s'efforcer de résoudre le difficile problème de la guerre d'Algérie. Il ne faudra pas moins de quatre années, de 1958 à 1962, pour parvenir à ce résultat au prix d'énormes difficultés. Soutenu par une opinion publique lassée d'un conflit interminable, il devra imposer l'autorité de l'État aux activistes de l'Algérie française, affronter un soulèvement des Européens d'Alger en 1960, un putsch militaire outre-Méditerranée en 1961, des attentats des extrémistes de l'Organisation armée secrète (OAS), dont deux visent à l'assassiner, et, finalement, abandonner au FLN, par les accords d'Évian de 1962, l'Algérie et le Sahara. Mais l'épreuve algérienne et la conscience des milieux politiques du fait que seul de Gaulle est en mesure de la surmonter vont fournir au président de la République une autorité qui lui permet de modeler à sa guise la pratique institutionnelle. Celle-ci tend à minorer encore le rôle du Parlement et des partis politiques pour instituer des formes de démocratie directe fondées sur le dialogue entre le président et le peuple, par l'intermédiaire de déclarations en province, de conférences de presse, d'allocutions radio-télévisées, de référendums.

            Mais l'objectif de cet État fort est de rendre à la France son rang de grande puissance mondiale. S'il accepte de transformer, en raison du mouvement mondial de décolonisation, les liens coloniaux entre la France et son empire, d'abord en créant en 1958 la Communauté française qui accorde une large autonomie aux territoires africains et à Madagascar, il va plus loin en 1960 en donnant l'indépendance aux[...]

            La suite de cet article est accessible aux abonnés

            • Des contenus variés, complets et fiables
            • Accessible sur tous les écrans
            • Pas de publicité

            Découvrez nos offres

            Déjà abonné ? Se connecter

            Écrit par

            • : professeur émérite des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris

            Classification

            Pour citer cet article

            Serge BERSTEIN. FRANCE (Histoire et institutions) - La France d'aujourd'hui [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

            Article mis en ligne le et modifié le 01/04/2022

            Médias

            Charles de Gaulle, 1946 - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

            Charles de Gaulle, 1946

            Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954 - crédits : The Image Bank

            Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954

            Fin de la guerre d’Algérie, 1962 - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

            Fin de la guerre d’Algérie, 1962