FRANCE (Arts et culture)Les Français en question

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Une nation, a dit Renan, est une grande solidarité constituée par le sentiment des sacrifices qu'on a faits et de ceux qu'on est disposé à faire encore. » Mais des enquêtes nous apprennent qu'un pourcentage considérable des citoyens français, loin d'avoir la moindre idée un peu claire de ce qu'ont été les sacrifices de leurs ancêtres, est incapable de retrouver dans sa mémoire ne fût-ce que la date de la Révolution française ; un sondage d'opinion indique que 6 p. 100 d'entre eux seulement seraient prêts à mourir pour la patrie. Il n'est pas facile de définir un Français, ou une Française, même si dans leurs conversations les Français ont effectivement ceci de particulier qu'ils ne cessent d'avancer des généralisations à propos de leurs qualités et défauts, et de parler de leurs caractères comme s'ils constituaient dans l'humanité une espèce à part.

Ce qu'il y a de plus paradoxal dans l'image qu'ils ont d'eux-mêmes, c'est qu'ils se croient doués d'une aptitude particulière à penser clairement. Beaucoup l'estiment due à leur langue : la langue, a dit Valéry, est plus que toute autre chose ce qui détermine le caractère national ; et Rivarol a posé en principe que « ce qui n'est pas clair n'est pas français ». Les Français aiment à se considérer comme les héritiers de Descartes (bien qu'ils n'arrivent pas à se mettre d'accord sur ce que représente Descartes, et aient proposé plusieurs réinterprétations de son œuvre, qui se contredisent entre elles). Cependant, ce cartésianisme n'a pas produit de consensus, d'opinion généralement admise répondant à la question : qu'est-ce qui fait que quelqu'un est français ? Les divisions politiques et sociales d'un pays dont une moitié de la population vitupère comme une honte ou une aberration l'existence de l'autre moitié font qu'on ne voit guère comment on pourrait jamais s'accorder sur une définition commune. Impossible aujourd'hui d'affirmer, comme au xixe siècle, qu'être français signifie appartenir à la forme de civilisation la plus haute qui soit au monde ; à une race distincte – ce serait plus absurde encore. Et il n'est pas du tout évident que la jeune génération soit française de la même manière que le sont les survivants de Vichy ou de la Résistance.

Toute nation a une haute idée d'elle-même et les Français ne font pas exception. Une nation, cela sert, entre autres choses, à donner aux hommes un sentiment collectif de supériorité, une part des triomphes d'autrui, pour compenser les échecs et les déceptions personnelles qui sont le lot du plus grand nombre. Mais ces consolations, à leur tour, se trouvent souvent assombries par le mépris ou l'animosité que les nations éprouvent les unes envers les autres. Ainsi, l'un des problèmes qui se posent à tout Français consiste à se demander pourquoi la France n'est pas davantage admirée dans le monde, et pourquoi elle est encore moins aimée. Ce que les Français pensent d'eux-mêmes ne coïncide pas avec ce que les étrangers pensent d'eux. La raison en est que, de part et d'autre, il règne une vaste confusion quant au sens exact de l'expression « être français ».

Cependant, beaucoup continuent à soutenir que si la « francité » est indéfinissable, cela ne prouve pas qu'elle n'existe pas. C'est une qualité trop subtile, disent-ils, pour être cernée par aucune définition ; c'est quelque chose que tout Français est censé sentir au tréfonds de lui-même. Ne reconnaît-on pas au premier regard les Français en été sur les plages grecques, parmi des foules de vacanciers identiquement déshabillés, ou dans les congrès internationaux, où ils s'expriment dans un style que les étrangers trouvent tout à fait caractéristique, et souvent impénétrable ? Comment pourrait-on nier que les Français aient quelque chose qui n'appartient qu'à eux, puisque le monde entier s'accorde à les trouver originaux et exaspérants ? Nation admirable, peut-être, à certains égards – mais ceux qui l'aiment en tant que telle, les francophiles, constituent eux aussi une minorité d'originaux. Les Britanniques, par exemple, visitent la France plus qu'ils ne visitent aucun autre pays ; un tiers d'entre eux sont allés en vacances en France, mais ils ne sont que 2 p. 100 à dire qu'ils admirent les Français, et moins nombreux encore à déclarer qu'ils aimeraient s'installer à demeur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FRANCE  » est également traité dans :

FRANCE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 1 049 mots

Finistère du continent eurasiatique, ouverte sur le grand large par trois façades maritimes, bénéficiant, par sa situation en latitude qui la place à mi-distance de l'équateur et du pôle Nord, d'un climat tempéré, la France voit alterner sur son territoire les grandes zones de plaines et de plateaux des bassins sédimentaires et fluviaux et les reliefs montagneux situés sur sa périphérie, à l'excep […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean COGNÉ, 
  • Michel DURAND-DELGA, 
  • François ELLENBERGER, 
  • Jean-Paul von ELLER, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Charles POMEROL, 
  • Maurice ROQUES, 
  • Étienne WINNOCK
  •  • 16 657 mots
  •  • 25 médias

L'Europe centrale et occidentale contraste avec la plupart des autres masses continentales par le compartimentage de son relief et du tracé de son littoral, compartimentage qui traduit celui de sa structure géologique et explique sans doute certains aspects de son développement historique. On peut cependant, malgré les irrégularités de leurs tracés, distinguer de grandes zones, correspondant aux p […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Données naturelles

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Estelle DUCOM
  •  • 4 872 mots
  •  • 3 médias

544 435 kilomètres carrés, 65,7 millions d'habitants (2013), telles sont les données majeures de l'espace français, ce qui le classe au 42e rang pour la superficie et au 21e rang pour la population, parmi les États du monde.Dix-neuf fois plus petit que celui des États-Unis, trente-deux fois plus petit que celui de la Russie, le territoire métropolitain […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

  • Écrit par 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Philippe LÉGÉ
  •  • 21 046 mots
  •  • 3 médias

« La France est hantée par l'idée de déclin. » La formule de Christian Stoffaës résume de façon percutante l'histoire économique française depuis le début du xxe siècle, ou plutôt la manière dont les Français ont vécu cette histoire.L'idée qu'il existe un « retard français » est, en effet, une constante sur le long terme. Les comparaisons qui sont éta […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 953 mots
  •  • 11 médias

Si la Gaule romaine peut apparaître avec le recul des siècles comme une ancêtre de la France, les territoires qui devaient constituer celle-ci ne formèrent que lentement, au cours du Moyen Âge, la préfiguration de son entité nationale. Divisée au lendemain des grandes invasions du v […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 875 mots
  •  • 7 médias

À l'encontre de ce qui fut jadis soutenu par nombre d'historiens, il semble établi aujourd'hui que la monarchie d'Ancien Régime ne connut presque jamais de politique des frontières naturelles. Aux xvie et xviie siècles […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Liberté, égalité, ces deux principes constituent, en 1789, les fondements de l'ordre nouveau, mais plus encore la négation radicale de l'ancien droit français, en ce qui concerne tant la conception de l'État que celle des droits individuels. L'explosion individualiste de la Révolution française a gagné toute l'Europe, tandis qu'elle a profondéme […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 926 mots
  •  • 8 médias

Dès le début de l'année 1789, alors que se préparait la réunion des États généraux voulue par le roi Louis XVI, on parlait, en France, d'« Ancien Régime ». Les événements ultérieurs donnèrent à l'expression une dimension radicale qu'elle n'avait pas nécessairement dans son principe. Il n'empêche que la période qui s'ouvre en 1789 fut bien d'abord marq […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - La France d'aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 6 686 mots
  •  • 7 médias

La France libérée en 1945 est un pays en ruine, usé par une décennie de crise économique puis cinq années d'occupation. Or, durant la seconde moitié du xxe siècle, elle va connaître une spectaculaire mutation de ses structures économiques, sociales, politiques, culturelles, entraînant des transformations de l'existence quotidienne des Français comme l […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 7 138 mots
  •  • 2 médias

Qu'est ce que le droit français ? Si les enseignants spécialisés dans une branche particulière de ce droit n'éprouvent pas le besoin de répondre à une telle question, une présentation générale de cet « objet scientifique » nécessite quelques préalables méthodologiques. Les juristes positivistes considèrent qu'à chaque État correspond – et même s'identifie – un […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Pour rendre compte de l'évolution d'une langue, le linguiste distingue traditionnellement deux sortes de facteurs : des facteurs internes, c'est-à-dire des mécanismes de changements proprement linguistiques, dus aux modifications et au réaménagement des systèmes, et des facteurs externes, à savoir les modifications de la société, des techniques, etc., ainsi que les événements historiques. Ces caus […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-28 mai 1997 France. Victoire de l'opposition de gauche au premier tour des élections législatives

Intitulé Changeons d'avenir, changeons de majorité, ce programme propose « un choix de civilisation » qui consiste à « remettre l'Homme au centre de l'économie ; [à] remettre la France en marche : en créant des emplois, en diminuant la durée du travail, en rendant du pouvoir d'achat aux Français ; [à] reconquérir l'avenir : par la priorité à l'éducation, à la recherche, à la culture, à la santé, à, l'environnement ». […] Lire la suite

24-30 novembre 1982 France – Égypte – Inde. Voyage du président François Mitterrand en Égypte et en Inde

Du 27 au 30, le président français poursuit son voyage en se rendant en Inde. Juste avant son arrivée, a été annoncé un accord entre Paris et New Delhi à propos de la livraison par la France d'uranium enrichi. Si une large communauté de vue existe entre les deux pays dans le domaine politique, les relations économiques, quant à elles, se réduisent essentiellement à des ventes d'armement français. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Theodore ZELDIN, « FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-les-francais-en-question/