FRANCE (Arts et culture)Les Français en question

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'État

L'État est censé jouer un rôle dominant dans la vie des Français : on considère souvent que la France tient un des premiers rangs en matière de centralisation et de bureaucratie. On établit volontiers un contraste politique entre elle et l'Angleterre, qui est présentée comme l'archétype du gouvernement démocratique décentralisé et libéral. Voilà encore un de ces mythes du xviiie siècle, qui ont été si nombreux à survivre en dépit des faits. Les fulminations de Tocqueville se répercutent encore aujourd'hui dans des formules couramment reprises telles que le « mal français » et la « société bloquée ». Cette image de l'administration française ne mérite plus créance. Il fut un temps sans doute où le gouvernement était plus centralisé en France qu'en Grande-Bretagne, mais ce temps n'est plus. L'extension des services sociaux d'État a peu à peu mis insensiblement toutes les instances locales britanniques sous la coupe du gouvernement central ; les ministères dispensent presque les deux tiers des sommes dépensées localement, et s'assurent que ces dépenses obéissent aux directives de l'administration centrale ; les autorités locales sont encombrées d'un système de subventions, les rates, qui restreint encore leur liberté d'action. Au contraire, les fonds publics sont distribués en France selon un système qui ressemble beaucoup plus à celui des États-Unis, par des canaux dont la multiplicité laisse place à des marchandages ; les collectivités locales françaises perçoivent deux fois plus d'impôts propres que ne font les Britanniques, et ont su manipuler les réformes fiscales de façon à accroître leur indépendance. La France possède plus de 400 000 conseillers municipaux, soit environ 2 p. 100 du nombre total des électeurs, et presque vingt fois plus que l'effectif des conseils municipaux britanniques. La participation aux élections locales est deux fois plus élevée qu'en Grande-Bretagne. Du reste, la bureaucratie française n'est nullement homogène. Les fonctionnaires ne se contentent pas d'obéir aux ordres ; ils ont leur orgueil en tant qu'experts et aspirent à la considération de la communauté qui les entoure. Plus celle-ci est petite, plus ils s'attachent à défendre leurs concitoyens contre Paris et à leur montrer comment tourner les règlements. Dans les villes de moins de 10 000 habitants, les gens se déclarent très satisfaits de leurs administrateurs, mais, au-dessus de 20 000 habitants, ils se disent très mécontents. La politique du gouvernement est appliquée à travers une série de compromis entre les fonctionnaires et les représentants de diverses instances locales : maires, conseillers généraux... Aussi prend-elle des formes différentes selon les régions. Le gouvernement ne possède pas de façon aussi absolue qu'on le croit le pouvoir de mettre en application les réformes qu'il décide. Lorsqu'il annonce un nouveau projet, celui-ci est présenté sous la forme d'un tout logique et cohérent, mais ce n'est là qu'une façade soigneusement aménagée de manière à dissimuler toutes les ambiguïtés que les administrateurs, pour tenir compte de leurs hésitations et de leurs divergences, y ont laissé subsister. Des ministères rivaux s'entendent pour masquer leurs désaccords sous des compromis tacites dont le public n'est presque jamais informé. Les individus qui composent l'administration continuent à jouer un rôle déterminant dans la façon dont la législation est appliquée.

Parfois les Français se considèrent comme opprimés par la bureaucratie, ou encore ils estiment vivre dans un régime de type socialiste où le secteur public domine. Cependant, la France socialiste compte moins de fonctionnaires (21 p. 100) que la Grande-Bretagne conservatrice (30 p. 100), et à peine plus que les États-Unis capitalistes (16 p. 100). Les Français disent souvent que l'esprit de Courteline n'est pas mort, mais c'est qu'ils ne connaissent pas l'esprit de Parkinson, inventeur britannique de la loi selon laquelle « tout travail se dilate de manière à occuper la totalité du temps qu'on a pour le faire ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FRANCE  » est également traité dans :

FRANCE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 1 049 mots

Finistère du continent eurasiatique, ouverte sur le grand large par trois façades maritimes, bénéficiant, par sa situation en latitude qui la place à mi-distance de l'équateur et du pôle Nord, d'un climat tempéré, la France voit alterner sur son territoire les grandes zones de plaines et de plateaux des bassins sédimentaires et fluviaux et les reliefs montagneux situés sur sa périphérie, à l'excep […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean COGNÉ, 
  • Michel DURAND-DELGA, 
  • François ELLENBERGER, 
  • Jean-Paul von ELLER, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Charles POMEROL, 
  • Maurice ROQUES, 
  • Étienne WINNOCK
  •  • 16 657 mots
  •  • 25 médias

L'Europe centrale et occidentale contraste avec la plupart des autres masses continentales par le compartimentage de son relief et du tracé de son littoral, compartimentage qui traduit celui de sa structure géologique et explique sans doute certains aspects de son développement historique. On peut cependant, malgré les irrégularités de leurs tracés, distinguer de grandes zones, correspondant aux p […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Données naturelles

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Estelle DUCOM
  •  • 4 872 mots
  •  • 3 médias

544 435 kilomètres carrés, 65,7 millions d'habitants (2013), telles sont les données majeures de l'espace français, ce qui le classe au 42e rang pour la superficie et au 21e rang pour la population, parmi les États du monde.Dix-neuf fois plus petit que celui des États-Unis, trente-deux fois plus petit que celui de la Russie, le territoire métropolitain […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

  • Écrit par 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Philippe LÉGÉ
  •  • 21 046 mots
  •  • 3 médias

« La France est hantée par l'idée de déclin. » La formule de Christian Stoffaës résume de façon percutante l'histoire économique française depuis le début du xxe siècle, ou plutôt la manière dont les Français ont vécu cette histoire.L'idée qu'il existe un « retard français » est, en effet, une constante sur le long terme. Les comparaisons qui sont éta […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 953 mots
  •  • 11 médias

Si la Gaule romaine peut apparaître avec le recul des siècles comme une ancêtre de la France, les territoires qui devaient constituer celle-ci ne formèrent que lentement, au cours du Moyen Âge, la préfiguration de son entité nationale. Divisée au lendemain des grandes invasions du v […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 875 mots
  •  • 7 médias

À l'encontre de ce qui fut jadis soutenu par nombre d'historiens, il semble établi aujourd'hui que la monarchie d'Ancien Régime ne connut presque jamais de politique des frontières naturelles. Aux xvie et xviie siècles […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Liberté, égalité, ces deux principes constituent, en 1789, les fondements de l'ordre nouveau, mais plus encore la négation radicale de l'ancien droit français, en ce qui concerne tant la conception de l'État que celle des droits individuels. L'explosion individualiste de la Révolution française a gagné toute l'Europe, tandis qu'elle a profondéme […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 926 mots
  •  • 8 médias

Dès le début de l'année 1789, alors que se préparait la réunion des États généraux voulue par le roi Louis XVI, on parlait, en France, d'« Ancien Régime ». Les événements ultérieurs donnèrent à l'expression une dimension radicale qu'elle n'avait pas nécessairement dans son principe. Il n'empêche que la période qui s'ouvre en 1789 fut bien d'abord marq […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - La France d'aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 6 686 mots
  •  • 7 médias

La France libérée en 1945 est un pays en ruine, usé par une décennie de crise économique puis cinq années d'occupation. Or, durant la seconde moitié du xxe siècle, elle va connaître une spectaculaire mutation de ses structures économiques, sociales, politiques, culturelles, entraînant des transformations de l'existence quotidienne des Français comme l […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 7 138 mots
  •  • 2 médias

Qu'est ce que le droit français ? Si les enseignants spécialisés dans une branche particulière de ce droit n'éprouvent pas le besoin de répondre à une telle question, une présentation générale de cet « objet scientifique » nécessite quelques préalables méthodologiques. Les juristes positivistes considèrent qu'à chaque État correspond – et même s'identifie – un […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Pour rendre compte de l'évolution d'une langue, le linguiste distingue traditionnellement deux sortes de facteurs : des facteurs internes, c'est-à-dire des mécanismes de changements proprement linguistiques, dus aux modifications et au réaménagement des systèmes, et des facteurs externes, à savoir les modifications de la société, des techniques, etc., ainsi que les événements historiques. Ces caus […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-28 mai 1997 France. Victoire de l'opposition de gauche au premier tour des élections législatives

Intitulé Changeons d'avenir, changeons de majorité, ce programme propose « un choix de civilisation » qui consiste à « remettre l'Homme au centre de l'économie ; [à] remettre la France en marche : en créant des emplois, en diminuant la durée du travail, en rendant du pouvoir d'achat aux Français ; [à] reconquérir l'avenir : par la priorité à l'éducation, à la recherche, à la culture, à la santé, à, l'environnement ». […] Lire la suite

24-30 novembre 1982 France – Égypte – Inde. Voyage du président François Mitterrand en Égypte et en Inde

Du 27 au 30, le président français poursuit son voyage en se rendant en Inde. Juste avant son arrivée, a été annoncé un accord entre Paris et New Delhi à propos de la livraison par la France d'uranium enrichi. Si une large communauté de vue existe entre les deux pays dans le domaine politique, les relations économiques, quant à elles, se réduisent essentiellement à des ventes d'armement français. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Theodore ZELDIN, « FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-les-francais-en-question/