Fragmente-Stille, an Diotima, NONO (Luigi)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Langage

Dans Fragmente-Stille, an Diotima, Nono revisite le temps musical, cette pièce reposant sur une tension exceptionnelle entre la plus rigoureuse détermination et une très grande relativité. Les tempos sont complexes, changeant parfois plusieurs fois à l'intérieur d'une même mesure; les relations temporelles ne sont nulle part perceptibles, d'autant moins que les silences – composantes essentielles de l'œuvre – créent une irrégularité supplémentaire anéantissant tout rapport métrique. Dans les premières mesures, le tempo oscille ainsi constamment entre 36 et 72 à la noire. En brouillant les pistes sur la temporalité, Nono entend non pas annihiler le temps mais tenter de le freiner.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « Fragmente-Stille, an Diotima, NONO (Luigi) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragmente-stille-an-diotima-nono-luigi/