Fragmente-Stille, an Diotima, NONO (Luigi)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sujet

Les indications textuelles figurant sur la partition de Fragmente-Stille, an Diotima («Fragments-Silence, à Diotima») sont notamment empruntées au roman tragique Hypérion de Friedrich Hölderlin, dans lequel apparaît Diotima, idéal féminin à jamais perdu. Dans la préface à sa partition, Nono cite ces deux vers de Hölderlin: «Je comprenais le silence [en allemand, «Stille», qui éclaire le titre de l'œuvre] de l'Éther, / Je n'ai jamais compris la parole des hommes».


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « Fragmente-Stille, an Diotima, NONO (Luigi) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragmente-stille-an-diotima-nono-luigi/