FONCTIONNALISME, architecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On pourrait définir le fonctionnalisme comme une réponse plus ou moins appropriée aux besoins spécifiques d'une époque ou d'une société donnée. Dans le domaine de l'art, en particulier, un objet est perçu comme un objet d'art, selon Panofsky, quand la forme l'emporte sur la fonction, c'est-à-dire quand la perception s'attache plus à l'analyse de ses composantes stylistiques qu'à celle de ses fins utilitaires. Or cette dichotomie entre l'art et la fonction, qu'une certaine esthétique occidentale a introduite, se révèle tout à fait arbitraire, si l'on considère que la structure de toute œuvre (au sens large du mot) obéit à un plan préconçu en fonction de son utilisation. Les sociétés africaines, qui ignorent la discrimination occidentale entre l'art et la fonction, conçoivent leurs objets et leur architecture en relation avec les besoins sociaux : structure familiale, structure hiérarchique, climat, mode d'habitation (sédentarisme, nomadisme), le tout s'insérant dans un système symbolique (religieux) commun. Les poids en laiton ashanti sont à la fois un instrument servant à la pesée et un répertoire encyclopédique de tout le savoir ashanti.

En Occident, la notion de fonctionnalisme connaît son plus exact emploi dans l'architecture romane, où elle se définit comme l'adéquation de la forme à la fonction, soit l'aménagement de l'espace en fonction d'une règle religieuse et des mouvements qu'elle implique (déambulatoire des églises de pèlerinage, galeries où pouvaient dormir les pèlerins, parvis, lieu de rassemblement et de spectacle). Au contraire, l'architecture médiévale seigneuriale n'est fonctionnelle que dans sa conception militaire. Le château fort est avant tout une forteresse défensive, et c'est à cet impératif exclusif qu'obéit son agencement (situation géographique élevée, enceintes successives, quasi-absence de fenêtres). Mais, au niveau des besoins humains de la vie quotidienne, elle constitue presque un contresens : obscurité et froideur des grandes salles, absence de salles privées, inconfort mobilier. Très vite, a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Médias de l’article

Galerie des Glaces au château de Versailles

Galerie des Glaces au château de Versailles
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Bauhaus

Bauhaus
Crédits : General Photographic Agency/ Getty Images

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  FONCTIONNALISME, architecture  » est également traité dans :

AALTO ALVAR (1898-1976)

  • Écrit par 
  • Gilles RAGOT
  •  • 2 579 mots
  •  • 2 médias

Le Finlandais Alvar Aalto, comme le Suédois Gunnar Asplund, figure parmi les rares architectes scandinaves qui ont acquis une notoriété internationale avant la Seconde Guerre mondiale. Il est admis, généralement, de classer son œuvre dans la mouvance du style international né dans le courant des années vingt. Mais la critique architecturale se plaît par ailleurs à magnifier en Aalto le talent d'u […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Acier

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON
  •  • 3 246 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Câbles »  : […] C'est finalement dans les ouvrages qui utilisent l'acier, pour sa caractéristique physique de résistance à la traction, que l'on peut parler d'une expression architecturale propre au matériau. Les structures en câbles tendus, dont la technologie doit beaucoup à l'ingénieur Jawerth, exaltent cette expression architecturale propre à l'acier. Malheureusement, rares sont les œuvres auxquelles le progr […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Béton

  • Écrit par 
  • Bernard HAMBURGER
  •  • 3 183 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'ossature »  : […] La construction la plus simple qui puisse être édifiée en béton armé est formée de poteaux et de poutres. Cette solution peut être également réalisée en profilés d'acier. Mais l'ossature de béton armé qui résiste à la corrosion était moins coûteuse (au moins en Europe). De plus, elle ouvrait aux architectes un vaste domaine de recherche en permettant le « plan libre ». La construction traditionnel […] Lire la suite

ASPLUND ERIK GUNNAR (1885-1940)

  • Écrit par 
  • Christian BONNEFOI
  •  • 646 mots

L'œuvre d'Asplund, dans la première moitié du xx e siècle, est exemplaire d'une architecture qui défend sans préjugés les nouveaux modes de communication propres à la civilisation technologique naissante. Son œuvre s'articule en plusieurs phases : il commence sa carrière dans le style « historique » qui brisait avec le modern style ; après la Première Guerre mondiale, commence une courte période […] Lire la suite

BEHRENS PETER (1868-1940)

  • Écrit par 
  • Luce CAYLA
  •  • 1 849 mots

Dans le chapitre « L'esthétique industrielle »  : […] L'essor extrêmement rapide de l'industrie allemande, tout en stimulant le modelage d'un espace social selon des perspectives utilitaristes, favorisa l'invention d'une « figuration » nouvelle, visant à exprimer la modernité techniciste ; la nécessité se faisait sentir de mettre en question le machinisme du xix e  siècle. La fondation en 1907 du Deutscher Werkbund fut le manifeste de l'intégration […] Lire la suite

BLONDEL JACQUES-FRANÇOIS (1705-1774)

  • Écrit par 
  • Michel GALLET
  •  • 3 043 mots

Dans le chapitre « Affrontement des théories »  : […] Autour de Blondel, dans l'Europe des Lumières, une réflexion critique s'instaurait sur l'essence de l'architecture, la validité des structures traditionnelles, l'emploi raisonné des matériaux. L'esprit philosophique essayait d'abstraire les lois de la composition, dans l'espoir de fonder la beauté sur la raison. Dès le début du siècle, l'abbé de Cordemoy avait osé mettre en cause quelques princip […] Lire la suite

BOURGEOIS VICTOR (1897-1962)

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 801 mots

Brillant chef d'atelier d'architecture à l'École nationale supérieure d'architecture et des arts visuels (La Cambre, Bruxelles, 1934-1962), Victor Bourgeois est un ancien élève de l'Académie des beaux-arts de Bruxelles (1914-1919), dont il refusa le diplôme d'architecte pour contester les critères de jugement du jury et affirmer avec éclat ses visées non conformistes. Son œuvre théorique (il est d […] Lire la suite

BRUTALISME, architecture

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 1 110 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éthique ou esthétique ? »  : […] Ces architectes ne cessèrent d'affirmer un souci éthique plus qu'esthétique. Alison et Peter Smithson affirmaient : « Le brutalisme essaye de prendre en compte une société de production de masse, et d'arracher une rugueuse poésie des forces confuses et puissantes qui sont à l'œuvre. Jusqu'à maintenant le brutalisme a été envisagé stylistiquement alors que son essence est éthique. » Au rationalisme […] Lire la suite

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 411 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'architecture »  : […] Barcelone devint, vers 1900, une des capitales européennes du modern style, mouvement international en réaction contre les recherches éclectiques dans lesquelles s'épuisait l'art académique. À cette époque, la ville était un immense chantier et un creuset où se forgeaient les idées novatrices. Le nom d' Antonio Gaudí y Cornet symbolise ces recherches d'avant-garde. Ses premières constructions s'in […] Lire la suite

DE KONINCK LOUIS HERMAN (1896-1984)

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 952 mots

Entre Schindler, en Californie, et Gropius, au Bauhaus, Louis Herman De Koninck (né en 1896 à Bruxelles) apparaît comme l'un des chaînons majeurs d'une démarche centrée sur un objet architectural précis, l' habitation bourgeoise , c'est-à-dire sur la production d'espaces privés autonomes, marquée par la technologie d'une société industrielle en pleine expansion et soumise à la pression d'idéologi […] Lire la suite

DUBUISSON JEAN (1914-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 337 mots

Architecte fonctionnaliste des Trente Glorieuses, Jean Dubuisson s'est spécialisé dans la construction de grands ensembles dans les années 1950-1960. Né à Lille en 1914, Jean Dubuisson commence ses études à l'école des Beaux-Arts de Lille et obtient son diplôme de l'École des beaux-arts de Paris en 1939. Premier grand prix de Rome en 1945, il séjourne à la villa Médicis, puis à Athènes jusqu'en 19 […] Lire la suite

DUPRÉ-LAFON PAUL (1900-1971)

  • Écrit par 
  • Pierre-Emmanuel MARTIN-VIVIER
  •  • 929 mots

Paul Dupré-Lafon est né à Marseille, le 17 juin 1900. Fils d'Edmond Dupré et de Valentine Lafon, il est l'héritier d'une lignée d'industriels et de négociants marseillais. Après des études secondaires chez les jésuites, il choisit la carrière artistique et suit l'enseignement de l'école des Beaux-Arts de Marseille. Avec son ami Georges Willameur, il peint et expose quelques toiles dans les galerie […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 008 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Louis Sullivan »  : […] Mais c'est Louis Sullivan (1856-1924) qui représente à juste titre la figure dominante de l'École de Chicago. Grand admirateur du poète Walt Whitman, il entend comme lui célébrer dans ses œuvres la démocratie américaine pour tenir à distance l'héritage de l'Europe « féodale ». Son fonctionnalisme résumé dans la célèbre devise « la forme découle de la fonction » ( Form follows function ) fait l'obj […] Lire la suite

GARNIER TONY (1869-1948)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 1 184 mots

Bien plus célèbre pour son projet de cité industrielle que pour ses quelques réalisations, Tony Garnier est un extraordinaire précurseur ; il est le premier grand urbaniste moderne. Ses propositions seront reprises, analysées, critiquées par tous les architectes des années vingt. Né dans un quartier populaire de Lyon, Garnier fait ses études dans sa ville natale dont l'atmosphère intellectuelle co […] Lire la suite

HISTORICISME, art

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 4 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'esthétique des Beaux-Arts »  : […] Il reste qu'on ne saurait feindre d'introduire un semblant d'ordre, géographique ou historique, dans la diversité, la prolifération des courants historicisants dont s'est réclamée l'architecture du xix e  siècle. Le trait le plus caractéristique de ce siècle aura été l'alternance, souvent confuse et précipitée, de phases de renouveau – néo-grec, néogothique, néo-byzantin, néo-géorgien, néo-colonia […] Lire la suite

INDUSTRIELLE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Françoise HAMON
  • , Universalis
  •  • 4 844 mots
  •  • 4 médias

Les bâtiments industriels sont entrés, depuis la fin des années 1970, dans le champ d'investigation des historiens de l'architecture. Ceux-ci se sont interrogés sur les modalités de conception et les processus d'évolution de l' usine à l'ère de la révolution industrielle : en observant la période d'apparition du machinisme, on allait voir naître une nouvelle rationalité de l'architecture, et émerg […] Lire la suite

JACOBSEN ARNE (1902-1971)

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 614 mots
  •  • 1 média

Personnalité dominante de l'architecture du xx e  siècle au Danemark, Jacobsen a aussi donné à ce pays une situation privilégiée dans le domaine de l' industrial design en apportant une contribution essentielle à la création d'objets utilitaires (sièges en polyester armé ou en bois lamellé et moulé avec piètement en acier ou en aluminium, couverts, pièces d'argenterie, appareils d'éclairage, mot […] Lire la suite

LUBETKIN BERTHOLD (1901-1990)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COHEN
  •  • 935 mots
  •  • 1 média

Architecte radical dans ses projets comme dans ses décisions personnelles, Berthold Lubetkin reste la figure majeure du Mouvement moderne en Grande-Bretagne, bien qu'il n'ait réalisé qu'un petit nombre de bâtiments. Certains d'entre eux, telle la piscine des Pingouins du zoo de Londres (1934), conservent aujourd'hui encore une force symbolique exceptionnelle. Les épisodes initiaux de sa biographi […] Lire la suite

MELNIKOV KONSTANTIN STEPANOVITCH (1890-1974)

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 374 mots

Avant de devenir architecte, Melnikov fut peintre. Il entre au Collège de peinture, sculpture et architecture de Moscou (le futur Vkhoutemas), où il rencontre des artistes de l'avant-garde : A. Vesnine, N. Gontcharova, V. Tatline. En 1914, il passe au département d'architecture. Architecte, Melnikov adhérera au groupe Asnova (Association des nouveaux architectes) ; il dessinera soixante-quinze pro […] Lire la suite

Pour citer l’article

Cariss BEAUNE, « FONCTIONNALISME, architecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonctionnalisme-architecture/