FOLKLORE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les définitions

Depuis le dernier quart du xixe siècle, beaucoup de définitions du folklore ont été proposées, mais elles sont peu satisfaisantes. Le Standard Dictionary of Folklore, Mythology and Legend en recensaient déjà vingt et une en 1949. On peut les classer d'après les théories, explicites ou sous-jacentes, sur lesquelles elles s'appuient.

Dans un premier groupe viendraient les définitions qui se réfèrent à la théorie des survivances. Thoms, tout en proposant le terme de folklore à la communauté des savants, ne s'aventura pas à le définir. Mais son néologisme était destiné à remplacer l'expression popular antiquities, couramment employée en anglais jusqu'à cette époque. Par ailleurs, il invoquait avec beaucoup d'admiration l'œuvre de Jacob Grimm, incitant l'Angleterre à prendre pour modèle la Deutsche Mythologie de celui-ci. Lorsque, à la fin du xixe siècle, l'Europe fait un grand effort de réflexion sur le problème et entreprend des collectes intensives, Andrew Lang, au nom de l'école anthropologique anglaise, propose en 1884 la définition suivante : « Le folklore recueille et compare les restes des anciens peuples, les superstitions et histoires qui survivent, les idées qui vivent dans notre temps, mais ne sont pas de notre temps. À proprement parler, le folklore ne s'intéresse qu'aux légendes, coutumes, croyances du peuple. » Sébillot, en France, adhère à cette idée puisqu'en 1886 il voit dans le folklore l'« examen des survivances qui, remontant parfois [...] jusqu'aux premiers âges de l'humanité, se sont conservées, plus ou moins altérées, jusque chez les peuples les plus cultivés ». À la même époque, Giuseppe Pitré, le fondateur des études folkloriques en Italie, y voit « des restes de rites disparus, de cérémonies oubliées, de pratiques interrompues. Et ce qui frappe, c'est la survivance simultanée d'usages disparates, qui équivalent pour nous à des couches géologiques révélatrices des diverses époques. » Saintyves, en 1936, considère le folklore comme « une étude de la mentalité populaire dans une nation civilisée ».

La critique la plus sérieuse qu'on peut faire à ces définitions interchangeables, c'est qu'une croyance ou une coutume ne peuvent jamais être de pures survivances. Pour persister, en effet, les traditions doivent garder une fonction dans la culture dont elles font partie. Lévi-Strauss écrit à propos du père Noël : « Les explications par survivances sont toujours incomplètes ; car les coutumes ne disparaissent ni ne survivent sans raison. Quand elles subsistent, la cause s'en trouve moins dans la viscosité historique que dans la permanence d'une fonction que l'analyse du présent doit permettre de déceler [...]. Nous sommes en présence, avec les rites de Noël, non pas seulement de vestiges historiques, mais de formes de pensée et de conduite qui relèvent des conditions les plus générales de la vie en société. Les Saturnales et la célébration médiévale de Noël ne contiennent pas la raison dernière d'un rituel autrement inexplicable et dépourvu de signification ; mais elles fournissent un matériel comparatif utile pour dégager le sens profond d'institutions récurrentes. »

À l'opposé de ces définitions, on trouve celles qui affirment le caractère vivant, actuel et contemporain du folklore. Van Gennep insistait déjà en 1924, dans son petit livre Le Folklore, sur le caractère vivant des faits folkloriques et sur la nécessité, pour les observer et les étudier, de remplacer la méthode historique par la méthode biologique. Mais, dans son grand Manuel de folklore français contemporain, il se contente de cette brève définition : « étude méthodique, donc science, des mœurs et coutumes ».

Aux États-Unis, Alan Dundes dénonce les « principes dégénératifs » qui ont cours dans la discipline et selon lesquels le folklore descend des strates les plus élevées de la société jusqu'aux plus basses. La plupart des folkloristes sont des nostalgiques du passé qui supposent une évolution historique allant du complexe au simple : ainsi voit-on dans les contes populaires les vestiges mutilés d'une ancienne mythologie, ce qui permet d'affirmer que la version la plus complète d'un conte constitue sa forme originale. Pour Dundes, le folklore en général n'est pas en décadence, ni sur le point de disparaître. Seuls certains genres perdent de leur popularité ou tombent en désuétude, par exemple l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  FOLKLORE  » est également traité dans :

BETTELHEIM BRUNO (1903-1990)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 067 mots

Psychanalyste américain d'origine autrichienne, Bruno Bettelheim fit des études de psychologie et de psychiatrie à l'université de Vienne, sa ville natale. Il acquit ensuite une solide formation psychanalytique. D'origine juive, il est déporté, en 1938, à Dachau puis à Buchenwald, expérience qui allait inspirer son étude ultérieure intitulée Individual and Mass Behavior in Extreme Situations (19 […] Lire la suite

BLUES

  • Écrit par 
  • Francis HOFSTEIN
  •  • 3 667 mots
  •  • 4 médias

Le blues prend forme vocale et instrumentale originale au sein de la population noire du sud des États-Unis d'Amérique dans la seconde moitié du xix e  siècle. Né de l'esclavage, où les Noirs étaient traités plus comme un capital d'exploitation fermier ou ouvrier que comme des êtres humains, nourri par le racisme, la ségrégation et la misère, il en porte la douleur et en exprime le climat d'affli […] Lire la suite

CARNAVAL

  • Écrit par 
  • Annie SIDRO
  •  • 6 182 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Symbolique du carnaval »  : […] Découvrant, à la fin du xviii e  siècle, le carnaval de Rome et ses scènes délirantes jouées par des hommes travestis en femmes, Goethe notait que « le carnaval est une fête qui, à vrai dire, n'est pas donnée au peuple mais que le peuple se donne à lui-même. » Dans l'espace rural ou urbain, une mise en scène fantastique se crée, avec des rites scrupuleusement respectés au fil du temps, des personn […] Lire la suite

CHANSON

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Guy ERISMANN, 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 7 142 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'impérialisme des « médias » »  : […] La tentative la plus récente de rendre compte du phénomène « chanson » part du développement des modes de reproduction, et des conséquences de plus en plus déterminantes que ceux-ci opèrent sur la nature du produit. Ce qui lui correspond sur le plan théorique pourrait être la doctrine de M. McLuhan : The Medium is the Message ( Message et massage , Pauvert, 1968). D'autre part, A. Adelman affirme […] Lire la suite

CHEBALINE VISSARION (1902-1963)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 288 mots

Avec Khatchatourian, Kabalevski et Chostakovitch, Vissarion Chebaline appartient à la première génération de compositeurs formés entièrement sous le régime soviétique. Moins connu que ses contemporains, il a cependant joué un rôle de premier plan dans l'histoire musicale de l'U.R.S.S. et s'est affirmé comme un des grands pédagogues russes de la première moitié du xx e  siècle. Vissarion Iakovlevit […] Lire la suite

COMPTINE

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 412 mots

Formulette enfantine, récitée ou chantée avant le jeu pour désigner celui ou celle à qui sera dévolu un rôle particulier, généralement une corvée, ou du moins un rôle peu envié (« s'y coller », être « le chat »). L'un des joueurs compte ses camarades, qui ont formé un cercle, en montrant successivement du doigt la poitrine de chacun d'eux, tandis qu'il énonce, syllabe par syllabe, une formulette r […] Lire la suite

CONTE

  • Écrit par 
  • Bernadette BRICOUT
  •  • 5 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Collecte et classement des contes »  : […] Par définition, le conte populaire, transmis de génération en génération, se situe dans ce que Fernand Braudel a appelé la « longue durée ». Seules peuvent être datées avec précision les versions manuscrites ou imprimées et les transcriptions de textes oraux que nous ont laissées les ethnographes du xix e  siècle. Comme le souligne Marie-Louise Ténèze, la collecte systématique des contes est posté […] Lire la suite

CONTES DE L'ENFANCE ET DU FOYER, Jakob et Wilhelm Grimm - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian HELMREICH
  •  • 1 097 mots
  •  • 1 média

La publication en 1812 du premier volume des Contes des frères Jakob (1785-1863) et Wilhelm Grimm (1786-1859) s'inscrit dans un mouvement de redécouverte de la culture « populaire », particulièrement sensible en Allemagne depuis l'édition par Johann Gottfried Herder de son recueil de chants populaires (1778-1779). Les frères Grimm ont surtout été marqués par la collection de chants réunis et retr […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 5 066 mots

Dans le chapitre « Interprétations naturalistes et folkloristes »  : […] La définition d'Ampère, pourtant claire et scientifiquement bien fondée, reste sans lendemain. L'incertitude, concernant la définition de l'ethnographie, est due à Paul Broca, chirurgien et anthropologue français, et à d'autres biologistes de la seconde moitié du xix e siècle tels que l'Anglais James Cowles Prichard et l'Italien Enrico Morselli. Ils veulent réserver le terme « ethnologie » aux ét […] Lire la suite

FLAMENCO

  • Écrit par 
  • José BLAS VEGA
  •  • 3 215 mots
  •  • 3 médias

Le chant flamenco ( cante flamenco ) est un art créé par le peuple andalou, sur la base d'un folklore populaire issu des diverses cultures qui s'épanouirent au long des siècles. À partir du xviii e  siècle, époque capitale pour l'histoire de la culture et du folklore en maints pays européens, les Bas-Andalous, de souche gitane, donnèrent à cet art sa structure et ses caractères définitifs. Toute […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicole BELMONT, « FOLKLORE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/folklore/