FOLIE, architecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la folie désigne une maison de plaisance que se faisaient construire l'aristocrate, le financier ou l'actrice, généralement aux alentours de Paris. Elle répondait dans sa destination et dans sa conception à un caprice de courtisan, qui se faisait un jeu de bâtir l'une de ces maisons dans un laps de temps très court, comme par une sorte de défi de l'argent au temps. Ces maisons furent parfois l'objet d'un pari ou d'une rivalité entre princes. Ainsi, la folie de Bagatelle (dont le nom exprime à lui seul une forme de défi), construite en soixante-quatre jours (en 1777), fut l'objet d'un pari entre le comte d'Artois et la reine : il lui soutint que « Bagatelle » serait édifié pendant le voyage du roi à Fontainebleau ; et le pari fut tenu, grâce à l'architecte Bélanger, spécialiste de ces constructions.

Au niveau fonctionnel, les folies répondent parfaitement à leur destination de réunions intimes et galantes. Elles concilient en effet les besoins d'intimité et le désir de raffinement. Extérieurement, elles sont sobres, élégantes, parfaitement adaptées au dernier goût du néo-classicisme naissant (emploi de l'ordre dorique). La disposition intérieure des pièces, de proportions réduites, obéit à cette même exigence d'intimité : multiplication des salons, boudoirs, alcôves et salles de bains-salons, raffinement de la décoration (boiseries, ameublement somptueux). Il faut noter le soin apporté aux jardins, le désordre naturel apparent et composé dont ils sont l'objet : îles de magnolia, cavernes en mousse, allées sinueuses, kiosque chinois et petits temples entourent par exemple la folie Saint-James, que B. de Saint-James fit construire face à Bagatelle pour se poser en rival du comte d'Artois. Marie-Antoinette raffola de ces caprices que son architecte attitré Mique réalisa pour elle : Hameau de Trianon, le temple de l'Amour et le Belvédère.

Hameau rustique

Hameau rustique

Photographie

Hameau rustique, fabrique construite dans le parc de Versailles à proximité du Petit Trianon. Architecte : Richard Mique, 1783-1787. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Mais ce qui apparaît comme le comble de la « folie », ce sont les baraques féeriques de Versailles : construc [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  FOLIE, architecture  » est également traité dans :

BÉLANGER FRANÇOIS JOSEPH (1744-1818)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 672 mots

Protégé du comte de Caylus, disciple de David-Leroy et de Contant d'Ivry, Bélanger échoue au concours de l'Académie d'architecture (1765). Renonçant définitivement à cette distinction, il gagne l'Angleterre où il fait la connaissance de lord Shelburne pour qui il exécutera des projets (galerie de son hôtel à Berkeley Square, 1779) ; ce séjour sera pour lui l'occasion de se familiariser avec le néo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-joseph-belanger/#i_40548

TSCHUMI BERNARD (1944- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN, 
  • Universalis
  •  • 1 446 mots

Fils de l'architecte suisse Jean Tschumi (1904-1962), qui avait été formé à l'école des Beaux-Arts de Paris, Bernard Tschumi est né à Lausanne en 1944. Son enfance se déroule à Paris, il étudie à Lausanne puis à l' E.T.H. , école polytechnique de Zurich, dont il est diplômé en 1969. De 1970 à 1980, il enseigne à l'Architectural Association de Londres, l'un des lieux où se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-tschumi/#i_40548

VILLA, histoire

  • Écrit par 
  • André CHASTEL, 
  • Robert FOLZ, 
  • Gilbert-Charles PICARD
  • , Universalis
  •  • 2 466 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Après Palladio »  : […] C'est au xviii e  siècle que la villa, c'est-à-dire la demeure de plaisance, redevient un thème majeur de l'architecture. Elle doit une fois de plus son succès à la recherche d'une compensation à l'épuisante vie urbaine, dans une « Arcadie » qui associe l'architecture à l'innocence des mœurs ou au calme de l'étude. En Italie même, il s'agit moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/villa-histoire/#i_40548

Pour citer l’article

Cariss BEAUNE, « FOLIE, architecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/folie-architecture/