FED (Federal Reserve System ou Système fédéral de réserve américain)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La banque centrale des États-Unis

Pour devenir pleinement banque centrale, le F.R.S. se doit de concevoir et de définir une politique monétaire. Il s'engage plus avant dans cette voie en se dotant d'une analyse originale du mécanisme monétaire et d'un instrument nouveau, les opérations d'open market. Encore faut-il qu'il parvienne à repousser les prétentions du Trésor à définir la politique monétaire selon ses propres objectifs. Le Fed n'y réussit qu'en 1951.

Le conflit entre le Fed et le Trésor

Dans la mesure où le Trésor cesse d'être sa propre banque, comme dans le Système bancaire national de 1863, les banques fédérales de réserve sont amenées à remplir ce rôle. L'objectif principal du Trésor est de placer les émissions primaires de titres de dette fédérale et de refinancer les dettes échues au moindre coût possible. Le Trésor doit aussi se ménager un accès permanent au marché secondaire des titres publics afin, éventuellement, de pouvoir soutenir les cours. Dès 1917, le secrétaire au Trésor impose à la Réserve fédérale d'acheter des titres publics à des taux inférieurs aux taux d'intérêt du marché. Il demande aussi aux banques fédérales de réserve d'escompter à des taux favorables les titres publics détenus par les agents et les banques du secteur privé, et d'accueillir dans des conditions avantageuses leurs demandes d'avances garanties par des titres publics. Ces éléments forment la Bank borrow-and-buy policy, la politique des achats-ventes de la Banque, une des premières lignes de conduite imposées au Fed par le Trésor.

La subordination du F.R.S. au Trésor se confirme clairement à l'occasion du financement de la dépense publique pendant la Seconde Guerre mondiale puis la guerre de Corée. Quand le Trésor, désireux de limiter le coût de ses emprunts, impose un barème de taux d'intérêt fixes sur les émissions de titres fédéraux (de 3/8 p. 100 pour les bons à 90 jours à 2,5 p. 100 pour les obligations à vingt-cinq ou trente ans), le F.R.S. est supplanté dans sa mission de définition et de conduite de la politique monétaire. Il n'est plus possible de mener des opérations d'open market, dans la mesure où les taux d'intérêt du marché secondaire dépendent étroitement des taux administrés du marché primaire. Par ailleurs, l'inflation courante, dont le taux est plus élevé que les taux d'intérêt nominaux, rend négatifs les taux réels, ôtant tout attrait aux placements en titres.

Au terme d'un conflit long et vif, un accord finit par être annoncé, le 4 mars 1951, entre le Trésor et le Fed sur leurs rôles respectifs : la gestion de la dette publique échoit au Trésor et la conduite de la politique monétaire revient au Fed. On attend de ce compromis moins de chevauchements de compétences et de conflits d'intérêts. La priorité va ensuite à la politique monétaire, même pendant la période de la guerre du Vietnam. C'est aussi le point de départ d'une grande partie des débats sur l'indépendance de la banque centrale, qui ne suscitent d'ailleurs qu'un intérêt relativement modéré aux États-Unis, par rapport à d'autres pays.

Les opérations d'open market

La naissance du F.O.M.C.

Après 1920, la doctrine des effets réels ne convainc plus autant et le Board la critique de plus en plus. Apparaissent alors des opérations d'achats de titres publics sur le marché secondaire libre (open market) par des banques fédérales de réserve, désireuses de détenir des portefeuilles d'actifs dont le revenu leur permet de verser des dividendes aux actionnaires et de couvrir leurs dépenses de fonctionnement. La Banque fédérale de New York, sous l'impulsion de Benjamin Strong, son premier gouverneur de 1914 à 1928, voit aussi dans ces opérations d'achat et de vente de titres publics le moyen d'influencer le taux d'intérêt sur le nouveau marché des fonds fédéraux. C'est la naissance d'une politique monétaire de conception plus ambitieuse que la seule politique du crédit fédéral dont s'est contenté le Board jusque là. En créant la structure informelle de l'Open market investment committee of Reserve bank officers, le F.R.S. se dote d'une instance chargée de concevoir et de mettre en œuvre une véritable banque centrale et une politique monétaire. La réflexion et les travaux d'économistes associés au F.R.S. (Windfield Riefler, Randolph Burgess, Emmanuel Goldenweiser, notamment) y contribuent.

Les opérations d'achat et de vente de titres publics entre les banques commerciales et les [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Bordeaux-IV-Montesquieu, directeur du Groupe de recherche en analyse et politique économiques, unité mixte du C.N.R.S. 5113

Classification

Autres références

«  FED (Federal Reserve System ou Système fédéral de réserve américain)  » est également traité dans :

BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

  • Écrit par 
  • Patrice BAUBEAU
  •  • 6 502 mots

Dans le chapitre « L'institution bancaire contemporaine »  : […] Le succès et la diffusion de l'exemple amstellodamois signent les débuts d'une ère nouvelle de l'histoire bancaire : désormais, les évolutions des structures bancaires vont toutes dans le sens de la triple institutionnalisation évoquée. Du fait de l'extension de la domination coloniale et impériale européenne, cette institutionnalisation bancaire touche toutes les aires géographiques, soit qu'elle […] Lire la suite

BANQUE - La crise des subprimes et le système bancaire

  • Écrit par 
  • Paul LAGNEAU-YMONET, 
  • Angelo RIVA
  •  • 2 874 mots

Dans le chapitre « La politique accommodante de la Réserve fédérale »  : […] De la résolution des krachs boursiers de 1987 et de 2001 au financement des « déséquilibres globaux » en passant par le surcroît de crédits souscrits par les ménages américains, on retrouve à chaque fois la politique monétaire du président de la Réserve fédérale des États-Unis, Alan Greenspan. Pour le banquier central, si les pouvoirs publics ne peuvent pas éviter les crises, ils devraient en rev […] Lire la suite

BANQUE - Supervision prudentielle

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY, 
  • Dominique PLIHON
  •  • 6 046 mots

Dans le chapitre « Le risque systémique »  : […] L'internationalisation et l'intégration des activités bancaires et financières ont rendu plus probable la réalisation d'une crise globale étendue à l'ensemble du système : la crise systémique. La taille des établissements et l'échelle de leur activité en font, en effet, des catalyseurs extrêmement sensibles de telles crises. Le risque de contagion des difficultés a grandi avec l'interconnexion cro […] Lire la suite

BANQUES CENTRALES

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 6 874 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des expériences historiques différentes »  : […] L'histoire des banques centrales est relativement récente. Elles sont issues d'expériences spécifiques aux différents pays. Les premières furent créées en Europe afin de répondre aux besoins de financement des États. Il en est ainsi de la Banque d'Angleterre, fondée en 1694 par autorisation du Parlement . Les souscripteurs du nouvel emprunt public lancé à cette époque apportèrent leurs titres pour […] Lire la suite

BERNANKE BEN S. (1953- )

  • Écrit par 
  • Jérôme HÉRICOURT
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

Successeur d'Alan Greenspan à la tête de la Réserve fédérale américaine (la Fed) février de 2006 à janvier 2014, Ben S. Bernanke est ainsi parvenu à l'apogée d'un itinéraire brillant, qui ne l'a conduit que tardivement dans la sphère politique. Désigné par le président George W. Bush comme la « bonne personne » pour remplacer la « légende » Alan Greenspan, cet universitaire de premier plan a dû f […] Lire la suite

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 880 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une plus grande volatilité des parités »  : […] Un des arguments utilisés pour défendre cette thèse de la plus grande variabilité est douteux : il s'agit d'invoquer le fait que la zone euro et les États-Unis sont des économies assez fermées (les exportations de la zone euro vers le reste du monde hors zone euro représentent 12-13 p. 100 du P.I.B.), donc où les banques centrales se soucient surtout de leurs objectifs intérieurs (croissance régu […] Lire la suite

CRISE DE LA DETTE DES P.V.D.

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC
  •  • 395 mots

En août 1982, le Mexique se trouve dans l'impossibilité de faire face à ses engagements financiers, notamment vis-à-vis de banques commerciales américaines, telles que la Chase Manhattan Bank et la City Bank. Déclarer le pays en état de cessation de paiement revenait à déclarer plusieurs établissements bancaires internationaux en faillite virtuelle. Dès lors, la crise de l'endettement des pays en […] Lire la suite

CRISE DES SUBPRIMES

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 5 432 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les quatre phases de la crise »  : […] La crise débute par un effondrement du marché de l'immobilier des États-Unis à partir de l'été de 2007. De 1996 à 2006, le prix de l'immobilier résidentiel a triplé. Cette bulle immobilière a explosé à partir de 2007 avec l'augmentation des taux de défaut de remboursement des prêts par les ménages. Ce retournement brutal a été provoqué par le changement de cap de la politique monétaire de la banq […] Lire la suite

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 780 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les facteurs de la croissance américaine  »  : […] La phase d'expansion qu'a connue l'économie américaine au cours de la décennie de 1990 est apparue à bien des égards exceptionnelle, même si son ampleur doit être relativisée. Dans sa durée, elle reste en effet comparable aux phases d'expansions des années 1960 et 1980. Surtout, les taux de croissance moyens affichés pendant cette période sont demeurés bien inférieurs aux performances enregistrée […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Krachs boursiers

  • Écrit par 
  • Christophe BOUCHER
  •  • 4 285 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'intervention des autorités monétaires et la détection des bulles spéculatives »  : […] Cet enchaînement n'est cependant pas inévitable si les autorités monétaires interviennent de manière forte et rapide. Ainsi, en octobre 1987, la Réserve fédérale (la banque centrale américaine) avait massivement injecté des liquidités. Entre 2001 et 2003, elle a fait passer les taux d'intérêt de 6,5 p. 100 à 1 p. 100. De 1929 à 1931, elle avait également réduit les taux d'intérêt de 6 p. 100 à 1, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-15 mars 2020 États-Unis. Baisse du taux directeur de la Fed.

Le 3, la Réserve fédérale (Fed) annonce une baisse d’un demi-point de ses taux directeurs, ce qui place ces derniers dans une fourchette de 1 à 1,25 p. 100. Le 15, la Fed réduit de nouveau ses taux directeurs qui sont désormais compris entre 0 et 0,25 p. 100. Cette mesure était réclamée depuis des mois par le président Donald Trump.  […] Lire la suite

30 octobre 2019 États-Unis. Nouvelle baisse des taux directeurs par la FED.

La Réserve fédérale (FED) annonce une troisième baisse de ses taux directeurs depuis le début de l’année. Ceux-ci évoluent désormais entre 1,50 et 1,75 p. 100. […] Lire la suite

18 septembre 2019 États-Unis. Nouvelle baisse des taux directeurs de la FED.

La Réserve fédérale (FED) annonce une nouvelle baisse d’un quart de point de ses taux directeurs, qui se situent désormais dans une fourchette comprise entre 1,75 et 2 p. 100. Une précédente baisse avait été décidée en juillet. Le président Donald Trump souhaitait une mesure plus radicale.  […] Lire la suite

31 juillet - 5 août 2019 États-Unis. Baisse des taux directeurs de la Réserve fédérale.

Le 31, le président de la Réserve fédérale (Fed) Jerome Powell annonce la baisse d’un quart de point des taux directeurs qui sont désormais compris entre 2 et 2,25 p. 100. Ces taux, qui avaient encore augmenté d’un quart de point en décembre 2018, n’avaient pas baissé depuis la crise financière de 2008. Décidée sous la pression du président Donald Trump, cette baisse n’est pas justifiée par la situation économique, qui est satisfaisante. […] Lire la suite

13 juin 2018 États-Unis. Relèvement des taux par la Réserve fédérale.

La Réserve fédérale annonce, pour la deuxième fois de l’année, le relèvement d’un quart de point de ses taux directeurs qui se situent désormais entre 1,75 et 2 p. 100. Ce mouvement est justifié par la vitalité de l’économie et la remontée de l’inflation qui atteint 2 p. 100. Il illustre un retour de la Fed à la neutralité monétaire après dix ans d’accompagnement de la reprise à la suite de la crise financière de 2008. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique LACOUE-LABARTHE, « FED (Federal Reserve System ou Système fédéral de réserve américain) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fed/