‘AṬṬĀR FARĪD AL-DĪN MUḤAMMAD B. IBRAHĪM dit (1119 env.-env. 1190)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète persan du xiie siècle, ‘Aṭṭār fut un maître, car s'il rassemble les conceptions évoluées d'un milieu de spirituels cheminant vers le mystère divin, son but est de guider. Il décrit une expérience qui lui semble concerner la condition humaine tout entière, celle de l'homme qui, pour cesser d'être dérouté, doit entreprendre vers le fond de l'âme un itinéraire périlleux ; il veut le conduire à briser les limites de son individualité en s'universalisant dans l'océan divin. L'une des forces de ce guide est la qualité de son expression poétique : ‘Aṭṭār a été très lu sur l'aire alors étendue de la langue persane.

Le fils du parfumeur

La personnalité d'‘Aṭṭār n'est saisissable qu'à travers son œuvre, les événements de son existence nous restant voilés. Il vécut à une époque où, en chrétienté, on édifiait le peuple en composant hagiographies, recueils de miracles et drames. Il passa sa vie à Neshāpūr, la ville de ‘Omar Khayyām, alors centre vital du Khorāsān, qui conserve la tombe de ‘Aṭṭār, 1190 est la date supposée de sa mort. De son père il avait hérité un commerce de parfums, d'onguents et d'épices ; ‘Aṭṭār désigne celui qui tient un tel commerce ; Farīd al-Dīn en fit son nom d'écrivain. Rien n'indique qu'une conversion le fît renoncer à cette profession, car il était conseillé d'en exercer une ; ‘Aṭṭār dut la trouver compatible avec une vie religieuse exigeante à laquelle il pensa dès son enfance.

Parmi les personnalités influentes à l'époque de ‘Aṭṭār, il faut citer Nadjm al-Dīn Kubrā. Celui-ci, s'étant détaché de l'étude théologique, rentra en sa ville natale de Khīva, au sud de la mer d'Aral, pour se consacrer à la vie religieuse ; il eut de nombreux imitateurs. Son enseignement reprenait celui de l'école de Neshāpūr sur les stations du chemin vers la connaissance, et s'attachait à analyser l'expérience visionnaire. Il eut parmi ses disciples un maître de ‘Aṭṭār, Madj al-Dīn Baghdādī, probablement aussi le père du célèbre Djalāl al-Dīn Rūmī. Sanā'i, qui appartenait à la génération précédant celle de ‘Aṭṭār, composa le premier, en persan, de longs poèmes de cara [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  'ATTAR FARID AL-DIN MUHAMMAD B. IBRAHIM dit (1119 env.-env. 1190)  » est également traité dans :

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 898 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le voyage spirituel vers l'Orient mystique »  : […] Nous dirons seulement ici que, dans l'état des textes, l'idée la plus précise que l'on puisse se faire de cette « philosophie orientale » d'Avicenne est à chercher, d'une part, dans ce qui a survécu de ses Notes sur la Théologie dite d'Aristote (théologie qui est en fait une paraphrase, en arabe, des dernières Ennéades de Plotin). Ce n'est pas un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicenne/#i_6664

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Rumi, Omar Khayyâm, Hâfez »  : […] Pour Rumi, au xiii e  siècle, la poésie est la voix de la lyre, mais celle-ci est, en son temps, le rebec médiéval et surtout la flûte de roseau, le ney , dont Rumi écrit que le son « est du feu, non du vent ». Aussi, dans l'ordre qu'il a fondé, celui des «  derviches tourneurs », pour le samâ‘ (qu'Eva Meyerovitch appellera un « oratorio spirituel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_6664

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles-Henri de FOUCHÉCOUR, « ‘AṬṬĀR FARĪD AL-DĪN MUḤAMMAD B. IBRAHĪM dit (1119 env.-env. 1190) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/farid-al-din-muhammad-b-ibrahim-attar/