Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FALACHAS

Le débat historiographique

Nous n'avons qu'une connaissance fragmentaire de l'histoire des Juifs éthiopiens, ce qui ne permet pas d'éviter les suppositions. Des publications récentes montrent la genèse des Falachas à travers l'évolution interne de la société éthiopienne. Les recherches sont fondées sur la continuité et la globalité interprétative des données anthropologiques. Jean Abbink dans Mytho-légendes et histoire s'attache à l'étude des mythes et légendes des Éthiopiens Amharas et fait ainsi apparaître l'émergence d'un contre-mythe conférant aux Falachas une origine plus noble que celle que les traditions attribuent aux Amharas. Le groupe des Juifs éthiopiens trouve sa raison d'être dans la revendication de sa judaïcité et dans son rattachement à la filiation d'Israël. Sur un fond unique de croyances religieuses, les Falachas se forgent un caractère distinctif qui les différencie des autres Éthiopiens. Une élaboration ultérieure de l'identité juive est proposée par Steve Kaplan, moins dans le livre publié en français sous le titre Les Falâshâs, remarquable pour les textes liturgiques, que dans The Beta Israel (Falasha) in Ethiopia. Selon cet auteur, les Falachas s'approprient le modèle monastique des chrétiens à travers la défection de certains moines considérés par le pouvoir comme hérétiques et pour cela appelés ayhud, « juif ». Ces hommes saints ont rassemblé les Falachas et ont renforcé le processus qui, au cours de plusieurs siècles, a permis la formation de l'ethnie Beta Israel au sein du peuple éthiopien. Entre le xive et le xvie siècle, les Falachas apparaissent comme un groupe distinct, qui embrasse une religion particulière, avec ses livres sacrés, ses rites et sa hiérarchie. Ce type d'explication semble dériver des recherches sur la formation d'idéologies politiques capables de justifier la conservation du pouvoir par un groupe ou, au contraire, le refus d'un pouvoir par un autre groupe ou sous-groupe. Se livrant à la même démarche, James Quirin s'attache, dans The Evolution of the Ethiopian Jews, à élucider le mécanisme de différenciation ethnique, et ce à travers l'étude de la formation des castes, en utilisant l'enquête sur le terrain et les traditions orales. Le développement du sentiment d'identité ethnique chez les Beta Israel a coïncidé avec l'évolution de leurs rapports avec la société éthiopienne dominante et la naissance de relations de caste ; cela explique qu'ils aient exercé des métiers méprisés : forgerons, charpentiers, tisserands, cordonniers et métayers. Cependant, ces travaux n'ont pas mis un terme à la controverse portant sur l'origine des Falachas.

— Vittorio MORABITO

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chercheur-professeur au département d'études politiques de l'université de Catane, Italie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par Roland POURTIER
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    ...du Nord ont gagné la France dans le flux de retour des pieds-noirs (années 1960) ou se sont installés en Israël. De même, il ne reste que très peu de Falachas, communauté de juifs noirs aux origines obscures qui vivaient en Éthiopie dans la région de Gondar : ils ont été transférés en Israël...

Voir aussi