ÉVENTAIL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Danseuses traditionnelles cambodgiennes

Danseuses traditionnelles cambodgiennes
Crédits : Sylvain Grandadam/ Getty Images

photographie

Au bal, B. Morisot

Au bal, B. Morisot
Crédits : AKG

photographie


L'éventail, instrument portatif servant à s'éventer, se présente sous trois formes : l'écran, feuille rigide adaptée à un manche plus ou moins long, l'éventail à feuille plissée et l'éventail brisé.

L'éventail plissé comporte une monture formée de baguettes plates. Les brins ou bois, faits de bois, d'ivoire, de nacre... sont réunis à la tête par un axe horizontal, la rivure : ils forment la gorge. Ces brins se prolongent par les bouts qui portent la feuille. Celle-ci, simple ou double, faite de papier, peau, vélin, soie ou dentelle, est peinte, gravée, brodée, pailletée... Les maîtres-brins, ou panaches protègent l'objet fermé.

Les éventails brisés sont faits de lamelles de bois, de nacre ou d'ivoire, fixées à la tête par la rivure et réunies à l'autre extrémité par un ruban.

De nombreuses opérations sont nécessaires à la fabrication d'un éventail. Pour la monture, débitage, façonnage des brins, reperçage, éventuellement dorure, et montage. Pour la feuille, peinture, mise en forme, rayage (marquage des plis) et plissage (à partir de 1770, le moule à plisser simplifie cette opération) et enfin fixation de la feuille à la monture. La fabrication touchait donc plusieurs corps de métier : tabletier, orfèvre, peintre, doreur, mercier, ce qui n'allait pas sans rivalités, auxquelles la création d'une communauté d'éventaillistes à Paris, en 1678, ne mit pas fin.

Les premiers éventails

L'éventail est sans doute né à la même époque dans plusieurs régions soumises à un climat chaud pour répondre à la nécessité de se rafraîchir et de chasser les mouches.

La plus ancienne représentation connue d'un éventail figure sur une massue égyptienne de l'époque pré-dynastique (début du IIIe millénaire av. J.-C ; fouilles d'Abydos, Ashmolean Museum, Oxford). Les plus anciens exemplaires connus sont les écrans d'or et de plumes de Toutankhamon (1354-1346). Passant par la Phrygie et l'Assyrie, l'invention gagne la Grèce (sous le nom de ripis), l'Étrurie, puis Rome (flabellum). Il s'agit toujours d'un écran fixe, plus ou moins en forme de feuille (ce qui rap [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉVENTAIL  » est également traité dans :

FLABELLUM

  • Écrit par 
  • Maryse BIDEAULT
  •  • 117 mots

Le nom latin de l'éventail, flabellum , sert au Moyen Âge à désigner un éventail liturgique porté au-dessus de la tête de certains dignitaires de l'Église, cet usage ayant déjà existé chez les Égyptiens. Primitivement fait de plumes de paon, il consiste généralement en un disque de métal décoré, ciselé et gemmé, placé au bout d'un long manche. Le flabellum de Tournus, conserv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flabellum/#i_31042

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « La xylographie au service du bouddhisme »  : […] Jusqu'à la fin du xvi e  siècle, toute l'activité xylographique se concentra dans les monastères. Mais, par rapport à la durée de cette période, elle fut peu abondante. C'est assez logique, puisqu'elle se cantonnait quasi exclusivement dans une fonction religieuse : elle se préoccupait surtout de diffuser les écritures bouddhiques et les commentai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_31042

MODE - Histoire et composantes

  • Écrit par 
  • Catherine ORMEN
  • , Universalis
  •  • 12 465 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les accessoires indépendants du costume »  : […] Sacs et poches ont la même fonction : contenir de l'argent et divers objets. La poche peut être indépendante, visible ou cachée, mais reliée au vêtement par une attache quelconque. Le sac prend alors le nom de bourse, aumônière ou escarcelle (de l'italien scarso , « avare »). Dissimulée ou apparente, la poche peut être intégrée à la structure même du vêtement – c'est ce qui, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-histoire-et-composantes/#i_31042

ORIGAMI, papiers pliés

  • Écrit par 
  • Louis FRÉDÉRIC
  •  • 988 mots

L'art des papiers pliés, ou origami, qui nous vient du Japon, est d'origine ancienne. Il est probable que les premiers papiers pliés furent faits à des fins religieuses, dès avant le vii e siècle. Avant cette époque, on avait coutume d'offrir aux kami , ou « entités supérieures » du shintō, la croyance chamanique du Japon au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origami-papiers-plies/#i_31042

SŌTATSU NONOMURA (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 404 mots

Dans le chapitre « Le marchand d'éventails »  : […] On sait fort peu de choses sur Nonomura Sōtatsu, dont on ignore même les dates de naissance et de mort. Le professeur Yamane Yuzō, qui s'est attaché à l'étude de sa carrière, pense qu'il était issu d'une grande famille marchande, peut-être enrichie dans le commerce des soieries, et qu'il dirigeait l'atelier d' éventails Tawaraya. Sa formation reste obscure ; il pourrait avoir hérité des formules d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sotatsu-nonomura/#i_31042

Voir aussi

Pour citer l’article

Rosine TROGAN, « ÉVENTAIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eventail/