ÉVENTAIL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Danseuses traditionnelles cambodgiennes

Danseuses traditionnelles cambodgiennes
Crédits : Sylvain Grandadam/ Getty Images

photographie

Au bal, B. Morisot

Au bal, B. Morisot
Crédits : AKG

photographie


Le monde occidental

En Occident, l'éventail est cité au xive siècle dans quelques inventaires (par exemple celui de Mahaut, comtesse d'Artois en 1316) ou dans la littérature, sous les noms d'esmouchoir, d'esventoir ou d'esventador. Il s'introduit dans la vie privée des femmes de haut rang dans le courant du xvie siècle sous différentes formes : cercle plissé en cocarde, touffe de plumes à l'extrémité d'un manche orné, écran rond ou drapeau empanaché... Il adopte à la fin du siècle la forme plissée venue du Japon par l'intermédiaire de la Chine et du commerce espagnol et surtout portugais, forme qu'il a gardée le plus souvent depuis. C'est Catherine de Médicis qui l'introduit en France en 1533.

Au cours des xviie et xviiie siècles, son usage se généralise. Encore utilitaire et saisonnier au début du xviie siècle, il devient sous Louis XIV un accessoire permanent de la toilette des femmes de qualité. C'est aussi un objet d'art, souvent de grand prix : il est orné de grandes scènes bibliques ou mythologiques. Mais le véritable âge d'or de l'éventail est le xviiie siècle, marqué par la renommée des éventaillistes français (sous Louis XVI, une cinquantaine d'éventaillistes font travailler à Paris et dans l'Oise, région spécialisée dans le travail de l'os et de la nacre, plus de 6 000 ouvriers et ouvrières). Le décor rocaille s'anime de bergeries, de chinoiseries ou de scènes galantes. La vie quotidienne, la littérature ou la musique à la mode s'y reflètent aussi. Les montures évoluent, les brins s'affinent et s'écartent (montures « squelettes »). D'un coût moins élevé, les éventails chinois commencent à être importés en grand nombre. L'éventail gagne alors les milieux plus populaires, ils sont d'une fabrication plus modeste, et certains se font le reflet de l'actualité politique et sociale : système Law, convulsionnaires de Saint-Médard, naissances princières, aérostation, affaire du Collier, réunion des États généraux.

Sous la Révolution, d'objet de luxe il devient une gazette, mais de qualité fort médiocre.

Sous l'Empire, de dimensions plus réduites pour s'accorder aux r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉVENTAIL  » est également traité dans :

FLABELLUM

  • Écrit par 
  • Maryse BIDEAULT
  •  • 117 mots

Le nom latin de l'éventail, flabellum , sert au Moyen Âge à désigner un éventail liturgique porté au-dessus de la tête de certains dignitaires de l'Église, cet usage ayant déjà existé chez les Égyptiens. Primitivement fait de plumes de paon, il consiste généralement en un disque de métal décoré, ciselé et gemmé, placé au bout d'un long manche. Le flabellum de Tournus, conserv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flabellum/#i_31042

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « La xylographie au service du bouddhisme »  : […] Jusqu'à la fin du xvi e  siècle, toute l'activité xylographique se concentra dans les monastères. Mais, par rapport à la durée de cette période, elle fut peu abondante. C'est assez logique, puisqu'elle se cantonnait quasi exclusivement dans une fonction religieuse : elle se préoccupait surtout de diffuser les écritures bouddhiques et les commentai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_31042

MODE - Histoire et composantes

  • Écrit par 
  • Catherine ORMEN
  • , Universalis
  •  • 12 465 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les accessoires indépendants du costume »  : […] Sacs et poches ont la même fonction : contenir de l'argent et divers objets. La poche peut être indépendante, visible ou cachée, mais reliée au vêtement par une attache quelconque. Le sac prend alors le nom de bourse, aumônière ou escarcelle (de l'italien scarso , « avare »). Dissimulée ou apparente, la poche peut être intégrée à la structure même du vêtement – c'est ce qui, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-histoire-et-composantes/#i_31042

ORIGAMI, papiers pliés

  • Écrit par 
  • Louis FRÉDÉRIC
  •  • 988 mots

L'art des papiers pliés, ou origami, qui nous vient du Japon, est d'origine ancienne. Il est probable que les premiers papiers pliés furent faits à des fins religieuses, dès avant le vii e siècle. Avant cette époque, on avait coutume d'offrir aux kami , ou « entités supérieures » du shintō, la croyance chamanique du Japon au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origami-papiers-plies/#i_31042

SŌTATSU NONOMURA (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 404 mots

Dans le chapitre « Le marchand d'éventails »  : […] On sait fort peu de choses sur Nonomura Sōtatsu, dont on ignore même les dates de naissance et de mort. Le professeur Yamane Yuzō, qui s'est attaché à l'étude de sa carrière, pense qu'il était issu d'une grande famille marchande, peut-être enrichie dans le commerce des soieries, et qu'il dirigeait l'atelier d' éventails Tawaraya. Sa formation reste obscure ; il pourrait avoir hérité des formules d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sotatsu-nonomura/#i_31042

Voir aussi

Pour citer l’article

Rosine TROGAN, « ÉVENTAIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eventail/