WIGNER EUGENE PAUL (1902-1994)

Physicien théoricien américain d'origine hongroise (il est né le 17 novembre 1902 à Budapest), professeur à Princeton, Prix Nobel de physique en 1963 (avec M. Goeppert-Mayer et H. D. Jensen), auteur de contributions fondamentales à la physique mathématique et à la mécanique quantique en général, à la théorie du solide, à la physique nucléaire et à la physique des particules élémentaires en particulier.

En physique mathématique, Eugene Paul Wigner a été, avec H. Weyl, le codificateur de la méthode de la théorie des groupes en mécanique quantique, exposée dans son livre La Théorie des groupes et ses applications à la mécanique quantique des atomes (Gruppentheorie und ihre Anwendungen auf die Quantenmechanik der Atome, 1931). On lui doit également l'introduction de la « fonction de Wigner » des opérateurs de position et d'impulsion, qui est l'analogue quantique formel de la densité de probabilité dans l'espace des phases de la mécanique statistique classique (1932). En 1928, P. Jordan et Wigner ont formulé la méthode de la seconde quantification pour les ensembles de fermions (électrons, neutrons, etc.). En 1933, Wigner et F. Seitz ont résolu le problème de la cohésion des métaux simples (la méthode cellulaire ou l'approximation de Wigner-Seitz) et, en 1934-1938, Wigner a calculé l'énergie corrective « de corrélation » à la limite des faibles densités (où les électrons forment un réseau pratiquement immobile, dit solide de Wigner). Se tournant ensuite vers la physique nucléaire, il a proposé un modèle de noyau fondé sur l'existence entre les nucléons d'une force indépendante de la charge et du spin (force de Wigner, 1937) et contribué à la résolution du problème de la réaction en chaîne. Finalement, ses contributions à la physique des particules élémentaires comprennent l'étude de différents problèmes de symétrie, comme l'invariance par inversion du temps (1932-1939), les représentations du groupe de Poincaré (1940).

En 1939, il attire l'attention du gouvernement américain sur les possibilités militaires de l'énergie nucléaire. Il travaille dans le cadre du projet Manhattan et dirige le centre de recherche d'Oak Ridge. En 1952, il est nommé membre du comité directeur de l'Atomic Energy Commission.

Physicien de grand talent dans l'environnement exceptionnel des universités américaines, Wigner eut aussi la chance de former des chercheurs qui marquèrent le xxe siècle ; John Bardeen, double Prix Nobel dont le nom reste attaché à la théorie de la supraconductivité, en est l'un des plus connus. Wigner est mort à Princeton (New Jersey) en 1994.

—  Viorel SERGIESCO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  WIGNER EUGENE PAUL (1902-1994)  » est également traité dans :

SPIN ou MOMENT CINÉTIQUE ou ANGULAIRE INTRINSÈQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 5 385 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Spin et relativités »  : […] classification des représentations unitaires irréductibles du groupe de relativité. C'est Wigner, en 1939, qui a proposé ce point de vue, et procédé à la construction des représentations unitaires irréductibles du groupe de Poincaré. Le résultat est aussi profond que naturel : une telle représentation est entièrement caractérisée par un nombre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spin/#i_24730

Pour citer l’article

Viorel SERGIESCO, « WIGNER EUGENE PAUL - (1902-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-paul-wigner/