GOEPPERT-MAYER MARIA (1906-1972)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née le 28 juin 1906 à Katowice en haute Silésie (alors en Allemagne) et décédée le 20 février 1972 à San Diego (Californie), Maria Goeppert est issue d'une lignée d'universitaires depuis sept générations. Après des études à Göttingen, où elle passe son doctorat de physique théorique en 1930 sous la direction de Max Born, elle épouse le physico-chimiste américain Joseph E. Mayer, qui est alors l'assistant de James Franck (prix Nobel de physique en 1925 pour la découverte des lois gouvernant les interactions d'un électron et d'un atome) ; elle émigre peu après avec lui aux États-Unis.

L'université Johns Hopkins de Baltimore les accueille (mais sans salaire pour elle) et elle y collabore avec Karl Herzfeld sur la physico-chimie des molécules organiques. De 1939 à 1946, ils travaillent à l'université Columbia de New York, en particulier sur la possibilité de séparer les isotopes par des réactions photochimiques. Ce n'est qu'en 1946 qu'elle est reconnue comme chercheur par le Laboratoire national d'Argonne, près de Chicago, où elle s'initie à la physique nucléaire avec Edward Teller et Enrico Fermi. Elle restera à Chicago jusqu'en 1960 et y obtiendra ses résultats les plus fameux, en particulier le modèle en couche du noyau atomique, qui lui vaudra de partager le prix Nobel de physique en 1963 avec le physicien allemand Johannes Hans D. Jensen et le physicien américain d'origine hongroise Eugene Wigner. En 1960, elle rejoint l'université La Jolla de San Diego en Californie.

L'étude des noyaux atomiques dans les années 1930 avait révélé la remarquable stabilité des noyaux contenant un « nombre magique » (c'est à dire 2, 8, 20, 50, 82 ou 106) de protons ou de neutrons. Quelques physiciens avaient avancé l'idée que, de manière analogue aux électrons dans la description par Niels Bohr de l'atome, les nucléons (protons ou neutrons) se mouvaient sur des orbites appartenant à des couches bien séparées, les nombres magiques correspondant à des couches complètes. Ce modèle développé en détail par Maria Goe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  GOEPPERT-MAYER MARIA (1906-1972)  » est également traité dans :

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Les principes physiques

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 109 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le modèle en couches »  : […] 1948 et 1950, en particulier par Johannes Hans Daniel Jensen et Maria Goeppert Mayer (tous deux Prix Nobel de physique 1963), a permis d'expliquer un grand nombre de propriétés structurales du noyau. La remarquable stabilité des noyaux contenant un « nombre magique » (c'est-à-dire 2, 8, 20, 50, 82 ou 106) de protons ou de neutrons suggère que, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-les-principes-physiques/#i_97872

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « GOEPPERT-MAYER MARIA - (1906-1972) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maria-goeppert-mayer/