IONESCO EUGÈNE (1909-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tentation moralisante

Il est curieux de constater que c'est peu après ses plus violentes attaques contre Brecht et son théâtre social (1956) que Ionesco s'orienta lui-même vers un théâtre de dénonciation sociale. Cette tentation apparut avec la création d'un personnage qui fait penser à Charlot, Bérenger, dans Tueur sans gages (1959) et surtout avec Rhinocéros. C'est cette dernière pièce qui fit accéder son auteur aux « grands théâtres », et l'on peut se demander si les éloges qu'elle reçut ne présentent pas parfois un caractère inquiétant. « Une pièce d'Ionesco entièrement compréhensible », titrait le Times ! Ionesco avait vécu, en 1937-1938, la montée du fascisme chez un nombre croissant de ses amis roumains : un virus mystérieux s'infiltrait en eux, ils changeaient, la communication devenait impossible (toujours le vide menaçant dans le langage !). Dans la pièce, cette maladie est la « rhinocérite » qui gagne peu à peu toute la ville (toujours la prolifération !). Tous, collègues, amis, femme aimée, se transforment en rhinocéros (on reconnaît le thème kafkaïen de la métamorphose). La rhinocérite, c'est d'abord, historiquement, le nazisme ; mais la portée symbolique de la pièce est plus ample : tous les totalitarismes sont visés (les Russes ont renoncé à monter la pièce sur le refus d'Ionesco de la retoucher). Bérenger demeure, à la fin, seul humain, après des flottements et le dit, dans un finale peu rhétorique, où chancelle un humanisme mal assuré (il subsiste une distance entre ce qu'est le personnage et son langage : plaisant reproche !). Cependant, grâce à l'extraordinaire transposition concrète de tout totalitarisme montant, aux parodies de la logique, à la découverte angoissante de la solitude, c'est-à-dire à tout ce qui fait le meilleur d'Ionesco, la pièce demeure.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : docteur en sciences religieuses, docteur ès lettres, agrégé, professeur de littérature française à l'université de Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  IONESCO EUGÈNE (1909-1994)  » est également traité dans :

RHINOCÉROS, Eugène Ionesco - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 969 mots

Créé le 6 novembre 1959 à Düsseldorf par la Schauspielhaus dans une mise en scène de Karl-Heinz Stroux, et donné pour la première fois en France l'année suivante à Paris, au théâtre de l'Odéon par Jean-Louis Barrault, Rhinocéros, qui fut d'abord une nouvelle publiée en 1957 dans les […] Lire la suite

BATAILLE NICOLAS (1926-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 214 mots

Homme de théâtre français. Après s'être formé aux cours de René Simon et de Solange Sicard, Nicolas Bataille fait la connaissance de Jacques Prévert, qui l'engage comme figurant dans Les Enfants du paradis , de Marcel Carné (1945). En 1948, il porte à la scène Une saison en enfer , de Rimbaud. L'année suivante, avec la complicité d'Akakia Viala et de Pascal Pia, il va créer un faux littéraire, L […] Lire la suite

ABSURDE THÉÂTRE DE L'

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 040 mots

Pris dans une acception large et diffuse, « absurde » peut être employé pour caractériser des œuvres littéraires qui témoignent d'une angoisse existentielle, celle de l'individu égaré dans un monde dont l'ordre et le sens lui échappent. Ainsi des romans de Kafka, par exemple. Mais la principale incarnation littéraire du terme reste l'expression « théâtre de l'absurde » qui, pour communément reçue […] Lire la suite

LA CANTATRICE CHAUVE, Eugène Ionesco - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 973 mots

C'est avec très peu de moyens que le metteur en scène Nicolas Bataille créa au théâtre des Noctambules, à Paris, en mai 1950, La Cantatrice chauve , première pièce d'Eugène Ionesco et probablement la plus emblématique de ce qu'on nommera en France « le théâtre de l'absurde ». L'intérieur victorien s'y réduisait à quelques meubles, et l'on y mettait à exécution le principe du contrepoint consista […] Lire la suite

CARAGIALE ION LUCA (1852-1912)

  • Écrit par 
  • Alain GUILLERMOU
  •  • 1 126 mots

Caragiale est-il un ancêtre d' Eugène Ionesco ? L'auteur de La Cantatrice chauve, en le présentant, se présente lui-même : « Sa principale originalité est que tous ses personnages sont des imbéciles. L'écart qu'il y a entre un langage aussi obscur qu'élevé et la ruse mesquine des personnages, leur politesse cérémonieuse et leur malhonnêteté foncière fait que finalement ce théâtre, allant au-delà […] Lire la suite

MAUCLAIR JACQUES (1919-2001)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 588 mots

Comédien, metteur en scène, découvreur de textes et auteur dramatique, Jacques Mauclair est né en 1919 à Paris. Fils d'un commerçant aux Halles et d'une mère au passé de comédienne, il découvre le théâtre à travers Baty, Dullin, Pitoëff. Prisonnier en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale, il suit les cours de Jouvet dans le Paris de la Libération, avant de jouer sous sa direction dans La F […] Lire la suite

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « En deçà de la tragédie »  : […] Trouvera-t-on le théâtre tragique du xx e  siècle dans la dramaturgie d'un Beckett , voire d'un Ionesco ? Certains l'ont soutenu : « La farce métaphysique, elle, rend un autre son parce que, telle que Jarry l'inaugura et que l'ont pratiquée Ionesco et Beckett, elle prend le contre-pied de l'Histoire [...]. À peine le rideau s'est-il levé que nous avons l'i mpression presque physique de nous retrou […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le nouveau théâtre

  • Écrit par 
  • Bernard DORT
  •  • 5 453 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une dramaturgie du refus »  : […] C'est en 1950 que se produisirent les premières manifestations du « nouveau théâtre » ; cette année-là, La Cantatrice chauve d' Eugène Ionesco apparut, à l'affiche du théâtre des Noctambules ; les deux premières pièces d' Arthur Adamov, La Parodie et L'Invasion , écrites depuis quelque temps déjà, furent publiées en un volume où figuraient des témoignages élogieux de Gide, de Prévert, de René Char […] Lire la suite

THÉÂTRES DE LA RIVE GAUCHE

  • Écrit par 
  • Colette GODARD
  •  • 1 979 mots

Alors que, sur la rive droite, le Boulevard visait et obtenait les grosses recettes, alors que prenait forme, avec éclat au T.N.P., plus difficilement en province, un théâtre à vocation populaire, quelques pauvres petites salles, presque toutes situées sur la rive gauche de la Seine, démunies de soutien financier public comme privé, se sont payé le luxe de découvrir presque tout ce qui a compté da […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe SELLIER, « IONESCO EUGÈNE - (1909-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-ionesco/