BATAILLE NICOLAS (1926-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme de théâtre français. Après s'être formé aux cours de René Simon et de Solange Sicard, Nicolas Bataille fait la connaissance de Jacques Prévert, qui l'engage comme figurant dans Les Enfants du paradis, de Marcel Carné (1945). En 1948, il porte à la scène Une saison en enfer, de Rimbaud. L'année suivante, avec la complicité d'Akakia Viala et de Pascal Pia, il va créer un faux littéraire, La Chasse spirituelle, une suite de poème inédits attribuée à Rimbaud et qui sera publiée d'abord dans Combat puis en volume au Mercure de France. André Breton sera un des très rares à dénoncer l'imposture. Mais le vrai titre de gloire de Nicolas Bataille est sans aucun doute sa mise en scène de La Cantatrice chauve, une pièce d'un auteur alors complètement inconnu, Eugène Ionesco. Initialement présentée au Théâtre des Noctambules en 1949, elle ne rencontrera le succès qu'à partir de 1957, au Théâtre de la Huchette, où elle sera jouée de manière pratiquement ininterrompue. Par la suite, Nicolas Bataille portera à la scène les œuvres les plus diverses (La Philosophie dans le boudoir, de Sade, des textes de Marinetti), mais sans jamais rééditer ce coup de génie.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  BATAILLE NICOLAS (1926-2008)  » est également traité dans :

LA CANTATRICE CHAUVE, Eugène Ionesco - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 973 mots

C'est avec très peu de moyens que le metteur en scène Nicolas Bataille créa au théâtre des Noctambules, à Paris, en mai 1950, La Cantatrice chauve , première pièce d'Eugène Ionesco et probablement la plus emblématique de ce qu'on nommera en France « le théâtre de l'absurde ». L'intérieur victorien s'y réduisait à quelques meubles, et l'on y mettait à exécution le principe du contrepoint consista […] Lire la suite

Les derniers événements

Gabon. Décès du président Omar Bongo. 8-16 juin 2009

par la France et soutenu inconditionnellement par tous les présidents de la Ve République, ouvre la bataille de sa succession, dans laquelle son fils aîné, Ali Ben Bongo, ministre de la Défense, fait figure de favori. Dans le respect de la Constitution, la présidente du Sénat Rose […] Lire la suite

France. Durcissement de l'opposition au C.P.E. 1er-31 mars 2006

de la moitié des universités sont bloquées ou perturbées dans leur fonctionnement. Le 11, à Paris, les forces de l'ordre font évacuer la Sorbonne, occupée depuis le 8 par quelque trois cents étudiants. Le 12, sur T.F.1, Dominique de Villepin rappelle qu'il mène « une bataille sans précédent […] Lire la suite

France. Formation du gouvernement de Dominique de Villepin. 1er-14 juin 2005

Le 1er, Dominique de Villepin, nommé Premier ministre la veille, affirme, dans un entretien télévisé, que « la bataille pour l'emploi » constituera « la priorité de son gouvernement »; il estime que « tout n'a pas été tenté » dans ce domaine et se donne « cent jours […] Lire la suite

Pour citer l’article

« BATAILLE NICOLAS - (1926-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-bataille/