ÉTIENNE DE BONNEUIL (2e moitié XIIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de ce maître maçon est connu par différents actes par lesquels Étienne de Bonneuil s'engageait à se rendre à Uppsala en Suède. Cependant, Philippe le Bel ne lui accorda qu'en 1287 l'autorisation de quitter la France. Un contrat fut alors passé devant la garde de la prévôté de Paris avec les six compagnons et les six bacheliers qu'il se proposait d'emmener avec lui. Lorsqu'il arriva à Uppsala, l'église était déjà en cours de construction. L'archevêque Laurentius, qui appartenait à l'ordre mendiant des Franciscains, avait en effet pris sa décision dès 1258. Cependant, le plan de l'édifice et son style sont incontestablement d'inspiration française, ce qui tend à prouver que, dès l'origine, Laurentius s'était adressé à un architecte de cette nationalité, dont le nom ne nous est pas parvenu. Lorsque Étienne de Bonneuil arrive, le chœur est vraisemblablement achevé. Il doit donc travailler principalement dans la nef sans qu'il soit possible de mieux préciser l'importance de ses interventions. Quoi qu'il en soit, la cathédrale d'Uppsala ne peut être confondue avec un édifice français. De nombreux détails sont absolument étrangers à l'art français : ainsi le mur nu seulement percé d'un oculus qui sépare les grandes arcades des fenêtres hautes.

—  Alain ERLANDE-BRANDENBURG

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉTIENNE DE BONNEUIL (2 e moitié XIII e s.)  » est également traité dans :

SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Martin Edvard BLINDHEIM, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Nicole PÉRIN, 
  • Jean-Michel QUENARDEL
  •  • 22 100 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Architecture »  : […] L'épanouissement considérable de la vie artistique en Europe au xii e et au xiii e  siècle se fit éminemment sentir en Scandinavie, même si ce fut avant tout dans les classes supérieures. Vers le milieu du xiii e  siècle, il y avait dans la plupart des églises importantes des exemples de la conception artistique naturaliste du premier art gothique. Par contre les principes d'architecture gothique […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG, « ÉTIENNE DE BONNEUIL (2e moitié XIIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-de-bonneuil/