DAHO ÉTIENNE (1956- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « Dahomania »

À cette époque, la « dahomania » bat son plein : le chanteur enchaîne les tubes et les concerts, et multiplie les activités. Il consacre une biographie à Françoise Hardy, Superstar et ermite (1986), écrit pour Daniel Darc, produit Les Max Valentins – qui deviendront Les Valentins –, et crée son propre label, Satori Song. « Tombé pour la France », « Épaule Tattoo », « Duel au soleil », « Bleu comme toi » ou encore « Des heures hindoues » : les chansons pop comme les ballades extraites de son troisième album Pop Satori (1986) et du suivant, Pour nos vies martiennes (1988), sont des tubes. Le même succès couronne Paris ailleurs (1991), album teinté de soul, enregistré à New York, dans un studio de Greenwich Village et qui donne lieu à une tournée intitulée le Tour Paris Ailleurs. Étienne Daho s'offre un détour de la scène à l'écran, et apparaît dans les films Désordre (1986) d’Olivier Assayas et Jeux d’artifices (1987) de Virginie Thévenet.

En 1992, l'auteur-compositeur-interprète mobilise vingt-sept artistes francophones pour aider la recherche contre le sida. Pour ce projet baptisé Urgence, il interprète une chanson de Brigitte Fontaine, « Dommage que tu sois mort ». On le dit séropositif. Il refuse de démentir mais répond en musique. Il reprend « Mon manège à moi » d’Édith Piaf, pour la compilation Piaf-Fréhel : Ma grand-mère est une rockeuse (1993), chante avec Jacques Dutronc « Tous les goûts sont dans ma nature » et enregistre le titre « Reserection » en 1995, avec le groupe anglais Saint Étienne. L’année suivante paraît Éden, album nourri de drum’n’bass et de trip-hop, de jungle et de bossa nova mais aussi d’orchestrations élaborées par David Whitaker, l'arrangeur des Rolling Stones, ou encore du Serge Gainsbourg de la période d’Histoire de Melody Nelson. Si Daho reste [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  DAHO ÉTIENNE (1956- )  » est également traité dans :

DOMINIQUE A (1968- )

  • Écrit par 
  • Sabrina SILAMO
  •  • 1 200 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers les lueurs »  : […] Le 7 janvier 2010, l'académie Charles-Cros récompense Dominique A du prix In Honorem Interprètes pour l'ensemble de son œuvre et, le 8 février 2013, il est sacré cette fois meilleur interprète masculin de l'année aux victoires de la musique. Entre-temps, Dominique A a fêté ses vingt ans de carrière – l’occasion pour son label Cinq7 de publier en 2012 une intégrale, composée de huit albums, augmen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominique-a/#i_56848

Pour citer l’article

Sabrina SILAMO, « DAHO ÉTIENNE (1956- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-daho/