HARDY FRANÇOISE (1944- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chanteuse à la voix minimaliste, elle conquiert en une chanson, Tous les garçons et les filles, le cœur de l'Europe. Comme si le temps n'avait aucune prise sur elle, elle garde, depuis les années 1960, son statut d'icône, fascinant Mick Jagger, Jacques Dutronc, Julio Iglesias ou Étienne Daho. Elle donne beaucoup de son temps à l'étude de l'astrologie, se permettant même quelques passes d'arme avec ses consœurs les plus renommées.

Née le 17 janvier 1944 à Paris, Françoise Hardy grandit avec sa sœur Michèle, de dix-huit mois sa cadette, dans un appartement du IXe arrondissement. Sa mère, aide-comptable, les élève seule, leur père ne passe les voir que deux ou trois fois par an. La jeune Françoise ne s'épanouit ni en famille ni à La Bruyère, l'institution religieuse qu'elle fréquente. Elle n'aime pas son physique de grande fille maigre avec de longues jambes. Elle s'évade en écoutant les chansons à la mode et, l'été, perfectionne son allemand en Autriche. Elle reçoit une guitare pour son baccalauréat, commence à faire des chansons et s'inscrit au Petit Conservatoire de Mireille. Pour satisfaire sa mère, elle s'inscrit à la faculté de sciences politiques puis à la Sorbonne. Les maisons de disques recrutent alors leurs vedettes par voie de petites annonces : Françoise répond à l'une d'elles, auditionne et signe un contrat avec la maison Vogue, le 14 novembre 1961, à l'âge de dix-sept ans. En avril 1962, elle enregistre dans des conditions aléatoires son premier 45-tours, qui comporte Tous les garçons et les filles. Deux millions d'exemplaires de ce titre seront vendus.

Françoise Hardy est propulsée en quelques mois, dans le peloton de tête des nouvelles idoles de la chanson. Lors d'une séance de prises de vue pour le magazine Salut les copains, elle rencontre Jean-Marie Perier. Elle, timide et effacée, se voit transformée en chanteuse résolument moderne, voire d'avant-garde. Elle est habillée par les couturiers les plus prestigieux, filmée par les cinéastes les plus audacieux et devient la seule artiste française « exportable ». Lorsqu'elle rencontre Jacques Dutronc, Françoise Hardy prend la décision, en 1968, d'arrêter de se produire sur scène et effectue une dernière représentation à Londres, au Savoy. Le 16 juin 1973, elle donne naissance à Thomas Dutronc. Elle signe, la même année, un contrat avec Warner Bros et enregistre un album sous la direction musicale de Michel Berger, Message personnel. Cet album relance sa carrière et la chanteuse yéyé devient une femme prête à tenter de nouvelles expériences avec des artistes novateurs. Elle poursuit cette démarche lorsqu'en 1977 elle rencontre Gabriel Yared. L'album qu'ils réalisent ensemble s'appelle Star ; ils s'entourent pour cela de Michel Jonasz, Serge Gainsbourg, William Sheller et Catherine Lara. Cet album séduit un public trop jeune pour avoir connu ses premiers succès. Musique saoule suivra et cet album signé Gabriel Yared, Michel Jonasz et Alain Goldstein lui ouvre les portes d'un univers inédit. Même si les critiques sont parfois dubitatifs, Françoise Hardy poursuit dans la direction qui lui convient et va chercher dans le talent des autres des stimulations pour motiver le sien. De rencontre en rencontre elle fabrique des albums aux couleurs différentes mais au charme personnel et constant. Elle sait choisir ceux qui l'accompagnent, elle fait appel à Rodolphe Burger, leader du groupe Kat Onoma, enregistre des duos avec le groupe Blur, avec Iggy Pop, Julio Iglesias, Marc Lavoine, Henri Salvador, Alain Delon. Après avoir annoncé plusieurs fois ses adieux, elle est toujours présente, toujours à l'affût de quelques nouveautés capables de la mettre en valeur.

Dans sa discographie originale, citons Le sais-tu ? (Vogue, 1963), Mon amie la rose (Vogue, 1964), Ma jeunesse fout le camp (Vogue, 1967), Françoise (Sonopress, 1970), Message personnel (Warner Bros, 1973), Star (Pathé-Marconi/EMI, 1977), Musique saoule (Pathé-Marconi/EMI, 1978), Gin tonic (Pathé-Marconi/EMI, 1980), Décalages (Flarenasch, 1988), Le Danger (Virgin, 1996), Clair-obscur (Virgin, 2000), Tant de belles choses (Virgin, 2004), Parenthèses (Virgin, 2006), La Pluie sans parapluie (Virgin, 2010), L’Amour fou (Virgin, 2012), dont la parution s’accompagne de celle d’un roman du même nom, Personne d'autre (Parlophone, 2018).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HARDY FRANÇOISE (1944- )  » est également traité dans :

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années 1970 : la reconnaissance du métier d’arrangeur par la SACEM »  : […] Au début des années 1970, Jean-Claude Petit et d’autres arrangeurs déclenchent une grève liée à la revendication d’un droit d'arrangeur auprès de la SACEM. Jusqu’alors, ces musiciens sont rétribués au cachet et ne perçoivent aucun droit d’auteur pour le travail d'arrangeur réalisé sur leurs enregistrements diffusés en radio ou à la télévision. La SACEM accepte le principe d’obtention d’une partie […] Lire la suite

DAHO ÉTIENNE (1956- )

  • Écrit par 
  • Sabrina SILAMO
  •  • 1 111 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « Dahomania » »  : […] À cette époque, la « dahomania » bat son plein : le chanteur enchaîne les tubes et les concerts, et multiplie les activités. Il consacre une biographie à Françoise Hardy, Superstar et ermite (1986), écrit pour Daniel Darc, produit Les Max Valentins – qui deviendront Les Valentins –, et crée son propre label, Satori Song. « Tombé pour la France », « Épaule Tattoo », « Duel au soleil », « Bleu comm […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain POULANGES, « HARDY FRANÇOISE (1944- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francoise-hardy/