AFFINES ESPACE & REPÈRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la conception intuitive de l'espace usuel, il n'y a pas d'origine privilégiée ; c'est une fois qu'une origine est choisie que cet espace devient un espace vectoriel. La structure d'espace affine formalise cette situation à partir de la notion de translation associée à un vecteur d'extrémités données, défini comme bipoint. Plus précisément, la structure affine se définit comme suit.

Espace affine. Soit E un espace vectoriel sur un corps commutatif K. Un ensemble A est dit espace attaché à l'espace E s'il est muni d'une application de A × E dans A, notée (M, x ) ↦ M + x, telle que le groupe additif de E opère simplement transitivement sur A. Autrement dit, à (M, x) ∈ A × E correspond un point N de A et un seul, tel que N = M + x ; et à un couple quelconque de points (M, N) de A × A, que l'on désigne sous le nom de bipoint, correspond dans E un vecteur x (appelé opérateur de translation de A) et un seul, tel que N = M + x. Ce vecteur x se note MN. Deux bipoints AB et CD sont dits équipollents si AB = CD.

Soit O un point quelconque de A. Le couple (A, O) s'appelle espace affine muni de l'origine O. L'application de A dans E, définie par M ↦ x = OM, est une bijection qui permet d'identifier l'espace A muni de l'origine O à l'espace vectoriel E.

Réciproquement, par l'application qui à tout couple de vecteurs (xy) de E associe le vecteur x + y, l'ensemble E devient un espace affine attaché à l'espace vectoriel E. Le vecteur nul de E s'appelle origine canonique de l'espace affine E.

Si l'espace E est de dimension finie, on pose dim (A) = dim (E).

Variété linéaire affine. Un sous-ensemble A′ ⊂ A est appelé variété linéaire affine (ou variété linéaire) de l'espace affine A si, pour toute famille finie de points de A′, tout barycentre de ces points appartient à A′. Une condition nécessaire et suffisante pour qu'une partie non vide A′ de A soit une variété linéaire affine est que, en prenant un point O quelconque dans A′, l'ensemble des vecteurs OM, où M ∈ A′, soit un sous-espace vectoriel E′ de l'espace vectoriel E auquel est atta [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AFFINES ESPACE & REPÈRE  » est également traité dans :

AFFINE APPLICATION

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 273 mots

Soit E et F deux espaces vectoriels sur un corps commutatif K et A et B des espaces affines attachés à E et F. On dit qu'une application u de A dans B est une application linéaire affine (ou application affine) si, quelle que soit la famille finie d'éléments (M i , λ i ), pour 1 ≤  i  ≤  k , où k est quelconque, de A × K, possédant un barycentre G, u (G) est le barycentre des éléments ( u (M i ) […] Lire la suite

ALGÉBRIQUES STRUCTURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 34 159 mots

Dans le chapitre « Espèces de structures de caractérisation typique S ∈ P((K×K)×K) × P((K×K)×K) × P((V×V)×V) × P((K×V)×V) × P((V×E)×E) ou S ∈ P((K×K)×K) × P((K×K)×K) × P((V×V)×V) × P((V×K)×V) × P((E×V)×E) : espèce de structure d'espace affine attaché à un espace vectoriel à gauche (ou à droite) sur un corps et espèces de structures plus riches »  : […] Soit V  = (V,  l ∗ ,  l g • ) un espace vectoriel à gauche sur un corps K  = (K,  l ⊤ ,  l ⊥ ). Un espace affine attaché à V sur K (ou V K -espace affine ) est un couple R aff  = (E,  l ⊕ ) qui est un espace homogène sur le groupe (V,  l ∗ ) tel que e ∗ soit le seul opérateur de (V,  l ∗ ) tel que ∀  p ,  p  ∈ E ⇒  e ∗  ⊕  p  =  p . E est donc un ensemble non vide, l ⊕ une loi d'action de V× […] Lire la suite

BARYCENTRE

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 206 mots

Soit A un espace affine attaché à un espace vectoriel E (sur un corps commutatif K). On appelle « point M de A affecté de la masse λ » l'élément (M, λ) de l'ensemble A × K. Par définition, le barycentre de n points M 1 , M 2 , ..., M n de A affectés des masses λ 1 , λ 2 , ..., λ n de somme non nulle est le point G tel que : De cette définition découlent aisément plusieurs propriétés : 1. Pour t […] Lire la suite

GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 13 071 mots
  •  • 7 médias

Sous sa forme actuelle, la géométrie algébrique est une branche de l'algèbre relativement récente (cf. algèbre , dedekind ). Pour « comprendre » les phénomènes d'intersection des courbes et des surfaces, il s'est révélé nécessaire d'élaborer des techniques compliquées qui se sont développées de manière abstraite et sont venues à leur tour enrichir d'autres domaines des mathématiques (théorie moder […] Lire la suite

PROJECTIFS ESPACE & REPÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 777 mots

Espace projectif . Étant donné un espace vectoriel E sur un corps commutatif K, on considère dans E′ = E — {0} la relation G entre deux éléments x et y définie par : La relation G est une relation d'équivalence et l'ensemble quotient E′/ G est appelé espace projectif déduit de E et est noté P (E). L'ensemble E est appelé espace vectoriel sous-jacent de P (E). Une classe d'équivalence, élément […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques MEYER, « AFFINES ESPACE & REPÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-et-repere-affines/