ÉSOPE (env. 620-env. 560 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie d'Ésope est le sujet de légendes au milieu desquelles la vérité est devenue presque impossible à démêler. Samos et Sardes, Mésembrie en Thrace et Cotyéum en Phrygie prétendaient lui avoir donné le jour. On en fait l'esclave d'un habitant de Samos nommé Jadmon ou Xanthus. Il aurait été affranchi par son maître, aurait visité la cour de Crésus et assisterait au banquet des Sept Sages, chez Périandre, à Corinthe. D'après Plutarque, il serait chargé par Crésus de porter une précieuse offrande au temple de Delphes et de distribuer des présents aux Delphiens ; mais il n'aurait pas accompli jusqu'au bout sa mission, détestant cette population qu'il jugeait cupide, et il serait mort, précipité de la roche Hyampée, sous l'accusation d'avoir dérobé une coupe d'or consacrée à Apollon (Aristophane déjà faisait allusion à cette condamnation.) Cependant, une tradition postérieure le représente aux Thermopyles quatre-vingts ans plus tard. La Vie d'Ésope la plus répandue, qui fut retrouvée dans un manuscrit du xiiie siècle et attribuée à Maximos Planude, le représente accablé de difformités physiques dont les Anciens ne parlaient pas.

Ésope est probablement plutôt un conteur qu'un écrivain. Les fables que nous avons sous son nom n'ont pas été écrites par lui mais sont postérieures. D'autre part, sa réputation était si grande que toutes les fables déjà populaires, remontant à la plus haute antiquité, dont il circulait des rédactions en prose, lui ont été attribuées. Les cent quarante fables recueillies par Planude, écrites dans une prose assez sèche (on a cru longtemps qu'elles avaient été rédigées par des moines byzantins parce que les moralités semblaient tirées de l'Évangile), seront portées au nombre de deux cent quatre-vingt-dix-sept au xviie siècle, puis au nombre de quatre cent soixante-quatorze au xixe (cent quarante-neuf sont fournies par un manuscrit de Florence du xiiie s.).

Socrate dans sa prison mettait en vers celles qui lui restaient en mémoire. Ces fables « d'Ésope » seront mêm [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉSOPE (env. 620-env. 560 av. J.-C.)  » est également traité dans :

APOLOGUE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 443 mots

La narration d'une anecdote à personnages animaux, ou parfois végétaux, agissant et parlant comme les humains et, le cas échéant, en leur compagnie, a toujours servi à illustrer des leçons de prudence ou de morale pour les hommes. Le genre, préexistant à la notion de genre, plonge ses racines à la fois dans la nuit des temps et dans l'infralittérature. Tout éternel qu'il paraisse, il présente en o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologue-genre-litteraire/#i_2519

FABLE, notion de

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 096 mots

« Fable », issu du latin fabula , est le terme que le théâtre utilise traditionnellement pour désigner l'histoire racontée – là où le grec, et la Poétique (env. 340 av. J.-C.) d'Aristote tout particulièrement, emploie le terme muthos . Selon Aristote, la fable est le plus important des constituants, « le principe, l'âme pour ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fable-notion-de/#i_2519

FABLES (J. de La Fontaine) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 968 mots
  •  • 1 média

Jean de La Fontaine (1621-1695) a quarante-six ans quand, en mars 1668, Barbin, éditeur prestigieux de Boileau et de Racine, fait paraître les six premiers livres des Fables choisies et mises en vers par M. de La Fontaine. Elles sont précédées d'une Épître à Monseigneur le Dauphin , le fils de Louis XIV, alors âgé de sept ans ; d'une Préface qui procla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fables/#i_2519

FABLE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 3 264 mots

Dans le chapitre « D'Ésope aux « renardies » »  : […] Ésope, poète aussi légendaire qu'Homère, aurait vécu en Grèce au vi e siècle avant J.-C. Le recueil qui nous est parvenu sous son nom comporte environ trois cents brefs récits en prose, souvent accompagnés d'une courte moralité. À ces récits il faut ajouter la Vie d'Ésope, esclave phrygien , fable qui joue le rôle d'un vérit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fable/#i_2519

Pour citer l’article

Dominique RICHARD, « ÉSOPE (env. 620-env. 560 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/esope/