HORNBOSTEL ERICH MORITZ VON (1877-1935)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le musicologue et ethnologue autrichien Erich Moritz von Hornbostel, né le 25 février 1877 à Vienne, grandit dans un foyer où la musique règne en maître et y étudie le piano, l'harmonie et le contrepoint. Même si, au sortir de l'école, il est considéré comme un musicien et un compositeur de talent, il s'oriente vers les sciences naturelles et la philosophie, qu'il étudie à l'université d'Heidelberg, de 1895 à 1899. Après y avoir obtenu son doctorat en chimie en 1900, il s'installe à Berlin où, sous l'influence de Carl Stumpf, il applique la psychologie expérimentale, et en particulier la psychologie du son, à ses études musicales. Il devient l'assistant de Stumpf à l'Institut psychologique de Vienne ; en 1906, lorsque les archives de l'institut sont versées au nouveau Phonogramm-Archiv de Berlin, il en devient le premier directeur, poste qu'il occupe jusqu'à sa destitution par le régime nazi, en 1933 (sa mère, la chanteuse Helene Magnus, était juive).

Hornbostel quitte l'Allemagne et s'installe d'abord en Suisse, puis aux États-Unis et finalement en Angleterre. De 1922 à sa mort, le 28 novembre 1935 à Cambridge, il coéditera, avec Stumpf, les Sammelbände für vergleichende Musikwissenschaft (« Anthologies de musicologie comparée »).

Hornbostel est spécialiste des musiques asiatiques, africaines, et plus généralement des musiques non européennes. En coopération avec Stumpf et Otto Abraham, il conçoit un système appliquant les concepts de l'acoustique, de la psychologie et de la physiologie à l'étude de cultures musicales non européennes, dans une démarche qui confère ses lettres de noblesse à la musicologie comparée. Il publie avec Abraham une série d'essais sur les musiques non européennes (notamment japonaises, turques et indiennes) et met au point une méthode de transcription des enregistrements. En 1904, tous deux proposent une théorie de la musicologie comparée calquée dans ses grandes lignes sur les principes de la linguistique comparée. Hornbostel démontrera également l'importance de disposer de données musicologiques observables et mesurables en recherche ethnologique.

Parmi ses contributions les plus précieuses à l'ethnomusicologie, citons ses études sur la psychologie de la perception musicale, sur les relations entre une culture et son système musical et sa classification novatrice des instruments de musique, établie avec Curt Sachs en 1914 (Systematik der Musikinstrumente : ein Versuch).

—  Universalis

Classification

Autres références

«  HORNBOSTEL ERICH MORITZ VON (1877-1935)  » est également traité dans :

ETHNOLOGIE - Ethnomusicologie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 6 976 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'école de Berlin »  : […] À la fin du xix e siècle et au début du xx e , avec Carl Stumpf, Otto Abraham et Erich M. von Hornbostel, apparaît la première école ethnomusicologique : l'école de Berlin. Ces chercheurs s'intéressent aux processus mentaux impliqués par la musique (la psychologie est, à l'époque, la reine des sciences humaines) en se fondant sur l'analyse des hauteurs et de la mélodie, sur les systèmes d'accorda […] Lire la suite

SCHNEIDER MARIUS (1903-1982)

  • Écrit par 
  • Oruno D. LARA
  •  • 596 mots

Né à Haguenau en Alsace, le 1 er juillet 1903, Marius (Jean-Marie, Alphonse) Schneider étudia la philosophie et la musicologie à Strasbourg et à Paris, où il travailla avec André Pirro ; dans la capitale, il étudia le piano avec Alfred Cortot. En 1930, à l'université de Berlin, il soutint une thèse de doctorat portant sur le haut Moyen Âge et l'ars nova français et italien, sous la direction du m […] Lire la suite

Pour citer l’article

« HORNBOSTEL ERICH MORITZ VON - (1877-1935) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/erich-moritz-von-hornbostel/