ÉPIMÉNIDE DE CNOSSE (actif VIe s. av. J.-C.?)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il est d'autant plus difficile de dater Épiménide le Crétois que sa légende lui attribue plus de cinquante années de « dormition » dans une cave des montagnes consacrées au Zeus crétois, ce qui lui donnerait plus de cent cinquante et parfois près de deux cents années de vie : finalement, et au témoignage de sa propre mémoire, sa légende fait de lui une réincarnation d'Éaque, juge aux Enfers avec Minos et Rhadamante. Les indices le rattachent à la légende de la Crète, laquelle, plus d'un millénaire après l'apogée de la civilisation minoenne, conservait en Grèce le prestige de ses antiques traditions.

Épiménide reste pourtant lié à l'histoire d'Athènes, en l'âge déjà historique de Solon, qui l'aurait appelé à purifier la ville souillée par le meurtre de Cylon et frappée d'une épidémie. Athènes conservait cet épisode inscrit sur son sol, sous la forme de petits autels dressés aux endroits où avaient été sacrifiées en hécatombe purificatrice cinquante brebis blanches et cinquante noires. Épiménide fut un « homme divin », devin, purificateur, expert en rituels anciens, et peut-être adonné de plus aux techniques chamanistes importées du Nord. Il a laissé des oracles, des poésies religieuses, dont les lambeaux se retrouveraient parmi les recueils de tradition orphique, un poème épique sur la légende des Argonautes et une théogonie qui contait, entre autres choses, l'origine des Courètes crétois. Comme celle de son voisin Phérécyde, cette théogonie se laissait sans doute « interpréter » de façon savante. Les traditions recueillies par Diogène Laërce rangent Épiménide parmi les sept Sages. Il reste pour nous exemplaire du type de l'homme religieux, du « maître de vérité de la Grèce archaïque », selon l'expression de M. Detienne.

—  Clémence RAMNOUX

Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris, ancien professeur à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  ÉPIMÉNIDE DE CNOSSE (actif VI e s. av. J.-C.?)  » est également traité dans :

SEPT SAGES LES

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 449 mots

Titre sous lequel Diogène Laërce honore Thalès de Milet, Bias de Priène, Solon d'Athènes, Chilon de Sparte, Périandre (tyran de Corinthe), Épiménide de Crète, Phérécyde de Syros, Pittacos de Mitylène, Cléobule de Lindos (à Rhodes), Myson (originaire d'une obscure bourgade continentale) et Anacharsis (fils d'un roi barbare et d'une Grecque). Si les prêtres de Delphes ont canonisé, en ~ 585/84, une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-sept-sages/#i_11094

Pour citer l’article

Clémence RAMNOUX, « ÉPIMÉNIDE DE CNOSSE (actif VIe s. av. J.-C.?) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/epimenide-de-cnosse/