ENSEIGNEMENT DE L'ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'éducation artistique

Les recherches sur la pédagogie de l'art à l'université ont fourni l'occasion de redéfinir son rapport avec le système éducatif général. L'enseignement artistique se présente aujourd'hui comme un continuum, de la maternelle à l'Université. Cette approche rend obsolètes les pratiques antérieures qui engendraient la docilité (vision scientifique et pragmatique des problèmes) ou l'idéologie charismatique toujours portée à faire croire que la vocation se passe d'apprentissage.

L'éducation artistique est dispensée dans 36 000 écoles primaires et 4 897 collèges (elle est dispensée par 200 000 instituteurs et 7 406 enseignants d'arts plastiques – rapport G. Pélissier, mai 1995). Un protocole d'accord entre le ministère de l'Éducation nationale et le ministère de la Culture a été signé en 1983 pour officialiser la présence des artistes et des organismes culturels dans le milieu scolaire. En 1988, la loi du 6 janvier – présentée par le ministre de la Culture et de la Communication François Léotard – précise que « les enseignements artistiques contribuent à l'épanouissement des aptitudes individuelles et à l'égalité d'accès à la culture », et qu'« ils portent sur l'histoire de l'art, sur la théorie et la pratique des disciplines artistiques, en particulier de la musique instrumentale et vocale, des arts plastiques, de l'architecture, du théâtre, du cinéma, de l'expression audiovisuelle, des arts du cirque, des arts du spectacle, de la danse et des arts appliqués ». C'est à partir de cette loi que se généralise l'emploi du pluriel. On préfère en effet parler « des arts » (enseignement, connaissance, histoire des arts) pour inscrire dans la terminologie la multiplication des axes de recherche. Le brouillage des frontières est dû à la déhiérarchisation des catégories de l'art et à l'introduction des nouvelles technologies qui autorisent la transversalité et le « métissage » des disciplines.

La loi d'orientation du 10 juillet 1989 a réorganisé en trois cycles la scolarité dans l'enseignement primaire. Les arts plastiques sont eux-mêmes inclus dans trois grands ensembles disciplinaires (lettres, sciences, sport et arts). Dans le cycle 1 (les apprentissages premiers pour la tranche des deux à six ans), on attend de l'enfant qu'il soit capable « d'établir des relations sensorielles et affectives avec les matières », de « réaliser une production en faisant intervenir une technique », de « constater les effets produits ». Dans le cycle 2 (les apprentissages fondamentaux réunissant la grande section maternelle, le cours préparatoire et le cours élémentaire 1), l'élève doit pouvoir « considérer les objets, les images comme des matériaux d'expression », « jouer avec les formes, les couleurs, les matières, les objets, les images » et surtout « justifier ses jugements de valeur ». Dans le cycle 3 (l'approfondissement en CE2, CM1, CM2), il commence à « réaliser une production en fonction d'une intention », il « trouve des règles d'organisation », « entre en contact avec la démarche de l'artiste et se constitue une première culture artistique ». À ce stade, il peut créer un « musée de classe ».

La collaboration des ministères de la Culture et de l'Éducation nationale autorise désormais l'entrée des artistes dans les classes. Elle se traduit par la création d'ateliers de pratique artistique dans les écoles primaires, sous la responsabilité d'un maître volontaire assisté d'un professionnel du secteur culturel. Il existe également des classes culturelles qui ont pour fonction d'immerger les enfants dans un lieu différent de leur cadre habituel. Les objectifs sont : la découverte d'un art avec ses contraintes techniques ; le développement de la personnalité de l'enfant au contact d'intervenants extérieurs venus présenter leurs œuvres ; la connaissance d'un environnement autre, qui incite aux liaisons interdisciplinaires.

Le programme de l'éveil culturel à l'école primaire est poursuivi au collège. Les arts plastiques contribuent au développement de la sensibilité et de l'intelligence de l'élève ; ils consolident sa formation culturelle et sociale. Ils sont enseignés à partir de la 6e, par des professeurs spécialisés titulaires du C.A.P.E.S. ou de l'agrégation. La difficulté à former des élèves dans le cadre limité d'une heure hebdomadaire a conduit le ministère de l'Éducation nationale à créer dans les collèges des ateliers d'arts plastiques de trois heures, complémentaires et plus diversifiés. Actuellement, il y a 750 ateliers d'arts plastiques. On ne peut, en l'état actuel des informations, qu'indiquer les premières étapes de la création d'applications multimédias au collège. En 1991, la Direction des lycées et collèges a mis en place une expérimentation dans quatorze collèges portant sur l'« utilisation des images et des sons numériques en situation pédagogique ». Elle a pour but de familiariser les élèves avec les stratégies de groupe, les concepts de « navigation », d'« interactivité » pour créer des scénarios originaux à partir d'images numérisées fixes ou animées, de sons, de textes. Les outils nouveaux sont les ordinateurs équipés de cartes graphique et sonore, les appareils de numérisation des images, les scanners, les appareils photo numériques ainsi que tous les logiciels permettant de traiter la documentation recueillie.

Au lycée, il existe depuis 1969 un baccalauréat à profil artistique. Autrefois appelé A7, puis A3, il entre désormais dans la série L (littéraire) sous la forme d'enseignement obligatoire (trois heures) ou d'option (trois heures) et comporte cinq spécialités : arts plastiques, cinéma-audiovisuel, musique, théâtre-expression dramatique, histoire des arts. On attend de l'élève d'arts plastiques qu'il maîtrise le vocabulaire touchant à l'aspect physique de l'œuvre et à sa dimension conceptuelle ; qu'il s'inscrive dans une démarche résolument contemporaine ; qu'il trouve les moyens de développer ses propres moyens d'expression. Plusieurs orientations s'offrent à lui : la filière de l'Université, la formation des écoles d'art ou encore, par l'intermédiaire d'une classe de mise à niveau, le champ des arts appliqués.

Jusqu'en 1974, le mythe de la créativité s'inscrivait dans le projet de ce qu'il était alors convenu d'appeler « la société des loisirs ». La crise économique a modifié les perspectives et les finalités de l'enseignement, qui s'oriente désormais vers l'efficacité et la rentabilité des diplômes (à l'école mais aussi à l'école d'art). Le champ de l'enseignement artistique, dans son ensemble, en subit le contrecoup et cherche à s'inclure plus étroitement dans la formation de haut niveau (dispensée par les universités ou les écoles nationales supérieures) et dans les canaux de la productivité par l'intermédiaire de filières spécifiques comme le baccalauréat technique conduisant aux écoles supérieures d'arts appliqués.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 24 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ENSEIGNEMENT DE L'ART  » est également traité dans :

ACADÉMIE DE FRANCE À ROME

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 050 mots
  •  • 2 médias

Suscitée par Colbert et par Charles Le Brun, « premier peintre » de Louis XIV, la fondation de l'Académie de France à Rome (1666) découlait d'idées simples et fortes mais qui n'ont plus cours aujourd'hui. Pour les hommes du xvii e  siècle, les vestiges de l'Antiquité, les chefs-d'œuvre des maîtres de la Renaissance constituaient d'insurpassables modèles : les étudier, les copier, c'était se famil […] Lire la suite

ACADÉMISME

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN
  •  • 3 544 mots
  •  • 2 médias

Le terme « académisme » se rapporte aux attitudes et principes enseignés dans des écoles d'art dûment organisées, habituellement appelées académies de peinture, ainsi qu'aux œuvres d'art et jugements critiques, produits conformément à ces principes par des académiciens, c'est-à-dire par les membres des écoles, qu'ils soient professeurs, étudiants ou partisans de leurs méthodes. Ce mot se rapporte […] Lire la suite

ATELIER, art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 5 929 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'atelier européen au XVIIIe siècle. Écoles et académies »  : […] Depuis longtemps déjà les artistes voyagent, ne serait-ce que par les traditions du compagnonnage. Les ateliers deviennent écoles et lieux d'influence entre l'Espagne, la Flandre, la France, l'Allemagne, de la Hollande à l'Italie. Les vedutte vénitiennes deviennent objet de spéculation à Londres. C'est l'époque des collectionneurs et des agents commissionnaires comme Smith en Angleterre. Entre l' […] Lire la suite

CONSTRUCTIVISME

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 3 375 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Enseignement et pratique »  : […] Les fréquents contacts des artistes russes avec le milieu allemand contribuèrent à la diffusion rapide des idées constructivistes en Europe. Plusieurs architectes occidentaux vont construire de grands ensembles pour le jeune État socialiste : Le Corbusier réalise sa première grande construction à Moscou, le Centrosoyouz (1930). En 1921, l'exode des artistes russes commence : Kandinsky, Gabo, Pevs […] Lire la suite

ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES BEAUX-ARTS, Paris

  • Écrit par 
  • Emmanuel SCHWARTZ
  •  • 1 219 mots

La Révolution française réunit dans une « école spéciale », qui porte aujourd’hui le nom d’École nationale supérieure des beaux-arts (É.N.S.B.A), les écoles de l'Académie royale de peinture et de sculpture, fondée en 1648 au début du règne de Louis XIV, et de l'Académie royale d'architecture, fondée en 1671. Son histoire administrative, sa doctrine et son influence trouvent leur logique dans la v […] Lire la suite

GROPIUS WALTER (1883-1969)

  • Écrit par 
  • Réjean LEGAULT
  •  • 2 519 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'expérience du Bauhaus »  : […] Au cours de la Première Guerre mondiale, alors qu'il sert dans l'armée allemande, Gropius est recommandé par Henry Van de Velde comme directeur potentiel de l'École d'arts et métiers (Kunstgeweberschule) et de l'Académie (Hochschule für bildende Künste) du grand-duché de Saxe à Weimar. Appelé à ce poste en 1919, il combine les deux écoles pour fonder une nouvelle institution : le Bauhaus d'État ( […] Lire la suite

LONGHI ROBERTO (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 797 mots

L'œuvre de Roberto Longhi est de celles qui créent, dans le fil régulier d'une discipline — la critique d'art, en l'espèce, et l'histoire de la peinture —, des remous d'abord, puis un sillage sans cesse élargi, et, finalement, un courant quasi irrésistible. Dans les différents domaines qu'il a explorés, son approche personnelle, ses analyses et ses intuitions ont proposé, ou imposé, une optique ne […] Lire la suite

MUSÉE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 11 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du sanctuaire au média »  : […] Les créateurs ont été les premiers à mettre en doute, parfois avec violence, le bien-fondé d'une institution qui leur était doublement destinée, comme lieu de formation et comme terme de consécration. Le mot célèbre de Pissarro : « Il faut brûler les nécropoles de l'art » – auquel fait écho celui de Vasarély : « Je veux en finir avec tout ce qui précisément fait le musée : l'œuvre unique et irremp […] Lire la suite

MUSÉES DE MOULAGES

  • Écrit par 
  • Roland ETIENNE, 
  • Jean-Claude MOSSIERE
  •  • 2 402 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Historique des collections de moulages »  : […] Musée des moulages ou galerie des études, musée des modèles ou cabinet des copies, gypsothèque ou musée de sculpture comparée, tous ces noms évoquent encore bien souvent des lieux surchargés d'objets où le plâtre a remplacé le marbre, la terre cuite et le bronze. Pline attribue la paternité de moulage à Lysistrate de Sicyone, sculpteur grec du iv e  siècle avant J.-C., qui, le premier, prit avec d […] Lire la suite

PEINTURE - Les théories des peintres

  • Écrit par 
  • Daniel ARASSE
  •  • 3 806 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les fonctions des théories »  : […] La fonction première des théories des peintres, celle qui se maintient des origines à l'époque moderne, est une fonction d'enseignement. Par théorie, on entend un système organisé et cohérent de concepts qui rendent compte d'une activité ou d'un ensemble de phénomènes. Or, la plupart du temps, les peintres se contentent d'écrire leurs idées de façon éparse, sous forme de notes, de cahiers, de let […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-11 juin 2018 Suisse. Protestation contre le deal de rue à Lausanne.

enseignement à la Haute École d’art et de design de Genève. Son initiative a toutefois provoqué, quelques jours plus tard, la mobilisation de deux cents personnes à Lausanne contre le deal de rue. Le 11, le Parti socialiste vaudois, majoritaire à Lausanne, présente des mesures contre le deal de rue, que ses députés sont chargés de défendre devant le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Annie VERGER, « ENSEIGNEMENT DE L'ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/enseignement-de-l-art/