RUHLMANN ÉMILE JACQUES (1879-1933)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un entrepreneur de peinture alsacien installé à Paris, Ruhlmann est mêlé très jeune au milieu des architectes et des décorateurs. Il se forme aux techniques de l'ébénisterie et s'impose dès le Salon d'automne de 1913 par la forme élégante des pieds fuseaux et la préciosité des placages de ses meubles. La renommée viendra surtout après la guerre lorsque, associé à Laurent, il développe sa propre maison, les établissements Ruhlmann, entreprise de décoration qui édite les meubles, les bronzes, les tissus, etc. dessinés par lui. Ruhlmann incarne au plus haut degré un aspect typiquement français du mouvement « 1925 ». Face aux oppositions heurtées de formes et de couleurs chères aux artistes issus du mouvement munichois, Ruhlmann prône un retour aux traditions de l'ébénisterie française, en particulier la technique et le raffinement des placages (il employait soit des bois précieux, ébène de macassar rehaussée de filets d'ivoire, amboine, soit des matières rares, galuchat, maroquin).

Table par Émile Jacques Ruhlmann

Table par Émile Jacques Ruhlmann

photographie

Table par Émile Jacques Ruhlmann. Ébène de macassar. Vers 1930-1932. Brighton Museum and Art Gallery, Grande-Bretagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Les formes qu'il retient semblent s'inspirer, elles aussi, des meubles des époques précédentes. Des secrétaires de dame, certaines commodes aux lignes doucement ondulées évoquent les courbes rocaille. Le dossier à enroulement, les pieds arrière en sabre des sièges les apparentent aux productions des frères Jacob. Ces rappels qui constituent simplement une source d'inspiration et jamais un pastiche ne font que rehausser l'extrême originalité de Ruhlmann, dernier représentant d'un art du meuble que les conditions économiques nouvelles condamnaient déjà. Ruhlmann décorateur autant qu'ébéniste considère les pièces comme des ensembles où meubles, tissu, éclairage, boiseries sculptées doivent s'harmoniser, mais le soin apporté à la fabrication de ses meubles en fait des œuvres d'art qui gardent toute leur beauté en dehors de leur contexte. L'apogée de la carrière de Ruhlmann est sa contribution à l'Exposition des arts décoratifs de 1925, L'Hôtel d'un collectionneur.

—  Colombe SAMOYAULT-VERLET

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification


Autres références

«  RUHLMANN ÉMILE JACQUES (1879-1933)  » est également traité dans :

MOBILIER

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 4 414 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le XXe siècle »  : […] Le mobilier connaîtra une renaissance stylistique avec ce qu'on appelle l' Art nouveau. L'Angleterre lance le mouvement avec William Morris, qui tire de l'étude du gothique une nostalgie de l'œuvre originale et retrouve une source d'inspiration dans la nature. En Angleterre, l'école de Glasgow avec Mackmurdo et Mackintosh, en France le mouvement Art nouveau (Grasset, Gaillard) et l'école de Nancy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mobilier/#i_22719

ROYÈRE JEAN (1902-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre-Emmanuel MARTIN-VIVIER
  •  • 962 mots

Le décorateur Jean Royère est né à Paris en 1902. Après une courte carrière dans le commerce auprès de son oncle au Havre, ce fils de haut fonctionnaire se lance dans la décoration à Paris, à l'âge de vingt-neuf ans. Autodidacte, le jeune décorateur explore d'abord l'œuvre de ses aînés avant de forger son propre vocabulaire formel. Ses premiers projets témoignent d'une admiration pour le décorate […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-royere/#i_22719

TAPIS MODERNES ET CONTEMPORAINS

  • Écrit par 
  • Valérie GLOMET, 
  • Michèle HENG
  •  • 4 844 mots

Dans le chapitre « 1925 et les différentes tendances du style Art déco »  : […] Contrairement à l'Exposition de 1900, l'Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de 1925 fut le témoin d'un puissant renouveau dans l'art du tapis. On peut dégager deux grands courants au sein d'une production foisonnante : un style fleuri pratiqué par les décorateurs et une tendance géométrisante plus épurée issue du cubisme. L'intérêt de créateurs venus d'horizons tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapis-modernes-et-contemporains/#i_22719

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « RUHLMANN ÉMILE JACQUES - (1879-1933) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-jacques-ruhlmann/