Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉLISABETH II (1926-2022) reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord (1952-2022)

Élisabeth II - crédits : Bettmann/ Getty Images

Élisabeth II

Née le 21 avril 1926 à Londres, Elizabeth Alexandra Mary Windsor régna, à partir de 1952, sur le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord sous le nom d’Élisabeth II (orth. franç.), et fut parallèlement chef du Commonwealth jusqu’à sa mort, le 8 septembre 2022, au château de Balmoral, en Écosse.

D’une durée de soixante-dix ans et deux cent quatorze jours, le règne d’Élisabeth II est le plus long d’un souverain anglais ou britannique, puisqu’il a dépassé, le 9 septembre 2015, la longévité exceptionnelle du règne de son arrière-arrière-grand-mère, la reine Victoria (1837-1901). Alors que cette dernière avait été le symbole de la prééminence mondiale britannique au xixe siècle, Élisabeth II a vu son pays passer du statut de grande puissance à celui de puissance moyenne. Elle n’en a pas moins constitué pour ses sujets un point de référence, un élément de stabilité dans un monde évoluant de plus en plus vite – nonobstant des périodes de doutes ou de crises –, ce qui contribue à expliquer l’ampleur des manifestations de deuil collectif qui ont eu lieu lors de sa disparition.

De la fille du duc d’York à l’héritière présomptive

Le père d’Élisabeth II, Albert Frederick Arthur George, duc d’York (1895-1952), deuxième enfant de George V, avait épousé en 1923 Elizabeth Bowes-Lyon, une aristocrate écossaise. Pendant la Première Guerre mondiale, il avait servi dans la marine, puis dans l’armée de l’air (1918-1919). Cadet du prince de Galles, il n’était pas appelé à régner. L’abdication de son frère Édouard VIII en décembre 1936, après un règne de trois cent vingt-cinq jours, et son remplacement par le duc d’York, devenu George VI, plaça Élisabeth, sa fille aînée, à la première place dans l’ordre de succession. La nouvelle famille royale se caractérisait par une bonne entente (« nous quatre », disait George VI), à l’inverse de la relation distante que George V avait eue avec ses enfants.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la famille royale resta en Grande-Bretagne, les jeunes princesses étant placées à l’abri au château de Windsor, le roi et la reine visitant inlassablement les quartiers bombardés par l’aviation allemande pour soutenir le moral des Britanniques. Le 13 octobre 1940, Élisabeth prononça son premier discours radiodiffusé en adressant, d’une voix juvénile mais assurée, des paroles réconfortantes aux enfants de son pays. En 1942, elle devint colonel en chef honoraire du très prestigieux régiment des grenadiers de la Garde et, deux ans plus tard, elle intégrait le Conseil d’État chargé de se substituer au souverain en cas de maladie ou de déplacement à l’étranger (George VI effectua plusieurs visites auprès des troupes britanniques outre-mer). En février 1945, elle intégra l’Auxiliary Territorial Service, l’un des quatre services auxiliaires de l’armée britannique réservés aux femmes, où elle apprit la mécanique et à conduire des camions. Au soir du 8 mai, Élisabeth et sa sœur se mêlèrent incognito à la foule londonienne célébrant la capitulation allemande et purent se rendre compte de la popularité de la monarchie : en restant aux côtés de leurs sujets, George VI et son épouse avaient tissé un lien particulier avec eux, dont Élisabeth allait continuer de bénéficier à la suite de son accession au trône.

Deux événements majeurs eurent lieu en 1947. En avril, au cours d’un voyage officiel des membres de la famille royale – ou Royals – dans les colonies d’Afrique australe et au cours d’un discours radiodiffusé dans l’ensemble de l’Empire britannique à l’occasion de son vingt et unième anniversaire, Élisabeth prit un engagement qui devait être capital pour le reste de sa vie : « Je déclare devant vous tous que toute ma vie, qu’elle soit longue ou brève, sera consacrée à votre service et au service de notre grande famille[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Philippe CHASSAIGNE. ÉLISABETH II (1926-2022) reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord (1952-2022) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 09/03/2023

Médias

Élisabeth II - crédits : Bettmann/ Getty Images

Élisabeth II

Le couronnement d’Élisabeth II, 1953 - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Le couronnement d’Élisabeth II, 1953

Inauguration du tunnel sous la Manche - crédits : Chesnot/ Witt/ SIPA

Inauguration du tunnel sous la Manche

Autres références

  • ARBITRAGE, droit

    • Écrit par , et
    • 10 815 mots
    • 1 média
    ...l'Espagne (compromis du 19 novembre 1956), etc. Dans l'affaire de la frontière entre l'Argentine et le Chili dont la sentence a été rendue par la reine Élisabeth II le 9 décembre 1966, l'arbitrage a été préparé par un tribunal arbitral de trois membres britanniques, présidé par lord McNair. Dans le cadre...
  • CHARLES III (1948- ) roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord (2022- )

    • Écrit par
    • 1 123 mots
    • 1 média

    En devenant roi le 8 septembre 2022, Charles III est le souverain le plus âgé à accéder au trône du Royaume-Uni : soixante-treize ans révolus, contre soixante-cinq ans pour Guillaume IV en 1830, jusqu’alors détenteur du record. Succéder à Élisabeth II après soixante-dix ans de règne n’était pas une...

  • COMMONWEALTH

    • Écrit par
    • 708 mots
    • 1 média

    Le Commonwealth – dans sa forme longue, Commonwealth of Nations – est une organisation intergouvernementale fondée durant la première moitié du xxe siècle dont la majorité des membres ont fait partie de l’Empire colonial britannique. Il est composé de pays essentiellement réunis par la langue...

  • SPENCER DIANA (1961-1997)

    • Écrit par
    • 902 mots
    • 2 médias

    Née le 1er juillet 1961, sur le domaine royal de Sandringham (Norfolk) où son père était écuyer de la reine, Diana Frances Spencer est morte le dimanche 31 août 1997, à Paris, à la suite d'un accident de voiture qui a coûté la vie à deux autres personnes, dont son compagnon, Dodi Al Fayed, de nationalité...

  • Afficher les 8 références